👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Explosion à l'usine de postiches" : c'est la pique habile qu'a balancé la géniale Tina Fey aux Golden Globes pour qualifier le David O.Russell nouveau. Lequel semble en effet s'être spécialisé depuis son retour en grâce dans des pastiches où tout n'est que question de façade et d'effets de semblance : le film de boxe by-the-numbers avec le par ailleurs pas mal Fighter, le feel-good movie solide avec Silver Linings Playbook...et donc aujourd'hui avec American Bluff la fresque mafieuse scorsesienne au casting rutilant et à la BO d'époque d'un imparable bon goût. Mais la reconstitution impeccable donne aussi au film un lissage radical, qui n'offre qu'un faible contrepoint théorique pour se justifier : il s'agirait de révéler l'artifice derrière le rutilant du spectacle, la part de décomposition derrière la flamboyante ascension de ses escrocs, discours asséné à grands coups de symboles très appuyés (le vernis qui sent "les fleurs et un arrière-goût d'ordures", une scène inaugurale de composition capillaire devant le miroir...). Tout un arsenal méta qui prend vite des allures de cache-misère sursignifié, surtout que tout se passe comme si Russell ignorait que cette monstration d'un envers du décor est tout ce que la fresque mafieuse a toujours raconté, et avec autrement plus de subtilité, d'empathie, et autrement moins d'ostentation. Ainsi, à force de faire tournoyer sa caméra, certes élégamment, dans ses décors immaculés, et de parsemer de clins d'oeil un peu lourdauds et parfaitement fonctionnels (le caméo secret du film, très non-événementiel...) son propos, Russell finit par faire virer American Bluff à la démonstration de force désincarnée, qui voyage avec autant de maîtrise que de froideur dans les eaux sereines d'un genre qu'il aseptise plus qu'il ne dynamite. La seule explosion a donc bien eu lieu à l'usine de postiches, et ses héros comme ses visiteurs finissent tous par se noyer un peu dans la laque.
jackstrummer
5
Écrit par

il y a 8 ans

American Bluff
guyness
5

Jeux d'artifices

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 1ERE PARTIE Le juge: Mesdames et Messieurs, l'audience est ouverte. Procureur GuyNess: Maître Gothic, votre rôle d’avocat vous empêche...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

20

American Bluff
Noménale
7

To curl up and dye* [revue capillaire]

- Dis donc, Nomé, Faudrait pas prendre l'habitude de critiquer trop de films, et puis quoi, ils sont où tes bouquins de dépressifs ? - Ca vient. D'ailleurs je m'étais promis que ma prochaine critique...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

5

American Bluff
Gothic
6

Cheik de branque

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 2EME PARTIE Résumé de l’épisode précédent http://www.senscritique.com/film/American_Bluff/critique/30394567 chez Guyness (Trop Polito...

Lire la critique

il y a 8 ans

45 j'aime

49

Last Days of Summer
jackstrummer
4

Tutti frutti summer love

Young Adult a représenté pour Jason Reitman un tournant plutôt désagréable : de satiriste tendre et gentillet auteur de trois premiers films charmants, il devenait soudain, adoubé par le public...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

5

Only Lovers Left Alive
jackstrummer
5

YOLO

Après celle en pédant aux moeurs distendues de Von Trier, la tendance de ce début d'année est à la mise en abyme des cinéastes confirmés dans des films de genre à clé, où l'ombre d'un égo envahissant...

Lire la critique

il y a 8 ans

8 j'aime

2

La Voie de l'ennemi
jackstrummer
3

Indigeste

Ah, le tourisme cinématographique, quel fléau ! C'est au tour de Rachid Bouchareb de satisfaire sa faim de grands espaces et de cow-boys au grand coeur en transposant ses apatrides d'Indigènes à la...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

1