LES 10 COMMANDEMENTS de Tim Burton [SPOILERS INSIDE]

Avis sur Batman : Le Défi

Avatar MajorTom
Critique publiée par le (modifiée le )

Esthétique plus ambitieuse, musique symphonique grandiloquente, Batman : le défi n'est pas un film de super-héros, mais un grand film baroque 100% Tim Burton, qui ose s'affranchir de la mythologie du chevalier noir telle que nous la connaissons à travers la BD.

L'intrigue principale du film tourne essentiellement autour du Pingouin (Danny DeVito). Burton reprend les origines du personnage de comic book — enfant obèse, il était la risée de ses camarades de classes — et les réécrit sous l'influence du chef-d'oeuvre de Tod Browning, Freaks - La Monstrueuse Parade. Le "vilain" devient donc un enfant difforme, abandonné à la naissance par ses parents et élevé par des pingouins avant de devenir monstre de foire. Une réinvention salvatrice pour un personnage qui ne figurait pas parmi les plus intéressants du bestiaire du "BatVerse".
Aussi étonnant que cela puisse paraître, toute l'histoire du personnage — et par extension, la structure du film — se rapproche de celle de... Moïse !!! Ainsi nous assistons au panier transportant Moïse sur le Nil vers sa famille adoptive (le berceau s'enfonçant dans les égouts jusqu'à la tanière des pingouins) ; Moïse revenant parmi les Hébreux pour devenir leur guide (le Pingouin se révélant à la face de Gotham et briguant la place de maire) ; et enfin, Moïse faisant s'abattre dix plaies sur l'Égypte (le Pingouin kidnappant les premiers nés de Gotham afin de les tuer). Cet étonnant parallélisme révèle deux choses : les textes fondateurs sont toujours à la base des grandes épopées ; les super-héros sont la mythologie que les Américains n'ont jamais eue.

Batman (Michael Keaton) n'est pas non plus en reste. Bien qu'il parle peu, ses actes sont évocateurs. Au début du film, Bruce Wayne n'a aucune raison d'être. Il n'a plus de nemesis à combattre et on apprend que sa relation avec Vicki Vale a capoté à cause de son impossibilité à s'écarter de son alter égo, Batman. Car la chauve-souris est sa réelle identité (voir Bruce Wayne dormant la tête en bas dans le premier épisode), son rôle de riche playboy n'étant qu'une façade. Dès l'apparition du bat-signal, le personnage renait ! Le Pingouin devient son nouveau frère ennemi, lui volant le cœur des Gothamiens et salissant son nom. Entre compétition et jalousie, on se demande parfois lequel des deux a les intentions les plus nobles.

Mais Batman trouve toute son ampleur grâce au personnage de Catwoman (Michelle Pfeiffer). Cette dernière se voit réinventée à l'instar du Pingouin. Névrosée et assoiffée de vengeance, elle est un Batman au féminin, ce qui poussera ces deux-là à entretenir une liaison ambiguë. Car si Bruce Wayne et Selina Kyle entretiennent une idylle amoureuse, Batman et Catwoman éprouvent une attirance très physique l'un envers l'autre. Cette situation complexe les mènera à un grand face-à-face final qui n'est ni plus ni moins qu'une des plus belles scènes jamais tournées par Tim Burton, affirmant ainsi sa vision de Batman comme personnage tragique.

Au niveau de la réalisation, le film est superbe avec une photographie bien plus noire que pour le précédent film. Gotham est une ville sortie tout droit du cinéma expressionniste allemand à l'instar des personnages du Pingouin et de Max Schreck (Christopher Walken), dont les physionomies renvoient à des films comme Dr. Mabuse, le joueur de Fritz Lang ou Le Cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene (le nom Max Schreck est également celui de l'acteur incarnant le Nosferatu de Murnau). Batman voit son costume rajusté, passant du statut de monstre à celui de chevalier (noir, bien sûr !). De plus, il est à noter que le film fut parmi les premiers à utiliser des effets spéciaux numériques, bien que James Cameron ait déjà une longueur d'avance avec son T2, sorti un an plus tôt. Néanmoins, ils sont assez peu nombreux et suffisamment discrets pour ne pas trop accuser le poids des ans.

Vingt après sa sortie, Batman : le défi demeure aujourd'hui encore l'un des meilleurs travaux de son réalisateur et côtoie The Dark Knight de Christopher Nolan au sommet des meilleures adaptions du personnage au cinéma.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1452 fois
26 apprécient

Batman : Le Défi est une œuvre produite par Warner Bros©, découvrez la Room 237 de SensCritique.

Room 237

MajorTom a ajouté ce film à 11 listes Batman : Le Défi

Autres actions de MajorTom Batman : Le Défi