Mais quelle est cette caricature d'un monde qui n'existe pas ?

Avis sur Avis de mistral

Avatar Romain Massa
Critique publiée par le

Dans les très nombreuses immondices que diffusent Canal +, vient d'arriver Avis de Mistral. Un film de Rose Bosch, qui n'a pas l'air d'avoir fait un bon film, avec Jean Reno. Pour le reste des "acteurs" hormis l'apparition d'Aure Atika, qui est sans doute une des pires actrices françaises, de Hugues Aufray (no comment) et de Charlotte de Turckheim reconvertie bikeuse hippie pour l'occasion, je ne les connais pas. Et le moins que l'on puisse c'est qu'ils ne gagnent pas à être connus. En particulier, un certain Hugo Dessioux, qui, après recherches n'est autre qu'un abruti qui fait des vidéos "comiques" sur Youtube. Je me demande comment la transition vers le cinéma -qui devrait être un achèvement en soit- est devenu aussi simple. Surtout que le gars est mauvais, très mauvais, très très mauvais. Son physique d'avorton et son absence intégrale de charisme sont des éléments assez gênants, mais bon apparemment ces mecs-là représentent l'avenir. Pauvre de nous ! Pour l'anecdote le type se soulève deux suédoises dans les toilettes (la classe), ce qui est assez peu probable étant donné les éléments évoqués précédemment saupoudrés par son physique de prépubère extrêmement lâche et son humour dramatique.

Rentrons donc dans le vif du sujet, comme le synopsis du film le présente avec un vocabulaire d'abruti :"Avis de mistral : c'est le clash des générations". Ah ouais trop cool mec ! C'est le clash quoi... ! Morandini génération t'as vu. Pour cette pauvre Rose Bosch le clash des générations c'est donc deux jeunes parisiens qui débarquent en Provence. Les deux jeunes parisiens sont donc ce Hugo Dessioux et Chloé Jouannet. Ils ont manifestement 16/17 ans. Le premier passe le premier quart du film à se plaindre qu'il n'y a pas de réseau dans "cette campagne de merde" (Lol ma gueule), la deuxième est une idiote bobo qui ponctue constamment ses phrases par "grave, chaud, non mais trop quoi...", une caricature infamante. Elle tombe amoureuse d'un pizzaiolo, mais avant tout dealer prénommé Tiago (Motta, Silva ?), qui la drogue pour la tringler. Il arrive à la convaincre de prendre un cachet, grâce à l'argumentation ultime :"tiens prends ça, tu n'aurais plus peur de rien après". Et cette conne, elle ouvre la bouche pour avaler le produit. Sans soucis quoi ! Ce qui vaudra d'ailleurs une course poursuite de Jean Réno pour finir le Tiago au fusil de chasse, d'ANTHOLOGIE. Elle commence d'ailleurs par cette réplique furieuse de Hugo Dessioux, qui sort son Iphone, le tend à la manière d'un gun à la face de Jean Reno et lui balance : "Mais je sais comment la localiser". Apparemment y'avait pas de réseau mais bon ça on s'en branle. Jean Reno enfourche une moto (oui c'est un ancien biker qui a retrouvé ses anciens amis bikers grâce à son petit-fils qui l'a inscrit sur facebook ! Ses amis vont d'ailleurs redonner un sens à sa vie, deux personnes sauvées par la technologie, c'est beau ! ) pour aller ratonner le Tiago. On apprend que ce dernier a filé de l'acide à la pauvre fille, qui une fois remise de son viol sous drogue, attend encore un texto de l'individu en question. What else ?

D'ailleurs, je ne sais pas qui a écrit les dialogues de cette saloperie, mais c'est un amas de connerie. "Mamie, il est où mon string ?", "y'a pas de cigales à Paris ?", "les poules ça pond des œufs", "ta grand-mère à l'époque, tout le monde y est passé dessus". Mais surtout vu que la première partie du film joue sur la différence Paris/Province avec des dialogues trop fun qui me rappellent la délicatesse de "Bienvenue chez les chtis", le plus marquant d'entre eux reste cet échange.

  • La pauvre meuf : "Putain c'est archi-beau ici"
  • Thiago Silva : "Archi ?"
  • La pauvre meuf : "Mais oui c'est vrai c'est une expression parisienne tu connais pas ! hihiihihi"

Message au connard qui a écrit ça : Le préfixe archi ça vient du grec c'est en aucun cas parisien ! Exemple : archipel !

Ce film est une parodie de tout, de la Province (Vélodrome, les cigales, la lavande et l'ail et les mecs qui passent leur temps au bar, "le nord pour nous il commence à Montélimar ahahaha") , de Paris (à moins d'être un sombre connard, on ne peut pas confondre le Taj Mahal avec Montmartre), de la jeunesse (facebook, ordinateur, téléphone portable), de la vieillesse (alcool, Jean Reno est un ours grognon armé, il aurait pu être raciste pour couronner le tout), de la vie en somme ! C'est mal écrit, très mal joué, horriblement filmé. C'est d'un simplisme navrant, au début personne ne s'aime, à la fin la famille est réunie. Mais au milieu y'a de la drogue, des viols, des plans à 3, en fait c'est plus belle la vie en film. Surtout que l'enfant du film est muet, j'en aurais presque chialer. Il y a dix millions de trucs à dire sur ce film, mais j'en ai trop dit, si vous voulez voir un clash entre Facebook et les potagers, les jeunes décérébrés et le vieil alcoolo, c'est ce qu'il vous faut ! La France ne va pas bien mais elle ne peut être en aucun cas assimilé à cette niaiserie caricaturale ! Dont la plus simple illustration sont le pizzaiolo et Aure Atika qui tentent de faire l'accent marseillais, mais c'est raté ! Tout n'est qu'un fiasco !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1123 fois
1 apprécie

Autres actions de Romain Massa Avis de mistral