👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

En dix ans, Dupieux aura donc réalisé sept longs métrages tous plus loufoques les uns que les autres.
Des films dans lesquels se côtoient des pneus tueurs, des flics dealers de rats morts, des emboitements de rêves, de films, de souvenirs qui collisionnent la réalité dans un vaste tourbillon bordélique.
C'est berzingué, loin des carcans d'un cinéma français parfois aux abois et ça fait du bien.
Qui plus est, à chaque fois ses propositions folledingues sont soutenues par des castings de première classe qui appuient admirablement la recherche créative, le délire de l’artiste.
De Chabat à Lambert, de Mark Burnham à Marilyn Manson ou encore de Poelvoorde à Monsieur Fraize, de ce côté là on est pas en reste.

Oui mais voilà, au bout de sept réalisations on sent que ça patine, que ça bugue, que ça tourne fou. On voit, on sent, on comprend la recherche d'une loufoquerie permanente qui malheureusement n'accouche pas toujours de grand chose.
Dans Au Poste !, c'est plus vrai que jamais.
On a l'impression de regarder un remake sans fond et en huit clos de son précédent fait d'arme Réalité.
Evidemment le constat est un peu triste, mais on sort de ce film avec la désagréable sensation que le père Dupieux est en train de se foutre un peu de notre gueule.
Rien de bien neuf, rien de bien drôle, rien de bien pensé, rien de bien fait, rien de bien travaillé. Tout fait un peu fainéant, un peu 'idée à la va-vite', un peu 'travail en cours'.

Et c'est bien ça le problème. Au fur et à mesure de l'avancée du pépère dans ses pérégrinations filmiques, on attend. On attend qu'il se décide enfin à faire quelque chose d'abouti, à présenter une proposition achevée. Avec Dupieux, on a toujours l'impression d'un trop vide. Que ces films sont certes peu communs mais qu'au fond ils boitillent. Tout sur la forme, pour le reste il faudra repasser.
Et après Au Poste !, force est de constater qu'on continue d'attendre !
Ben oui, mais c'est pour ça !

evguénie
6
Écrit par

il y a 3 ans

Au poste !
Mi4a3L
7
Au poste !

Le non-sens. #Vousêtesdesanimaux

Donc le film passe tout seul, c'est pour ça. On se retrouve face à des dialogues à la fois contradictoires et riches en humour. Le petit détail qui fait la différence. L'absurde balancée au coin...

Lire la critique

il y a 4 ans

74 j'aime

7

Au poste !
boulingrin87
6
Au poste !

Comique d'exaspération

Le 8 décembre 2011, Monsieur Fraize se faisait virer de l'émission "On ne demande qu'à en rire" à laquelle il participait pour la dixième fois. Un événement de sinistre mémoire, lors duquel Ruquier,...

Lire la critique

il y a 4 ans

69 j'aime

3

Au poste !
blacktide
6
Au poste !

Poste Apocalyptique

« C'est un beau roman, c'est une belle histoire » chantait Fugain. Simple. « La vérité c'est la vérité, où est-elle ? » fredonnait-il avec le même entrain. Basique. Dans Au Poste, il ne chante pas...

Lire la critique

il y a 4 ans

60 j'aime

10

Runaway Train
evguénie
9

Cannon Train

La Cannon Production c'est un concept en soi ! Cette société de production un peu farfelue aura notamment produit une pléiade de bouses incommensurables célébrant la force et la grandeur de...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

The Irishman
evguénie
9
The Irishman

Le dernier monument

Casting exceptionnel pour film testamentaire, The Irishman nous rappelle à quel point la carrière de Scorsese est immense. On ne peut s'empêcher de penser au Once Upon a Time in America de Leone qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

Shampoo
evguénie
8
Shampoo

Wouldn't It Be Nice

Film impérial d'un Hal Ashby qui nous présente ici une communauté de jeunes gens insouciants vivant sous le soleil de Beverly Hills dans une période charnière de l'histoire des Etats-Unis : la fin...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime