👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Voir James Stewart au piano en fumant de vieux cigarillos, ça n'a pas de prix...

Tout comme les notes de jazz qui accompagnent le film, le métier d'avocat n'est qu'un déferlement de mot, un art oratoire. On a une base puis l'on improvise dessus comme un joueur de jazz improvise sur son piano.
Pourtant rien dans le film n'est laissé au hasard. On nous laisse croire que tout est improvisé mais en réalité tout est millimétré. Ce film est un réquisitoire de la part d'Otto Preminger. Que ce soit les plans, le jeu des acteurs ou les dialogues du film, tout est au service de son argumentaire .
J'ai suivi avec passion le décryptage et les rouages de la justice américaine. Tout les éléments s'accumulent peu à peu pour que l'on est les même éléments en même temps que les jurés.
Au final la vérité importe peu. Ce qui est au départ une affaire de meurtre, ce transforme peu à peu en une affaire de viol. Ce qui importe c'est de trouver un moyen de s'en sortir. C'est un jeu de dupe. D'ailleurs jamais le film ne se prend vraiment au sérieux. Un duel entre James Stewart et George C. Scott. Le verdict importe peu ( voir la rapidité du plan de quelques secondes lors du verdict) au final.
Ce film est à voir pour le jeu plein de grâce et de facilité de James Stewart ce qui contraste avec ses grandes jambes qui lui donne un air maladroit. Les acteurs jouent leurs partitions avec brio.
Malgré tout j'ai trouvé la première heure un peu longue mais j'ai suivi avec passion la seconde partie dans le tribunal.
.
Belane
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films avec James Stewart

il y a 9 ans

4 j'aime

1 commentaire

Autopsie d'un meurtre
Aurea
9

Duel à la barre

Comme ça fait du bien de retrouver Jimmy, sa longue silhouette dégingandée, son regard clair, sa décontraction et son flegme apparents qui en font l'un de mes acteurs favoris des années 50! Le voilà...

Lire la critique

il y a 10 ans

102 j'aime

51

Autopsie d'un meurtre
raisin_ver
10

Critique de Autopsie d'un meurtre par raisin_ver

N'allons pas par quatre chemins, les deux heures trente d'Autopsie d'un meurtre défilent à la même vitesse que McCarthy descend une bouteille de scotch. Un thème dur, un viol et un meurtre, un...

Lire la critique

il y a 11 ans

66 j'aime

10

Autopsie d'un meurtre
guyness
8

Le pro du procès sait.

Les quelques coups de génie de ce film de procès pas comme les autres: 1) la personnalité de l'accusé et de sa femme, suffisamment troubles pour qu'à aucun moment on ne soit convaincu des motifs,...

Lire la critique

il y a 11 ans

64 j'aime

1

Dupont Lajoie
Belane
9

Encore d'actualité?

Premier film de Yves Boisset que je regarde et après coup je me demande pourquoi ce réalisateur fut ainsi oublier par le cinéma ( outre son choix de ne faire que des téléfilms ). Pour moi ce film...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

Le Septième Juré
Belane
8

Critique de Le Septième Juré par Belane

Avec ce film, bâti de toutes les conventions du pire cinéma français, Lautner est tombé en pleins dans le piège dont il s'était sorti à grand peine sorti dans arrêtez les tambours. Quelques très...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

13

Autopsie d'un meurtre
Belane
9

Voir James Stewart au piano en fumant de vieux cigarillos, ça n'a pas de prix...

Tout comme les notes de jazz qui accompagnent le film, le métier d'avocat n'est qu'un déferlement de mot, un art oratoire. On a une base puis l'on improvise dessus comme un joueur de jazz improvise...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

1