👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Mon initiation aux frères cohen s'est fait dans le rire et l'exaspération.
Leur film, pas si impeccable que ça visuellement (notamment lors de l'utilisation de plan larges qui sentent la 3D à fond - et c'est quand même kitch pour un film historique qui se déroule dans les années 60), présente une réalité, tordue dans tous les sens pour donner un semblant de véracité mais qui se casse la gueule dès qu'elle s'aventure dans les blagues. C'est le but recherché, faire une farce grossière, le soucis c'est qu'à trop en rire, le film perd énormément de sa prestance et de son potentiel narratif. Alors certes le contexte historique est pressé à fond pour faire ressortir un humour qui ridiculise les codes de l'époques, mais jamais une scène ne reste sérieuse de bout en bout. ça devenant donc exaspérant.

Tout y passe, les politiques, les idéaux, les corps de métiers du cinéma (à différentes échelles), les scientifiques, les ménagères, la presse, la religion, les snobs, les bouseux (et si on associe les deux voyons voir ce que ça donne), tout ça vue du regard très professionnel et accompli de Manix le protagoniste de cette farce très souvent sans saveur. Bien sur le fait de mettre sa jolie femme obéissante dans un tablier mettant bien en évidence une poudre de cacao sans qu'elle ne serve à l'histoire, ça fait sourire, mais cela descend son personnage, évidemment tourné au ridicule. Tous le sens, seul Manix s'en sort indemne présenté comme la lumière éternelle du cinéma, celle de la projection en clin au jugement, incapable de muter, mais disposé à faire changer les esprits.

Bref, une farce qui s'épuise au fil du film, ne mettant en valeur aucun personnage et aucun dialogue. Je ne pense pas que le film ait pour seul but de faire rire, mais il ne m'a pas donné de réflexion à cogiter. Seulement, il faut le reconnaître, le casting a été bougrement bien choisi. Chaque acteur à sa place dans un rôle lui collant à la perfection (d'où une surenchère du kitsh à nouveau?)

ChamoisDoux
5
Écrit par

il y a 6 ans

Avé, César !
Sergent_Pepper
5

Boulevard des groupuscules.

Un petit vacillement opère à la découverte de ce nouvel opus des Coen bros, dont la filmographie bien garnie nous fait vibrer depuis plusieurs décennies déjà : et si le syndrome Woody Allen guettait...

Lire la critique

il y a 6 ans

105 j'aime

10

Avé, César !
starlord09
8

DANS LA PEAU DE JAMES ELLROY

On a toujours pas pris le pli depuis trente ans. Pourtant les frangins nous refont le coup tous les quatre ans selon un schéma pré-établi. Un polar dramatique chasse une comédie loufoque et désuète...

Lire la critique

il y a 6 ans

75 j'aime

23

Avé, César !
Docteur_Jivago
7

La chute de l'Empire Hollywoodien

Quelques années, et films, après Barton Fink, les frères Coen proposent à nouveau une plongée dans les coulisses de l'âge d'or du cinéma Hollywoodien avec Hail, Caesar!, oeuvre où l'on va suivre un...

Lire la critique

il y a 6 ans

65 j'aime

21

Mustang
ChamoisDoux
4
Mustang

Le mariage expliqué aux imbéciles

Cette voix off, quel supplice. Le film se veut libre et libérateur, accusant les torts d'une société, que dis-je d'une culture archaïque et obsolète, mais il ne vous laissera aucune interprétation...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

1

Spotlight
ChamoisDoux
8
Spotlight

Ennui inexistant.

Jamais je n'aurais pensé que suivre les péripéties de journalistes en quête d'investigation serait aussi accrocheur et "agréable" à regarder. On ne s'ennuie jamais et l'histoire s'écrit comme un...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Chocolat
ChamoisDoux
7
Chocolat

De la fraîcheur et de la convenance

Chocolat nous propose une expérience cinématographique riche en sens et en maîtrise. Le film fait son boulot sans jamais transcender sa condition de biopic. Il choisit une narration linéaire...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime