Une première partie efficace mais la suite s'avère réellement décevante...

Avis sur Alyah

Avatar RENGER
Critique publiée par le

Alyah (2011), premier long-métrage d’Elie Wajeman est un drame sociétal traitant de "l'Alyah" (lorsqu’un juif de la diaspora souhaite retourner en Israël pour fuir ses problèmes rencontrés dans son pays d’origine). C’est exactement ce qui arrive à Alex, 27ans, dealer à temps plein et qui, entre ses histoires d’amour perdus et un frère loser à qui il paie les dettes, ce dernier souhaite se reconvertir dans la restauration en Israël, se serait alors pour lui, le signe d’un nouveau départ. Ce qui lui semblait être une bonne idée ne l'est pas pour son entourage qui ne comprend pas comment il pourrait se "refaire" dans un pays instable (d’autant plus que ce dernier n’est pas pratiquant). "Trop bon trop con", voilà comment on pourrait décrire Alex qui vient sans cesse dépanner son frère, ce qui a d’ailleurs le don de nous agacer car il s’enfonce encore plus qu’il ne l’était auparavant. Flirtant entre le polar et le drame, Elie Wajeman était parvenu à nous tenir en haleine durant la première partie du film, mais tel un château de cartes, tous les espoirs que l’on y avaient placés se sont écroulés, le film ne parvenant plus à créer une alchimie durable entre ses interprètes et le spectateur, on fini en fin de compte par se désintéresser des mésaventures que peuvent vivre les protagonistes. Reste au final les interprétations des acteurs qui s’avèrent sans reproche dans l’ensemble.

http://qr.net/ivn

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 538 fois
2 apprécient

Autres actions de RENGER Alyah