Angélique et le Sultan

Avis sur Angélique et le Sultan

Avatar Seance-sup-0H30
Critique publiée par le

Qu'on se rassure, le cinquième opus d'Angélique est aussi le dernier. Après les pirates d'Indomptable Angélique, place à de l'exotisme de pacotille, qui ravit l'œil et enchante les bisseux puisque tous les clichés y passent (sultan tyran, marché aux femmes, mon Dieu est plus fort que le tiens...) Lawrence of Arabia de David Lean pour les nuls, ça n’empêchera pas le film d'être jouissif, spectaculaire, brutal, voir le sort réservé à l'excellent Jean-Claude Pascal. Bizarrement, Angélique et le Sultan est peut-être le meilleur opus de la saga alors qu'il s'échappe totalement de l'iconographie Arlequin qu’on lui prête souvent. On sent ici la fin de règne du cinéma de papa, l'envie de se mesurer aux spectacles de l'époque fin 60, de relancer la machine de peur que les spectateurs ne ronflent à l’unisson. En même temps, quoi de plus décalé de l'année 1968 que ce film-ci qui se réfugie dans une esthétique publicitaire, histoire de faire décoller le français qui sue devant les images du désert tout en bouffant sa glace Miko. A l'époque, ça faisait grincer des dents, aujourd'hui c'est charmant, dépaysant et si naïf qu'on lui pardonne tout, même le recours au Women in Prison lorsqu'Angélique est en taule chez le chef arabe. Angélique, icône du bis à la française.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 330 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Seance-sup-0H30 Angélique et le Sultan