Fort sympathique ce film. Je craignais un mauvais cru avec Sellers dedans, mais je me suis bien trompé. Et puis surtout, ce film fait plaisir en cette période de grèves intenses dans ce plat pays qui m'abrite.

Le scénario est intéressant pour le point de vue adopté : un homme se retrouve coincé entre deux extrêmes (les patrons et les syndicats) et essaie de jongler avec les humeurs des uns et des autres. Le point commun de tous ces protagonistes, c'est qu'ils sont un peu bêtes, même lorsqu'ils font preuve d'intelligence. En ce sens, le film m'a un peu rappelé l'univers des frères Coen, je ne serais donc pas étonné si "I'm All Right Jack" était un de leurs films préférés et s'il les avait influencé dans leur parcours. Les scènes sont assez bien construites et exploitées. Certaines situations sont vraiment cocasses. Peut-être que le tout manque parfois de liant.

La mise en scène est très appréciable. Une technique bien propre avec ce qu'il faut de gros plans, de plans larges. Les mouvements ne sont jamais de trop. Un montage très rythmé, on ne s'ennuie jamais. La photographie est plutôt bien travaillée, surtout pour une 'simple' comédie. Les acteurs sont très bons. Tous ! Ian Carmichael a vraiment une tête bizarre ; Sellers est dans un rôle de composition qui lui va comme un gant (ce jeu de regard) ; tous les patrons (dont l'excellent et regretté Attenborough) sont parfaits pour exprimer la perfidie. Et puis tous les autres de l'union ou pas.

Bref, une bien belle surprise.
Fatpooper
7
Écrit par

Le 24 novembre 2014

3 j'aime

Après moi le déluge
Eric31
9

Critique de Après moi le déluge par Eric31

Après moi le déluge (I’m All Right Jack) est une chouette comédie sociale a la britannique réalisé par John Boulting, coécrite par Frank Harvey et Alan Hackney, d'après la pièce de ce dernier :...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 10 ans

80 j'aime

27