Malgré tout, merci pour tout !

Avis sur Avengers : Endgame

Avatar Evan Garnier
Critique publiée par le

SPOIL TOUT LE FILM

J'ai vécu un très bon film, terni par quelques gros défauts. En premier lieu le manque de rythme de l'acte deux, et le désagréable sentiment qu'il est une promenade de santé pour nos Avengers. Moi aussi j'ai préféré Infinity War, plus équilibré, plus épique, plus profond. Infinity War, qui allouait à chaque héros ses quelques secondes de pure gloire, Infinity War et son développement exemplaire, Infinity War et son Thanos si profondément ambigu, humain, oserait-je presque dire admirable. Je reste toujours confus devant son changement si radical et surtout si soudain dans Endgame. La scène du Thanos du présent était parfaite, montrant un vieux guerrier ayant retrouvé la paix ; agressé sans sommations par des Vengeurs n'ayant même plus le luxe d'agir avec héroïsme. Mais le Thanos du passé n'est qu'un méchant générique. La question écologique et l'ambiguïté ? Réduites en cendres, comme la moitié de l'Univers.

Le pire c'est que les conserver n'aurait RIEN CHANGÉ au film. On enlève deux phrases et c'est bon. Mais non, ici le Titan voit 10 pélos contester son autorité, et il se dit que ça y'est, l'Univers est indigne, et que lui, qui voulait TOUT donner pour le sauver, va le détruire entièrement.... C'est pour moi le plus gros défaut d'Endgame. Heureusement que la présence et les prouesses guerrières du frère caché de Darkseid sont toujours intactes.

Le traitement d'Hulk ? Passé le mépris des scénaristes pour le dilemme principal du personnage, je me suis pris à l'apprécier. Bruce est bien moins malaisant que dans Infinity War. Il permet le voyage dans le temps, il supporte un pouvoir au dessus du divin pour ramener tout le monde...et survit ! Vous pensiez que le personnage réglerait tout par la baston ? De toutes façons, je me désintéresse d'Hulk depuis l'Ere d'Ultron alors... Natasha aussi d'ailleurs...

Thor rencontre le même problème, pour une solution magnifique ! J'ai enfin accepté que le personnage avait perdu son sérieux depuis Ragnarok. Mais ne le voir que comme un comic relief destiné à faire des placements produits Fortnite, c'est passer à côté de l'essentiel. Thor a deux fois plus de raison que tous les autres d'avoir été brisé. Il est celui qui avance le moins, il est surtout celui qui cache sa détresse derrière l'humour depuis Ragnarok ! Jusqu'à ce qu'il revienne en pleine lumière dans la scène remplie d'émotion où il revoit sa mère Frigga.

L'émotion, c'est ce qui porte l'oeuvre. Le premier acte est incroyable ! 5 ans et l'Univers ne s'en remet toujours pas. Est-ce seulement possible ? C'est la question que pose le début du film. Et encore une fois l'humour, qui est bien souvent devenu le fossoyeur des œuvres de Marvel Studios, est ici brillamment utilisé pour faire passer le reste des émotions. Le sandwich de Black Widow en est un bon exemple. Mais la tragédie n'est jamais bien loin. La détresse d'Hawkeye, qu'il abîme dans une vengeance magnifique à coups de katana, est retranscrite avec une maîtrise visuelle certaine, même si la scène est trop courte.

D'ailleurs la relation Hawkeye/Black Widow finit en apothéose lors de la scène du sacrifice sur Vormir. Une lutte sans merci pour savoir qui aura l'honneur de se sacrifier pour sauver l'autre. C'est non seulement émouvant (plus que le sacrifice de Gamora, que l'on voit trop venir et où la musique trop présente ne m'a jamais convaincu), mais aussi totalement raccord avec la psychologie de nos deux Avengers. Mais je doute que le sacrifice marche comme ça, ça me paraît un peu simple. Allez, on va dire que ça passe à partir de l'instant où Clint accepte la mort de Natasha. Mais j'aurais tout de même mis une scène où il la lâche volontairement...

