Objet Violent Non Identifié

Avis sur Baise-moi

Avatar JimBo Lebowski
Critique publiée par le

2005 :
- Hey tu l'as vu le film "Baise moi" ?
- Non, j'en ai juste entendu parler, c'est à moitié un porno ça non ?
- Non pas du tout, enfin si un peu, disons que c'est pas le but du film
- Hum ok ...
- Si ça te dis je te prête le DVD, tu me redira ça, je pense que ça pourrait t'intéresser
- Ouai ok si tu veux

Mon pote m'a passé le DVD le lendemain et je l'ai maté le soir même, et malgré les aprioris que je pouvais avoir sur sa réputation sulfureuse et sur les premières minutes un peu déroutantes stylistiquement j'ai été agréablement surpris par le résultat. Presque 10 ans plus tard j'ai voulu revoir ce long métrage si particulier qui ne manque pas de diviser.

"Baise moi" est donc l'adaptation du roman du même nom que l'auteur Virginie Despentes réalise elle même épaulée de Coralie Trinh Thi, elles mettent en scène deux actrices du milieu pornographique des années 90, Karen Lancaume (décédée 5 ans après le tournage) et Raffaëla Anderson qui font leur premiers pas dans un film d'auteur, le casting contient d'autres "stars" du X de l'époque.
La technique est plutôt maladroite, beaucoup de caméra à l'épaule et de soucis de cadrage ou de raccord, mais l'intérêt de cet objet cinématographique ne tient pas en cela mais plutôt en l'ambiance qui en découle, qui elle est bien d'avantage maîtrisée, notamment grâce à une direction convaincante et une bonne prestation des deux actrices débutantes, sincèrement j'ai vu bien pire chez des professionnels, personnellement j'ai trouvé leur jeu tout à fait crédible et ne manquant pas d'authenticité (j'en veux pour preuve cette scène de la plage où elles font réellement connaissance et tissent leur lien fraternel).
La facilité serait d'apparenter "Baise moi" uniquement à un pseudo film de cul mal foutu avec deux nanas qui baisent et tuent à tour de bras en éludant volontairement l'essence de l'histoire qui est elle bien plus obscure. Le défaut apparent, j'entends bien, c'est que ce long métrage mise un peu trop sur son côté subversif et résolument provocateur, mais le choc de certaines scènes hardcore se marient parfaitement au sujet, il est même nécessaire, le symbole étant cette scène du viol montrée explicitement, certains diront qu'elle est inutile et immonde mais d'un autre côté on peut la voir comme une représentation réaliste d'une chose que l'on se refuse de voir ou d'imaginer (un peu comme le long plan séquence du tunnel dans "Irréversible" de Gaspar Noé), moi je trouve l'idée tout à fait audacieuse et culottée.
Despentes et Trinh Thi veulent nous chambouler et nous faire rentrer dans leur univers, celle du destin de ce duo sauce Thelma et Louise sur les routes du meurtre et du plaisir éphémère et charnel, elles vont vers l'inconnu où l'anarchie est leur seule loi, où toute raison se meurt, elles se shootent aux pulsions de l'instant présent.
L'homme y est à la foi dépeint comme objet sexuel domestiqué, père spirituel ou simple cible mouvante désincarnée, je ne suis pas certain qu'il y ai un message féministe (ou du moins prioritairement), plutôt le constat d'un monde cruel et sans pitié qui peut transformer l'être humain du jour au lendemain en bête sauvage, Nadine et Manu sont en quelque sorte les agents du chaos contre une humanité vouée inexorablement à l'échec.
Mais une fois que cette frénésie atteint son apogée la réalité rattrape la déraison et le choc est brutal, la séquence finale est d'ailleurs poignante, où la mort de son binôme semble avoir totalement détruit la psychologie de Nadine qui se refuse de continuer à vivre sans elle, cette course folle et utopique prend donc fatalement fin.

"Baise moi" est à mon sens un film injustement méprisé, qui a certes des défauts techniques et narratifs mais qui contient également des qualités indéniables en terme de mise en scène et surtout d'ambiance, le parti pris de la provoc' est à double tranchant, l'assimilation du public au porno réside dans un manque d'ouverture d'esprit se basant sur des codes faussement préconçues, le sexe n'est pas uniquement racoleur, il peut être également un instrument artistique utile et audacieux.
Alors comme mon pote l'avait fait pour moi, je vous conseille de (re)voir ce film en espérant que vous serez agréablement surpris ou que vous aurez changé d'avis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3208 fois
33 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de JimBo Lebowski Baise-moi