De la comédie visuelle au film d'action auditif

Avis sur Baby Driver

Avatar Adrin
Critique publiée par le

Fini les hommages avec la trilogie Cornetto, Edgar Wright débarque, toujours avec une maîtrise millimétrée de l'art de la réalisation, pour un film de pure action.

Baby, interprété par un Ansel Elgort ayant récemment joué dans des films pour ados possédant un mauvais goût cinématographique prononcé (= Divergente + Nos Étoiles Contraires), est un jeune conducteur de braqueurs de banque manipulé par un Kevin Spacey mafieux. Il doit rembourser sa dette au travers des fuites en voiture mais souhaite se retirer de ce milieu. Il est le bon samaritain accro à la musique qui ne supporte pas le sang couler lors des braquages.

Première force du film : le choix et la direction d'acteurs est impeccable. Kevin Spacey en big boss mafieux en impose, Jamie Foxx en gachette facile est hallucinant et Jon Hamm et Eiza Gonzales en tourtereux braqueurs arrivent vraiment à sortir du second plan de manière surprenante.

Ok j'avoue que pour le rôle de Baby, tu aurais mis le Ryan Gosling de Drive et ça aurait été la même voire plus. (Je refait actuellement le film dans ma tête avec Ryan Gosling pour voir si ça marche)

La seconde force du film réside dans son rapport à la musique. Celle-ci est intradiégétique. L'environnement entre en symbiose avec la rythme de la musique écoutée par Baby pour créer de l'onirisme dans le réel qui entoure Baby.
Choisies bien souvent pour coller à l'ambiance d'une scène, elles arrivent cependant à surprendre en inversant une situation pour créer un décalage avec la tension qui devrait pourtant être présente. (Pour ceux qui ont vu le film, je pense à la scène dans le Dinner avec Jon Hamm et Ansel Elgort)

Les défauts du film résident hélas dans le fait qu'il se cantonne à être un film de genre. Il est un film d'action et il le reste jusqu'à la fin. De là, toutes les situations restent prévisibles.

Mais encore, le film peut par moment être bruyant. J'ai vu certains spectateurs être agressés par le bruit même si cela se révèle être un choix artistique. Le film peut vraiment être éprouvant si l'on est hermétique à de l'action s'étirant sur la durée.

De plus, le personnage de Lily James, Deborah, n'est pas convaincant. Elle est une serveuse de café qui ne se place qu'en love interest de Baby et prête à s'enfuir au bout du monde pour lui sans poser aucune question. Son rôle est d'aimer Baby et de le sauver occasionnellement. Il aurait suffit quelques scènes de questionnements, de doutes, de longs monologues de méditation pour rendre cela plus crédible.

Mais pas le temps, on est dans un film d'action alors on attache sa ceinture et on retourne sur l'asphalte.

Est-ce que je peux vraiment en vouloir à un film parce qu'il respecte le genre qu'il a adopté ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 536 fois
13 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Adrin Baby Driver