Violé par un prêtre

Avis sur Au nom du fils

Avatar charlesdavray
Critique publiée par le

Voilà un film qui n'y va pas par quatre chemins.

Bien sûr que les catholiques, et pas seulement les intégristes, ne vont pas aimer.
Et j'ai vu des grenouilles quitter la salle. Mais inutile de se voiler la face. Lisez donc le témoignage vécu par Joel Devillet (2009 - dont j'ai emprunté le titre pour cette critique) écrit avant l'acceptation officielle.

Et quoi, face à cette réalité, il faudrait s'émouvoir d'un film caricatural?
Arrêtons de jouer les vierges effarouchées.

Le scénario nous emmène dans un milieu catholique, engagé tout de même, car la maman anime une émission radio où les chrétiens peuvent exprimer leurs problèmes et trouver conseil.
Il faut que le malheur la touche personnellement pour qu'elle comprenne enfin et réagisse à la mesure d'une mère atteinte au plus profond de son sein.

Nous voyageons dans différents groupes religieux dont certains ne doivent pas être très éloignés des violents qui manifestent en France contre le mariage pour les gens de même sexe, avec les débordements dont les médias nous ont fait part.

Donc pas de quoi pousser des cris d'orfraies à l'encontre de ce film, très bien réalisé de surcroît. Il n'y a pas de temps mort et l'on suit l'histoire avec délectation au fur et à mesure ou la mère poursuit son enquête.

Ce qui est choquant, c'est que l'Eglise catholique ait dissimulé les cas de pédophilie pendant plus de cinquante ans (et certainement plus, il y a du toujours en avoir), soit par pression sur les fidèles, soit quand cela ne marchait plus par camouflage et déplacement des prêtres dans une autre paroisse. Et lorsque finalement le scandale a fini par éclater, les autorités ecclésiastiques ont tenté une dernière manoeuvre pour laver le linge sale en famille, ils ont constitué leur commission personnelle. Ce n'est qu'après que ce mécanisme ait été de nombreuse fois dénoncé que la justice a enfin pu faire son travail normalement, comme avec tous les criminels.

Un film nécessaire donc.
Il arrive juste un peu tard, mais visiblement toujours trop tôt pour certains.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1129 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de charlesdavray Au nom du fils