Avis sur

Au nom du père par Al_

Avatar Al_
Critique publiée par le

Le film repose sur l'affaire des Quatre de Guildford, quatre jeunes condamnés à tort à la prison à vie pour des attentats à la bombe dans des pubs en Angleterre en 1974. Jim Sheridan, Irlandais de souche, dénonce à travers le récit de ce scandale judiciaire les exactions commises par les troupes et la police britanniques pendant des années sur la population d'Irlande du Nord. Cette chronique engagée du conflit n'est pas le seul axe du film car Sheridan s'intéresse aussi à la très riche et conflictuelle relation du héros, Gerry Conlon, avec son père.

Construit sur une série de longs flashbacks, le film démarre par la description du quotidien de Belfast, la vie de délinquant de Gerry et une hallucinante scène d'émeute sur le "Voodoo Child" de Jimi Hendrix. Une séquence nerveuse, spectaculaire et riche en tension qui révèle la poudrière qu'est Belfast à cette époque, la solidarité de ses habitants et le rôle de l'IRA dans la gouvernance occulte des quartiers. Du grand cinéma.

La suite du film se déroule en grande partie en prison ou dans des tribunaux. Interrogatoires, torture, quartier de haute sécurité, le film se construit sur un sentiment de révolte et de rage suscité par l'injustice. Puis finalement aussi une lueur d'espoir quand une avocate décide de reprendre le dossier et de prouver leur innocence. On s'attache à tous ces personnages, à ces victimes tandis que les années passent et que leur jeunesse s'envole.

Daniel Day-Lewis est brillant. Il incarne parfaitement les différentes facettes de son personnage de l'insouciance du jeune délinquant à la colère puis du renoncement du condamné à la révolte du fils qui veut venger son père et laver son honneur. Dans le rôle du père, Pete Postlethwaite prouve une nouvelle fois qu'un second rôle peut parvenir à être aussi marquant qu'un premier rôle. Il a une présence incroyable et son jeu exprime avec justesse les sentiments mêlés d'amour, de colère ou de frustration. Emma Thompson n'est pas en reste ainsi que les autres comédiens, tous vraiment très convaincants.

Le film est riche en émotion, les séquences fortes sont nombreuses de l'émeute à l'acquittement final en passant par la mort du père en prison. Sheridan nous fait vibrer, il nous attrape dès les premières minutes pour ne plus nous lâcher. On en redemande.

Je termine par une petite mention pour la belle BO qui compile aussi bien quelques reprises de Hendrix ou Bob Marley avec des créations de Bono ou Sinead O'Connor qui s'insèrent à chaque fois parfaitement dans le film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1965 fois
29 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Al_ Au nom du père