👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Adapter Babylon Babies de Maurice G. Dantec était le rêve de Mathieu Kassovitz. Un rêve qui s'est transformé en cauchemar une fois le tournage entamé...

Toorop est un mercenaire renommé, Parceque son boulot est de qualité et qu'il a de l'expérience, notamment comme soldat. Un jour, on lui demande d'amener une femme, Aurora, jusqu'à un endroit ou un ordre religieux la récupérera...

Ou en tout cas c'est ce qu'on peut comprendre d'un film sacrément bancal. Car s'il conserve clairement des aspirations sociales dû à son réalisateur, le film est détruit par une production catastrophique. En cela, il est fascinant de regarder le documentaire "Fucking Kassovitz". Ce making off illustre parfaitement l'horreur qu'à vécu Kassovitz dés le début du tournage : Pour le casting, on lui propose des acteurs ne correspondant en rien au personnage. Il finit par se rabattre sur Vin Diesel, jugeant que celui-ci pourrait convenir. Une fois que celui ci débarque, il se rend compte que le grand et baléze gaillard refuse d'effectuer ses cascades, ou demande un surplus de protection risquant de gâcher chaque scéne (ses demandes coûteront une lourde blessure à Jérôme Le Banner). De plus, il s'immisce à un tel point dans la production qu'il en vient à réécrire lui même des scénes sur le tournage pour se donner le beau rôle. Au point que le réalisation et la premiére équipe finiront par déserter le tournage de la grande scéne finale, laissant la seconde équipe le tourner selon ses choix.

Et ce ne sont là que quelques exemples expliquant que ce film si ambitieux finissent comme un film d'action lambda au sujet à peine exploité, et souffrant de coupes visibles. On est trés trés loin du grand film attendu. Ici, on passe la moitié de son temps à s'ennuyer et on ne se réveille que lors des bréves apparitions de Gérard Depardieu et de Lambert Wilson. Pour autant, certaines scénes rendent trés bien et si on veut se reposer les neurones, pourquoi pas. Le soucis, c'est que Kassovitz a toujours vu le cinéma comme un art lui permettant d'exprimer ses idées. A l'opposé d'un Vin Diesel qui n'y voit qu'un véhicule pour sa gloire. Et le résultat est malheureusement bien plus Vin Dielsel que Kasso. Une belle déception...

DavidRumeaux
4
Écrit par

il y a 4 ans

1 j'aime

Babylon A.D.
Lazein
2
Babylon A.D.

Babylone, tu déconnes

Avide d'en apprendre plus à propos de la polémique l'entourant, j'ai abordé "Babylon A.D" par le truchement de "Fucking Kassovitz" ( http://www.youtube.com/watch?v=aHCZr5baQaY ), le journal de bord...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

5

Babylon A.D.
S_Plissken
3
Babylon A.D.

By the rivers of Babylon/There we sat down/Ye-eah we wept/When we remembered Zion

De la SF malmenée, des acteurs avec des grosses voix, une prétention affligeante dans la réalisation, ce film est boursouflé de toute part, jusqu'à l'excès et reste très pénible à suivre.

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

2

Babylon A.D.
takeshi29
1
Babylon A.D.

Kassovitz dans les abysses

Je sais que ce n'est pas très charitable mais j'ai plus souri devant ce "Babylon A.D." qu'autre chose grâce à un casting "étonnant", grâce à un mysticisme à deux francs. Je trouve qu'on n'est pas...

Lire la critique

il y a 11 ans

9 j'aime

3

Police
DavidRumeaux
3
Police

Police !

Alors là. Autant j’apprécie la carrière éclectique d’Anne Fontaine, autant il me sera tout simplement impossible de défendre ce film d’une quelconque maniére ! Virginie, Erik et Aristide (si si,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

19 j'aime

Bad Buzz
DavidRumeaux
1
Bad Buzz

Bad Buzz !

Quand 2 humoristes de la TV décident de passer au cinéma, ils oublient la différence fondamentale entre les deux médias… Eric & Quentin sont les animateurs préférés des enfants ! Jusqu’au jour...

Lire la critique

il y a 5 ans

19 j'aime

6

Nos futurs
DavidRumeaux
8
Nos futurs

Derriére le rire...

Parfois, un film, son affiche, ne laisse pas forcément présager la surprise qu’il va procurer. Nos Futurs est de ceux-là. Pourtant, sa promo était plutôt bien orchestré et le visionnage d’autant...

Lire la critique

il y a 7 ans

19 j'aime

2