Mon ami.

Avis sur American Gangster

Avatar HITMAN
Critique publiée par le

Sorti en 2007, American Gangster raconte l'histoire vraie de la vie criminelle de la légende vivante, Frank Lucas et de la poursuite de celui-ci par l'inspecteur Richie Roberts. Denzel Washington (Cry Freedom, Equalizer 2) & Russell Crowe (Mort ou vif, La Momie) s'affrontent encore dans un face à face implacable après Programmé pour tuer en 1995, dirigé par le cinéaste Ridley Scott (Alien, le huitième passager, Tout l'argent du monde) qui nous plonge dans l'horreur urbain et musclé de la lutte antidrogue des années 70 à Harlem.
Début des années 70, le Parrain de Harlem, Ellsworth « Bumpy » Johnson meurt. Son chauffeur et garde du corps, Frank Lucas décide de prendre la relève. Son sens des affaires lui permet d'échapper à la police...
Le casting de cette superproduction au budget considérable de 100 millions de dollars est composé également de Josh Brolin (Les Goonies, My Deer Hunter Dad), Chiwetel Ejiofor (Amistad, Marie Madeleine), Ted Levine (Le Silence des agneaux, Jurassic World : Fallen Kingdom), John Hawkes (La Cité des monstres, Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance), John Ortiz (L'Impasse, Peppermint), Lymari Nadal (América, Kreep), Clarence Williams III (The Cool World, Impostor), Armand Assante (La Taverne de l'enfer, Dead Man Down), Ruby Dee (The Jackie Robinson Story, P'tits Génies), Carla Gugino (Blessures secrètes, Jessie), Roger Guenveur Smith (Panther, Naissance d'une nation), Cuba Gooding Jr. (Boyz N the Hood, Selma), Common (Mi$e à prix, The Hate U Give : La Haine qu'on donne), RZA (Funny People, L'Homme aux poings de fer 1&2), Joe Morton (Terminator 2 : Le Jugement dernier, Justice League), Idris Elba (Belle-maman, La Montagne entre nous), T.I. (Takers, Ant-Man et la Guêpe), Ric Young (Les Aventuriers du bout du monde, Le Transporteur) et une apparition de Norman Reedus (8 millimètres, Triple 9).

BLUE MAGIC.

Début des années 1970, New York. Frank Lucas a vécu pendant vingt ans dans l'ombre du Parrain noir de Harlem, Ellsworth « Bumpy » Johnson, qui en fait son garde du corps et confident. Lorsque son patron succombe à une crise cardiaque, Lucas assure discrètement la relève et ne tarde pas à révéler son leadership, son sens aigu des affaires et son extrême prudence, en prenant pour auxiliaires ses frères et cousins et en gardant un profil bas. Inconnu de la police comme des hautes instances de la Cosa Nostra, Lucas organise avec la complicité d'officiers basés au Vietnam un véritable pont aérien et importe ainsi par avions entiers des centaines de kilos d'héroïne pure, qu'il revend à bas prix dans les rues de New York. Tandis que Lucas amasse ainsi, en toute discrétion, une fortune colossale, l'inspecteur Roberts du NYPD enquête patiemment sur l'origine et le fonctionnement de ce marché parallèle d'un genre inédit, et finit par soupçonner l'insaisissable Frank Lucas. Une étrange partie de cache-cache commence alors entre ces deux solitaires perfectionnistes dont les destins seront bientôt inextricablement mêlés...

Tu l'as ton putain de pognon Richie, alors ne reviens jamais à Manathan sans être annoncé, le jour ou tu veux aller voir un spectacle à Broadway tu me téléphones avant pour savoir si ça me convient.

Même si American Gangster prend bien sûr de grande liberté avec l'histoire notamment avec le personnage de l'inspecteur Trupo interprété par Josh Brolin et celui de l'autre Parrain, Leroy « Nicky » Barnes surnommé « Mr Intouchable » interpréter par Cuba Gooding Jr. Le personnage centrale, charismatique et menaçant c'est bien Frank Lucas, l'ancien dealeur d'héroïne et l'homme d'affaires de l'organisation criminelle basée à Harlem de la fin des années 1960 jusqu'au milieu des années 1970, un Lucas avec Roberts qui seront même intervenus en qualité de conseillers techniques pour le film. Un personnage haut en couleur interprété par un Washington (au salaire mirobolant de 20 millions de dollars) en mode Motherfucker qui réussit à y incarner à la fois une ordure de tueur, un bon samaritain de la communauté, fils et mari modèle ! Ce thriller bénéficie de la participation de Crowe en gladiateur de la lutte antidrogue, qui collabore lui pour la troisième fois avec le réalisateur Ridley Scott, après Gladiator & Une grande année, suivi ensuite de Mensonges d'État & Robin des Bois. L’ombre des Incorruptibles & de French Connection, grands classiques du genre plane aussi sur cette épopée noire sublimée par l’affrontement au sommet des deux pointures du cinéma américain. Sans revenir plus sur l'alléchante distribution de cette fresque historique, ce polar noir opte pour une approche réaliste et sans compromis, un pari ambitieux que Scott honore en reconstituant un New York des 70's avec une impressionnante exactitude n'hésitant pas à montrer les pires horreurs engendrées par la toxicomanie de l'époque en taclant au passage une Amérique en crise, entre police corrompue et guerre du Vietnam. Malgré sa très longue durée en versions cinéma ou longue, American Gangster n'en souffre pas trop même s'il est long à débuter par le nombre de personnages principaux, seul un peu plus d'action lui aurait fait le plus grand bien pour le rendre un peu plus enivrant.

Avant de traversée l'Hudson, tu m'appelles d'abord, ça pourrait éviter des ennuis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1021 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

HITMAN a ajouté ce film à 11 listes American Gangster

Autres actions de HITMAN American Gangster