Attila le Hun, Europae Orbator (Empereur d'Europe)

Avis sur Attila le Hun

Avatar Jpym
Critique publiée par le

Vu : 1 fois.
La vie de celui qui voulait conquérir le monde au Ve siècle après JC, de son enfance à son mort, en passant par ses découvertes et ses conquêtes... ce film reste un péplum poignant malgré quelques infidélités historiques et gaucheries stylistiques.

Commençons par les points positifs : le respect global du fil historique.
>> La lutte du pouvoir entre les frères ennemis, Attila et Bleda. La spiritualité d'Attila, sa découverte de l'épée de Mars, et sa croyance en sa destinée de conquérir le monde tout entier. La soumission des tribus hunniques et d'autres peuples par Attila. L'alliance des Huns avec les Romains pour combattre certains peuples germaniques. L'amitié impossible entre Aetius et Attila. L'épisode d'Honoria, soeur de l'empereur, envoyée dans un couvent à Constantinople pour protéger sa chasteté, qui envoie sa bague à Attila en guise de dot. Attila qui utilise ce prétexte pour conquérir la Gaule. La défaite d'Attila face à Aetuis lors de la bataille des Champs Catalauniques. L'assassinat d'Attila suite à une noce. L'assassinat d'Aetius poignardé de la main de l'empereur Valentinien III.

En plus de respecter globalement ce fil historique, Dick Lowry nous plonge dans les intrigues diplomatiques avec un réalisme de qualité.
>> L'affaiblissement de l'Empire, contraint de s'allier avec des tribus barbares, ses ennemis d'hier. Le yo-yo entre l'Empire Romain de l'Est et de l'Ouest pour gérer les invasions barbares. Les luttes internes aussi bien chez les Huns (Attila vs Bleda) que chez les Romains (Aetius vs Galla Placidia, la régente), avec des tentatives d'assassinats en vois-tu en voila.
Entre autre, ce qui m'a plu c'est comment Lowry illustre avec talent que malgré son déclin, Rome représente un idéal qui continue de fasciner aussi bien Aetius qu'Attila ("Je sers Rome" répond Aetius en refusant l'offre d'Attila de se joindre aux Huns pour la conquête du monde).
Enfin un film qui montre des personnages pas forcément cartésiens et individualistes (modernismes récurrents dans les péplums actuellement), mais des humains du Ve siècle, calculateurs et spirituels, voire superstitieux, qui croient en leur destinée ou dans un idéal supérieur pour lesquels ils sont prêts à se sacrifier.
Confer la scène où l'épée de Mars se brise en plein champ de bataille.
Confer la négociation entre Aetius et Théodore, roi de Wisigoths.
Confer la soif de vengeance de Lidico (nom véridique de la dernière femme d'Attila)...

Cependant, ce film n'a pas que des qualités. Il pèche sur des points de fond et de forme.
Sur le fond, il y a quelques approximations historiques... Voici 2 exemples :
>> Bleda n'a pas été tué lors d'un duel avec Attila, mais il a été assassiné par des mercenaires germains.
>> Orléans n'a pas été prise par les Huns, elle a été défendue par Saint Aignan et l'armée d'Aetius.

...et quelques omissions historiques. Deux moments principaux de cet épisode historique ont été malheureusement zappés.
>> La résistance de Paris avec Sainte Geneviève.
>> L'invasion de l'Italie, après l'invasion de la Gaule. Attila arrive aux portes de Rome, et c'est le pape Léon Ier qui persuade Attila de renoncer aux hostilités.

Pour finir sur le fond, ce film va tristement dans le sens d'un préjugé populaire qui présente Attila comme un barbare sanguinaire, et les Huns comme un peuple nomade incivilisé.
"Or, cette vision est en grande partie inexacte : non seulement les Huns d'Attila étaient un peuple turc qui accueillait de nombreux Germains en son sein, (...) mais aussi la cour d'Attila était sans doute l'une des plus raffinées de son temps, ayant repris nombre d'usages romains."
source : http://histoiredumonde.net/Attila-le-fleau-de-Dieu-le-Hun.html

Enfin sur la forme, et c'est sans doute là où le bas blesse, un manque de budget est visiblement nuisible à la qualité du film. Les batailles sont ridiculement médiocres. Elles ont lieu sur des prairies d'herbe fraîche entre une vingtaine de figurants. On a du mal à s'y croire (surtout avec l'herbe verte bien coupée). Rien à voir avec la bataille d'entrée dans Gladiator. C'est dommage parce que les stratégies d'attaque sont bien dévoilées et le sentiment de renversement de rapport de force est bien rendue. Mais enfin, ces boucliers sont en plastiques ! c'est quasiment grotesque !

Pour résumer : un beau péplum avec de belles mises en perspective sur un épisode historique fondamental pour l'Europe du Ve siècle, malgré quelques infidélités historiques et gaucheries stylistiques.
Sur le fond : 3/4
Sur la forme : 2/4
Sur le regard historique du péplum : 1/2.
Soit une note de 6/10.

Citation :
Attila : "Joins-toi à nous (...) Je ne serais pas pire que l'Empereur que tu sers aujourd'hui"
Aetius : "Je sers Rome."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2197 fois
8 apprécient

Jpym a ajouté ce téléfilm à 1 liste Attila le Hun

Autres actions de Jpym Attila le Hun