Conte sur la tolérance

Avis sur Azur et Asmar

Avatar numerimaniac
Critique publiée par le

Que l'on ne s'y trompe pas malgré une note a priori sévère. Azur et Asmar est très recommandable. Les spectateurs enchantés par l'esthétique de Kirikou la retrouveront avec plaisir, même avec l'apparition de la 3D. Le style de Michel Ocelot reste le même, avec une mise en scène où se superpose plusieurs plans en 2D, en plus de jeux ambitieux sur les perspectives. Les aplats de couleurs sans textures des personnages donnent un style singulier et servent aussi le propos, quand Azur avance par exemple en plein soleil se rendre chez la princesse muni de son immaculé vêtement blanc, où il brille tel un soleil.

La musique, et principalement la berceuse, pleine de grâce, supporte et caractérise encore plus l'identité visuelle du dessin animé, où s'entrelacent les délicieuses paroles arabes et françaises pour les deux enfants. Douce langue arabe, qui sera présente dans le film sans être traduite, interrogeant habilement le spectateur sur son propre rôle d'exclu et suscitera habilement son envie de connaître l'autre.

Car c'est bien d'union dont il s'agit. Pas tant cette recherche de l'amour qui motive les deux frères de lait, mais bel et bien cette profonde amitié et cette confiance fraternelle.
Sorti en 2006, le film est un formidable objet pédagogique pour les enfants mais aussi pour les adultes, qui, par les temps qui courent, seront ravis de se voir rappeler tout ce qui crée des tensions entre deux civilisations sœurs et, par extension, entre ces deux frères : la superstition, les préjugés, l'amertume, la jalousie, le racisme, l'intolérance.

C'est par un chemin initiatique que les deux frères séparés se retrouveront finalement, sans que l'on puisse déterminer le gagnant : "ils sauveront la fée des djins et tous les deux seront heureux, seront heureux" comme le dit la berceuse chantée par leur mère.

Cela étant dit, on ne peut s'empêcher de trouver le récit un peu faible par moment, tant la belle leçon de morale se transforme parfois en cours de morale, où l'on vous martèle ce message de tolérance jusqu'à plus soif. Qui plus est, la fin se dénoue avec un élément scénaristique sorti du chapeau afin de conserver un politiquement correct un peu plat, qui échouera sans doute à faire évoluer les mentalités plus que quelques jours des têtes dures, et ne fera que convaincre encore plus les convaincus.

Quoiqu'il en soit, Azur et Asmar est un film utile quelque soit l'âge.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1934 fois
14 apprécient

Autres actions de numerimaniac Azur et Asmar