Un autre personnage qu'Endgame a sacrifié c'est Captain Marvel. Elle ne doit avoir que 10 minutes à tout casser et ne sert que de deus ex machina sur pattes. Cela dit, c'est peut-être pas plus mal. Nous n'étions pas à l'abri que la nouvelle soit trop mise en avant au détriment des anciens. Et si j'avais trouvé le personnage sympathique dans son film, je comprend enfin ceux qui la trouvent hautaine. Ses expressions et ses répliques... Mon Dieu qu'elle est désagréable ! C'est peut-être la coupe qui renforce cette impression, je ne sais pas. Je pense que je n'ai pas été le seul ravi dans la salle quand Thanos lui a brisé l'ego avec une patate de forain cosmique. C'est dommage, elle partait pourtant très bien, avec son « Bon, moi je vais tuer Thanos ! » d'entrée de jeu.

Par contre, peut-on arrêter de râler sur le plan des super-héroïnes qui se rassemblent ? Oui c'est grossier et mal amené, mais au pire ça ne dure que 10 secondes sur un film de 3 heures, et si ça inspire les gamines c'est le principal ! Sans compter que ce plan est à l'image de toute la bataille finale, badass !

Si le décor ne suit pas (plus basique que ça tu meurs), si cette guerre trop courte semble s'arrêter alors qu'elle vient de commencer, et si tout le monde n'a malheureusement pas droit à ses secondes de gloire comme dans Infinity War ; la bataille reste un grand moment de cinéma (ou à minima, un grand moment dans la saga). Thor y est divinement classe malgré son embonpoint, Captain America plus incroyable que jamais, et Iron Man boucle enfin la boucle de manière touchante et magistrale. Plus que sa mort en soi, c'est son discours posthume qui a failli me faire verser une larme (tout comme 4 à 5 moments du film). Plus que la conclusion du personnage, c'est un pur remerciement méta de Marvel Studios au public. Ce public qui lui a permis d'atteindre les sommets en une décennie, alors que leur pari fou a démarré avec ce qui n'était qu'une petite blague sans conséquence.

Je n'ai pas été tendre avec Marvel Studios ces dernières années. J'ai beaucoup critiquer leur enfermement dans leur formule, leur humour facile désamorçant les situations, leur absence relative de prise de risque. Mais quelques films m'ont surpris dans le bon sens, m'ont fait me dire que Marvel Studios était toujours capable d'évoluer, de prendre des risques (Black Panther, Infinity War, Captain Marvel). Et arrivé au bout du chemin, je dois bien me rendre à l'évidence. Endgame n'est pas parfait, mais Endgame sait prendre des risques, Endgame raconte une belle histoire, Endgame est généreux. Mon âme d'enfant s'est mise à tabasser mon doute et à hurler de joie intérieurement quand le Captain fut digne d'utiliser Mjöllnir, quand les sorciers se sont mis à protéger tout le champ de bataille des tirs du croiseur, quand toute l'armée des Avengers est arrivé, saluée par un quasi-parfait « Avengers, rassemblement ! ». J'ai retrouvé ce que j'avais vécu lors d'Avengers premier du nom, il y a 7 ans ! Alors tant pis si le vaisseau de Thanos n'aurait normalement jamais du passer le portail, tant pis si le vieux Steve Rogers réapparait à côté de sa machine temporelle. S'il y a bien une chose que JoJo's Bizarre Adventure m'a appris, c'est que parfois, en de rares occasions, la cohérence absolue peut se permettre de céder la place à l'émotion et au symbole, pour peu qu'ils subliment l'oeuvre. Tout comme Bucky, par une phrase banale, laisse la place à Sam pour la succession du bouclier.

Le Marvel Cinematic Universe, malgré tous ses défauts, restera une œuvre dingue, culte et parfois incroyablement jouissive. Et rien que pour ça, merci Kevin, merci Stan, merci Disney, merci Marvel !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 209 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Evan Garnier Avengers : Endgame