Sans intérêt

Avis sur American Son

Avatar mendezouille
Critique publiée par le

La bande annonce du film tisse sa trame sur fond de racisme anti-afroaméricain, le film est tout autre. Cela aurait pu être sympa si cela n'avait pas été un huit-clos aussi stéréotypé avec une mise en scène si théâtrale et personnages clichés.

J'avais beaucoup aimé Seven second ou l'on percevait tous les effets pervers de ce système judiciaire raciste, ou encore mieux When they see us, pour moi une vraie réussite. Ici on a un huit clos au commissariat où l'on suit la quête d'une mère pour savoir ce qui est arrivé à son fils disparu depuis 9h.

Pour moi l'un des gros soucis c'est que l'on sait ce qui s'est passé seulement les 30 dernières secondes du film, et quand je dis que l'on sait c'est uniquement la version de la police qui est relatée. On ne suit à aucun moment le jeune Jamal lors de sa disparition, La trame du film est uniquement orientée sur ce que vivent les parents d'un jeune noir à travers ce pays raciste qu'est les Etats-Unis.

Et pour moi c'est la catastrophe le jeu des acteurs est absolument nul, gros zoom sur le visage des acteurs plus de la moitié du film, le jeu d'actrice de Kerry Washington consiste uniquement à lever la lèvre supérieure quand elle est anxieuse. Encore pire les personnages eux-mêmes sont insupportables ; Kendra est absolument hystérique ( je n'aime pas utiliser ce mot mais ici cela me semble nécessaire) elle engueule le policier dès qu'il ouvre la bouche ne lui laissant même pas le temps de répondre à ses questions, elle hurle parfois sans raison, le policier est tenu à des obligations mais celle-ci ne l'entend pas de cette oreille et finalement je trouve utilise la carte" ah mais vous êtes raciste" pour tout et n'importe quoi et c'est justement sur ce point précis que le film perd toute sa crédibilité. Car le policier essaie de faire de son mieux et lui fait comprendre qu'il n'a pas l'autorisation de lui en dire plus mais à chaque fois le fait plier avec des " oui mais vous n'avez pas d'enfant noir vous".

Que dire de son mari qui est agent FBI et qui perd totalement son calme alors que l'agent de liaison ( celui que l'on attend depuis le début du film) arrive enfin ! Cette scène est hilarante car donc enfin un agent arrive, de grandes chances pour que ce soit l'agent Stokes tant attendu par les parents et nous aussi tellement le film tourne en rond, et là le père de famille pète littéralement un plomb, ne laissant pas une seconde de répit à l'agent pour leur dire ce qui est arrivé à son fils, il se voit donc contraint de menotter le père de famille pour finalement pouvoir en placer une. RIDICULE.

La scène la plus absurde est donc cette scène où le mari ( agent FBI je le rappelle), vient de se faire arrêter pour outrage à agents, ne reste que la mère pour avoir les informations, celle-ci n'a juste qu'a se taire 10 secondes et en fait elle lui fait un laius comme quoi être noir aux USA c'est compliqué, le problème c'est que l'agent STOKES est aussi noir, a combattu au Vietnam , et a grandi dans les quartiers chauds de la ville donc il sait de quoi il parle niveau racisme et celle-ci n'en démord pas et veut avoir le dernier mot comme une gamine morveuse de 6 ans.
Juste après le père de famille démenotté est tout colère d'avoir été arrété" scrogneugneu mais j'ai juste été violent et ils m'ont menotté" .Plus rien à faire de son fils. Scène mythique.

Le film essaie de surfer sur le racisme anti-noir mais c'est raté, la mise en scène avec les deux éviers , l'un "white" et l'autre " colored" n'y changera rien. Seule la scène du début où le policier révèle quelques informations au père de famille (blanc) et non à la mère (afro-américaine) est valable mais pour moi cela est biaisée car le policier a cru que le père de famille était un agent haut gradé du fait que le père avait une plaque à la ceinture.
Pire encore cette sombre histoire de stickers placée sur la voiture "Shot cops", sans intérêt pour le film si ce n'est, rendre Jamal à nos yeux un peu moins victime.

Au final on a un film qui n'aurait en rien été différent si les protagonistes avaient été tous blancs alors que dans la BA, beaucoup est misé sur cette bivalence noir/blanc.
Seules les toutes dernières secondes viennent donner un véritablement rebondissement au film, trop tard malheureusement.

Bref ce film dessert totalement la cause qu'il défend, et pire encore, je trouve, la décrédibilise.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2508 fois
7 apprécient · 7 n'apprécient pas

Autres actions de mendezouille American Son