Nouvelle clé à la monovisagite finlandaise

Avis sur Au loin s'en vont les nuages

Avatar Eowyn Cwper
Critique publiée par le

La misère sociale qui met au défi la légendaire monovisagite finlandaise : voilà la forme que prend cette fois l'ode ouvrière de Kaurismäki.

Jouant aux petits capitalistes, ses personnages s'entourent de moins de choses qu'en Occident pour combler un vide qui paraît plus grand. Des licenciements, du chômage, des inspections qui tombent mal, des opportunistes malsains qui sont le dernier recours du travailleur désespéré… Il n'est pas difficile de voir dans l'univers du film la continuité des regrets causés par le changement de système après l'URSS. Une Finlande excentrée, trop coupée de l'Europe, coincée entre ce qui continue d'être deux blocs : c'est toujours la même histoire chez Kaurismäki. Ce qui change, c'est la clé.

Ici, par exemple, on foncerait dans le mur en croyant que le peuple de Finlande n'a que ce qu'il mérite, et que l'objectif du réalisateur est de lui renvoyer ses clichés à la figure. Au contraire, derrière les visages fermés se joue la reconquête d'une vie qu'on pourrait dire « normale ». C'est au spectateur d'attribuer les bonnes émotions aux bons personnages, dans une sorte de puzzle gentillet qui remet tout un cinéma en grâce sans s'en donner les airs.

Quantième Art

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 14 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eowyn Cwper Au loin s'en vont les nuages