👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Les expressions illustrées : Péter plus haut que son cul

C'est vierge de toute bande annonce que je me suis installé dans la salle de ciné, me souvenant à peine du synopsis que j'avais lu il y a quelques temps (et donc visiblement préservé de spoils importants présents dans les bande-annonce). Je ne m'attendais pas du tout à un film lorgnant du côté de Get Out, mais ayant apprécié ce dernier, pourquoi pas, si c'est bien foutu. Et c'est bien là le problème.

En effet, si le message est louable, l'ensemble est mauvais en beaucoup trop de points. J'ai trouvé le film prétentieux et caricatural, se voulant grave et premier degré alors qu'il se contente de se toucher copieusement et de faire passer un message (important) sans aucune subtilité, mais avec un léger surplus de manichéisme.
Comme si les mecs derrière le projet étaient tellement sûrs de leur talent qu'ils ne s'autorisaient pas à travailler pour construire un film de qualité, pertinent, bien écrit. Non, pour eux, le résultat était acquis dès le début.
Malheureusement, proposer un film avec de beaux ralentis, des décors soignés et un message social ne sert à rien si l'on s'astique en se regardant dans le miroir en le réalisant au lieu de garder un œil attentif dessus pour que le résultat soit à la hauteur de la proposition.

J'ai été intrigué durant la première partie du film, mais jamais convaincu par les acteurs, ni par les dialogues (notamment dans le présent).
Par exemple, la relation entre Veronica et Dawn, je n'y ai pas cru une seule seconde, on veut nous montrer deux amies cool, avec une certaine complicité, mais sans y parvenir un seul instant. Je n'y voyait pas une amitié, simplement des coups de burins dans ma tête pour dire que c'était le cas.
Idem pour V et sa famille. Honnêtement, ça ressemblait à une famille de pub, qui se voudrait moderne (attention, je ne suis pas du tout vieux jeu ni rétrograde en ce qui concerne les questions de couple, de la femme, etc...), en nous montrant du bonheur, du progressisme avec la femme, auteure à succès, reconnue, et le mari qui se lève pour faire à manger et s'occuper du petit car elle n'a pas le temps à cause de son travail. Mais ça ne fonctionne pas, ça sonne faux, l'écriture sonne creux, manque de finesse (la conférence donnée par V est tellement bas de plafond).
C'est d'ailleurs récurrent, à plusieurs moments les personnages discutent entre eux, mais il est clair que les mots qu'ils prononcent ne leurs sont pas destinés. Ils sont destinés au spectateur, qui les reçoit avec un gros clin d'œil maladroit et une tape sur l'épaule.

Au niveau de l'histoire, on te propose toute une aura de mystère via le montage, les deux époques différentes, mais le twist tombe à plat, ma première réaction a été de me dire : "Tout ça pour ça ?"
Non vraiment, j'ai trouvé ça complètement con, et finalement, ça a fini de me convaincre que j'assistais à un truc vraiment pas fin, ni sur le fond, ni sur la forme, avec encore ces scènes de ralentis, de méchants très méchants, ces indices grossièrement disséminés, cette écriture trop souvent médiocre...

Pour terminer, le final pompeux et le passage ou la méchante (sous exploitée) explique bien tout pour être sûr que les spectateurs, cons qu'ils sont, aient bien saisi les subtilités du bousin, ont parfaitement résumé le côté prétentieux et raté de celui-ci.

Gruik
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2020 au cinéma feat. Festival de Gerardmer et Les meilleurs films de 2020

il y a plus d’un an

Antebellum
Voracinéphile
1
Antebellum

C’était le bon temps…

Spoilers nécessaires à l'analyse. Voilà ce que doivent se dire tous les mâles blancs qui seraient tombés par hasard sur ce film en allant au ciné voir le dernier film d’horreur lambda. Fatale...

Lire la critique

il y a plus d’un an

37 j'aime

60

Antebellum
dagrey
3
Antebellum

Une nouvelle idée d'attraction pour le Puy du Fou?

Antebellum raconte l'histoire de Veronica Henley, une auteure de couleur de romans à succès, engagée politiquement pour les femmes et les noirs, qui se retrouve coincée dans une réalité parrallèle et...

Lire la critique

il y a plus d’un an

29 j'aime

Antebellum
Dandure
3
Antebellum

Un titre en latin ne rend pas un film intelligent

Attention, ce spoiler comporte ce genre d'avis: s'il y a un sujet qui n'est pas abordé par Antebellum, c'est bien le racisme. Et j'ai rarement vu des "scares" faire aussi peu "jump". Ici, je raconte...

Lire la critique

il y a plus d’un an

19 j'aime

7

Teddy
Gruik
7
Teddy

Hurlemeng

Très bonne surprise. Film lancé avec un enthousiasme modéré, du fait de bons retours, mais avec la peur de tomber sur un film moyen, reçu de manière excessive sous prétexte d'un cinéma de genre...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

2

Alien Crystal Palace
Gruik
1

Du sel !

Gerardmer 2020, nuit décalée. De très très loin la pire expérience de toute ma vie en matière de cinéma. Ce "film" pue la prétention, le nombrilisme, et je l'ai pris comme un manque de respect vis à...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

2

Zeit
Gruik
8
Zeit

Deuxième baffe

Après le retour inespéré et tout à fait réussi du groupe avec son album sans nom en 2019, Rammstein revient avec son successeur, à peine 3 ans plus tard. Une rapidité bienvenue à comparer aux dix ans...

Lire la critique

il y a 13 jours

9 j'aime