👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avide d'en apprendre plus à propos de la polémique l'entourant, j'ai abordé "Babylon A.D" par le truchement de "Fucking Kassovitz" ( http://www.youtube.com/watch?v=aHCZr5baQaY ), le journal de bord du chaotique tournage relatant les prises de becs du réalisateur avec Vin Diesel, le flicage des producteurs exécutifs, la réduction du budget, les décors absents des plateaux, le laxisme des techniciens, la réécriture journalière du scénario...

Ignorant tout de l'ampleur des dégâts supposés sur la pellicule, j'éprouvais de la compassion pour le cas Kassovitz, persuadé qu'il était la victime d'une machination fomentée par les salauds hollywoodiens. Faisant fi des avertissements de TotoroM & Truman- me mettant en garde, armé de curiosité, je me suis tout de même engagé pour une projection.

A l'issue de la vision de "B.A.D.", j'ai pris conscience que le making-of est aussi une insidieuse propagande franchouillarde visant à victimiser et réhabiliter un Kassovitz "martyrisé" par ses producteurs yankees et le prétendu cerbère Vin Diesel. Au delà de son attitude de diva visant à sauver sa carrière, Pinard Gasoil semble abattu et atteint d'une douloureuse lucidité quant à ce projet qui se décompose à vue d'oeil.

En tant que chef de son "chiantier", Kasso, aux yeux plus gros que le ventre, traine la casserole du désastre engendré par moult de ses artisans : les dialogues sont d'une banalité à chier par terre, la reproduction de New-York est une troublante jumelle de Hill Valley, les pitoyables interventions pseudo kung-fu de Michelle Yeoh, les prestations transparo-chiantes de Lambert Wilson et Charlotte Rampling, le recyclage des Yamakasi et leurs galipettes, le montage aberrant (notamment la fulgurante transition sous-marin / snowbikes !), des gunfights ringards, la métaphore biblique nauséabonde, l'étape résurrection incompréhensible...

Malgré une ambiance post-apocalyptique de bon aloi, "Babylon A.D." années lumières de s'approcher du roman originel et des phantasmes de Kassovitz ! "B.AD." est cheap, se boursouffle et se désagrège au fur et à mesure de son déroulement et sa médiocrité égale "La Sirène Rouge" (2002) d'Olivier Mégaton, la seule autre adaptation d'un bouquin de Maurice Dantec.

Cassos ! Vite !

Lazein
2
Écrit par

il y a 8 ans

30 j'aime

5 commentaires

Babylon A.D.
Lazein
2
Babylon A.D.

Babylone, tu déconnes

Avide d'en apprendre plus à propos de la polémique l'entourant, j'ai abordé "Babylon A.D" par le truchement de "Fucking Kassovitz" ( http://www.youtube.com/watch?v=aHCZr5baQaY ), le journal de bord...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

5

Babylon A.D.
S_Plissken
3
Babylon A.D.

By the rivers of Babylon/There we sat down/Ye-eah we wept/When we remembered Zion

De la SF malmenée, des acteurs avec des grosses voix, une prétention affligeante dans la réalisation, ce film est boursouflé de toute part, jusqu'à l'excès et reste très pénible à suivre.

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

2

Babylon A.D.
takeshi29
1
Babylon A.D.

Kassovitz dans les abysses

Je sais que ce n'est pas très charitable mais j'ai plus souri devant ce "Babylon A.D." qu'autre chose grâce à un casting "étonnant", grâce à un mysticisme à deux francs. Je trouve qu'on n'est pas...

Lire la critique

il y a 11 ans

9 j'aime

3

Back in Black
Lazein
9

For Whom The Bell Tolls

Ca ne fait que 6-7 ans qu'AC/DC asperge le monde de ses effluves tirées d'un cocktail composé d'une base de blues puis de sueur, de sang, de cuir, de graisse, de pneu brûlé, de bière chaude et de...

Lire la critique

il y a 8 ans

61 j'aime

21

Papillon
Lazein
9
Papillon

Mouche à beurre

En cette glorieuse année 1973, le peu prolifique cinéaste US Franklin J. Schaffner, fraîchement auréolé du combo "Planet Of The Apes" &"Patton", enchaine avec "Papillon" qui constituera le summum de...

Lire la critique

il y a 9 ans

58 j'aime

5

Salo ou les 120 Journées de Sodome
Lazein
2

Killing In The Name Of

Considéré comme le film le plus choquant de l'histoire du cinéma, "Salo O Le 120 Giornate Di Sodoma" est inspiré de l'oeuvre inachevée du Marquis de Sade : "Les 120 Journées De Sodome", sulfureux et...

Lire la critique

il y a 9 ans

56 j'aime

33