Affiche Andreï Roublev

Critiques de Andreï Roublev

Film de (1966)

Immense

Comment vous mettre en mots ce que Tarkovsky exprime avec sa caméra dans ce chef d'oeuvre cinématographique russe ? Je pourrais vous dire que vous risquez de voir certaines des plus belles images du 7e art. J'enchaînerais sûrement en vous parlant de la réalisation impeccable et quasi parfaite du maître russe. Je renchérirais davantage en louangeant tous les comédiens, les éclairagistes, les... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

7
Avatar Daniel  Racine
10
Daniel Racine ·

L'icône de la Rédemption

Vingt-quatre ans de la vie d'un homme, peintre et ascète au début du XVème siècle. Où l'amour et la croyance apprise au monastère d'Andronikov sont mises à l'épreuve de la division d'un continent qui n'était pas encore une nation. Andreï Roublev affirme sa conviction de la bonté du peuple, et que tous sont "une seule terre, une seule foi, un seul sang". Une seule foi ? Dans la Russie de... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

10
Avatar Thaddeus
10
Thaddeus ·

Ah qu'est-ce qu'on est serrés ! Au fond de cette boîte !

(Chantent les sardines ! Chantent les sardines !) Ma version du film dure 3H et se déroule comme suit : * Prologue Un paysan s'envole en montgolfière et s'écrase lamentablement au sol. C'est plutôt pas mal foutu et une mise en bouche assez sympathique, voyons ce que la suite nous réserve.. * Première partie - 1400 : Andrei Roublev mi-moine mi-peintre et 2 compagnons de route se réfugient... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

30 21
Avatar KingRabbit
5
KingRabbit ·

Pourquoi faire un art ?

Andrei Roublev est le deuxième long-métrage d'Andrei Tarkovski où il co-écrit le scénario avec Andrei Kontchalovski sorti en 1966 avec Anatoli Solonitsyne, Nikolai Bourliaiev et Ivan Lapikov dans les rôles principaux. À travers, une série de tableaux, ce film raconte le périple dans la Russie moyenâgeuse du peintre Andreï Roublev. Tout juste sorti du monastère, cet artiste va se... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

6 4
Avatar Albator_Larson
10
Albator_Larson ·

Hors du temps, les yeux de l'âme...

Stalker (1979), L’Enfance d’Ivan (1962), et maintenant Andreï Roublev. Comme pris par un élan de curiosité, je suis parti dans une folle épopée à la découverte du cinéma d’Andreï Tarkovski. Longtemps resté à mes yeux inaccessible, j’ai jugé qu’il était temps de briser le maléfice. Une aventure dont il semble difficile de sortir indemne, tant l’oeuvre du cinéaste... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

5 5
Avatar JKDZ29
9
JKDZ29 ·

Quand Tarkovski devient tout ce que tu es...

Deuxième visionnage. Je dis deuxième parce que "second" impliquerait qu'il n'y en ait pas de troisième, et je me tuerais plutôt que de ne pas pouvoir revoir ce film. Je m'étais dit : bon, c'est un de mes films préférés, et ce après seulement un visionnage, il faut quand même que je puisse en faire une critique. Mais c'est le problème que j'ai avec Tarkovski : je ne peux pas en faire d'étude de... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

5 2
Avatar Alexandre G
10
Alexandre G ·

Pourtant, j'ai essayé...J'AI VRAIMENT ESSAYE MERDE!

Vous savez, à la veille de 2014, j'avais pris une résolution un peu saugrenue: me lancer dans un cycle Tarkovski...Vous savez, Tarkovski? Un des cinéastes les plus adulés sur ce site, ayant presque toute sa filmo dans le top 111. J'en avais un peu marre de ne pas participer aux nombreux débats autour de lui ou de chaque fois fois me faire remballer par un "Pov' con, t'as vu que Stalker, pourquoi... Lire la critique de Andreï Roublev

86 44
Avatar Wobot
2
Wobot ·

Une culture de moine

Andreï Roublev, sous une réalisation particulièrement obscure, offre l'une de ses œuvres la plus aboutie et d'une incroyable richesse au travers de plusieurs niveaux de lecture : la symbolique de l'image, la symbolique des matières, la symbolique des évènements et bien sûr la symbolique des paroles. Démêlons un peu tout cela. Dans ce film à deux parties on assiste à une critique violente de la... Lire la critique de Andreï Roublev

6 3
Avatar Crillus
10
Crillus ·

Le faux-fuyant

Second long-métrage d’Andrei Tarkovski, Andrei Roublev est probablement son œuvre la plus pleine de sens et de matière. Cela ne nous emmène pas à des hauteurs faramineuses puisqu’il s’agit toujours d’une création de l’auteur de Solaris et du Miroir. Ce sera néanmoins la meilleure façon d’aborder Tarkovski, en évitant d’être tout de suite assommé sans contrepartie, tout en apercevant la... Lire la critique de Andreï Roublev

5
Avatar Zogarok
6
Zogarok ·

Je ne parlerai qu’en présence de mon dealer

— Finalement, votre posture là, d’homme désintéressé, qui se focalise sur l’amour et la compassion, c’est de l’opportunisme. Votre contrition, vous êtes incapable de la faire discrètement. Vous cherchez toujours le contact, même dans le retirement. Vous pourriez faire énormément de choses, vous avez le talent, mais vous vous la jouez ascétique. Parce que ça vous apporte plus que d’agir... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

5 5
Avatar VernonMxCrew
10
VernonMxCrew ·