Minipouss, le film

Avis sur Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Avatar RimbaudWarrior
Critique publiée par le

Premier long-métrage signé Hiromasa Yonebayashi, la prétendue relève du studio Ghibli, Arrietty, le petit Monde des Chapardeurs s'avère sur le plan esthétique extrêmement réussi...

Du graphisme des personnages à leur animation, en passant par les détails du petit monde des chapardeurs et la féérie des paysages alentours, on n'a qu'une envie : se retrouver soi-même au beau milieu de cet univers qui n'est pas sans rappeler celui des Minipouss - les tutos en moins... Nan, vraiment, des couleurs chatoyantes de la maison d'Arrietty à celles des fleurs du jardin, difficile de ne pas être émerveillé devant un tel joyau visuel.

En revanche, je trouve ça un peu dommage que le thème musical ait à ce point-là des résonances anglo-saxonnes, aussi jolies et mignonnes soient-elles, parce qu'il faut bien rappeler que l'intrigue se passe au Japon quand même... Ca ne colle donc pas forcément et on sent quelque peu la volonté d'internationaliser cet animé, lui faisant perdre un peu de son charme naturel...

Quoi qu'il en soit, on rentre direct dans le film avec l'apparition soudaine d'Arrietty, et ça c'est toujours bien vu pour susciter d'emblée l'intérêt des plus petits... De toute façon, la première demi-heure du film frise la perfection, avec entre autres un premier "chapardage" captivant où la très charmante et enthousiaste Arrietty s'enfoncera plus profondément dans le monde des humains, guidée par son protecteur de père. Et puis il y a tous ces objets du quotidien de ces géants, adaptés à celui des chapardeurs, qui nous régalent de par leur inventivité et le souci du détail.

Mais voilà, le film s'enlise ensuite dans une histoire un peu trop basique, avec un peu de pathos pas forcément nécessaire, et quelques longueurs viennent s'ajouter à des personnages pas toujours attachants (la mère d'Arrietty, hystérique et angoissée, irrite plus qu'elle n'amuse ; Sho et sa mère m'ont paru quant à eux plutôt fades).

Sur le fond, on n'échappe pas au thème de l'écologie si cher au maître Hayao Miyazaki : les chapardeurs symbolisant les espèces en voie d'extinction. De plus, d'un point de vue moral, le message m'a bien plu : si les humains pillent sans vergogne les ressources de la Terre, n'est-ce pas un juste retour des choses que ces petits bonshommes les chapardent à leur tour ? :)

Au final, cette première tentative, d'une beauté enchanteresse et proposant quelques bonnes idées, s'avère assez plaisante à suivre. Malheureusement, il lui manque aussi un peu de souffle dans une seconde partie un peu moins captivante et un épilogue un peu long peut-être... Ceci dit, l'ensemble "ravira" les plus petits comme les plus grands, selon la formule consacrée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 472 fois
1 apprécie

Autres actions de RimbaudWarrior Arrietty, le petit monde des chapardeurs