Escroc mais pas trop

Avis sur Arrête-moi si tu peux

Avatar Val_Cancun
Critique publiée par le

Le vingtième long-métrage de Steven Spielberg présente de nombreuses qualités, à l'image de sa distribution prestigieuse, de ses moyens techniques spectaculaires, de son héros fascinant - ayant réellement existé - ou encore de son scénario pétillant qui rebondit sans cesse.

Alors pourquoi ai-je parfois trouvé le temps long?
Une durée un brin excessive d'abord, le récit des exploits du génial faussaire Frank Abagnale Jr ne nécessitant peut-être pas un format spielbergien de deux heures passées.
Un certain manque d'émotion également, en dépit d'une réalisation ample et élégante
Un manque de rythme surtout, malgré un récit assez mouvementé. Spielberg étirant la majorité ses scènes, même celles qui ne sont pas forcément palpitantes ou signifiantes.

Je ne dirais pas que le film est ennuyeux, non, j'ai passé un bon moment dans l'ensemble, mais avec un tel matériau de base, "Catch me if you can" avait le potentiel pour me réconcilier pour de bon avec Spielberg.

Pour détailler quelque peu les atouts que j'évoquais, signalons que Leonardo Di Caprio fait preuve une nouvelle fois d'une classe folle, que Tom Hanks trouve son meilleur rôle depuis des lustres, tandis que Christopher Walken incarne un père dépassé et complice avec beaucoup de talent.
Au sein de ce casting haut de gamme, on trouve encore Nathalie Baye en mère égocentrée, Amy Adams en petite amie gourdasse, Jennifer Garner en prostituée de luxe, mais aussi Martin Sheen, James Brolin et Elizabeth Banks pour une brève apparition.

Les nombreux fans de "Catch me if you can" auront également apprécié la superbe reconstitution des années 60, et la mise en valeur des mythes charriés au cours de cette période insouciante, à commencer par le superbe costume de pilote de ligne et les délicieux uniformes bleus des hôtesses de la PanAm.

Based on a true story, cette biographie de Frank Abagnale Jr prend toutefois d'importantes distances avec la réalité, mais cet escroc précoce, marqué au fer rouge par le divorce de ses parents et par le déclassement social de son paternel, s'est bel et bien fait passer pour un co-pilote de la PanAm puis pour un médecin, s'est enrichi illégalement de plusieurs millions de dollars, et a effectivement travaillé ensuite pour le département des fraudes du FBI afin de purger sa peine dans de meilleures conditions. Le tout avant même sa majorité...

Un destin exceptionnel qui méritait bien un film, fut-il un peu longuet.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 262 fois
1 apprécie

Val_Cancun a ajouté ce film à 10 listes Arrête-moi si tu peux

Autres actions de Val_Cancun Arrête-moi si tu peux