👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après une petite année passée sans internet, je suis enfin de retour et j'ai des tonnes de trucs à dire sur le "DC Universe" alors on va essayer de faire vite. Attention néanmoins, cette critique va être un véritable pavé.

Depuis une petite dizaine d'année, le système hollywoodien a changé. Toujours prompt à se faire du fric, l'arrivée d'un nouvel âge d'or pour Disney a renforcé la tendance puisqu'il s'agit désormais d'agir comme un véritable empereur qui cherche à tout prix à étendre ses frontières. Il ne s'agit plus réellement de porter des projets artistiques à l'écran tout en s'assurant de sa rentabilité, mais bel et bien de chopper un filon et de puiser dedans jusqu'à ce qu'il soit totalement épuisé.D'ailleurs, Marvel ne l'a pas encore réalisé mais sa mine d'or commence à montrer certains signes avant-coureurs d'épuisement.
Mais bizarrement, je soutiens quand même ce nouveau système puisqu'il nous permet de voir à l'écran un paquet de trucs cools qui n'auraient jamais vu le jour autrement... Et aussi parce que je me doute que ce mode de production ne durera pas éternellement alors autant en profiter avant que ça se casse la gueule et qu'on se retrouve avec un nouveau Nouvel Hollywood.

Bref, en 2010, DC comics (qui signifie Détective Comics Comics, au passage) commence à serrer les fesses face à la progression de Marvel au box-office et décide de rentrer dans la bataille avec Green Lantern. Manque de bol pour eux, le film est mauvais et se plante. Du coup, DC est obligé de repenser son projet de Justice League et tente de faire les choses bien.
De nombreuses décisions sont prises alors qu'ils prennent beaucoup de retard sur Marvel : Ils recrutent Nolan en tant que producteur, Zack Snyder en tant que "Joss Whedon", interdisent les blagues dans leurs films et décident, à l'inverse de leur concurrent, d'avoir des films liés entre eux et qui se suivent. Tout semble OK pour cartonner dans le monde sauf que leur deuxième "premier film" de la saga, cette fois centré sur Superman (un personnage plus accessible pour le grand public), subit un quasi échec et divise la critique en deux parce que... Il est super violent.

Pourtant, DC ne se dégonfle pas et force son entrée dans le blockbuster-game en lançant la production d'un projet qui prend la poussière depuis 2007 : Batman VS Superman.

Et là encore, on sent que chez DC, y'a des couilles. En effet, on se souvient tous des quelques mois qui ont succédé à l'annonce de Ben Affleck en Batman, des milliers de protestations, de pétitions et de vidéos Youtube pour te prouver qu'il n'a pas le talent nécessaire pour incarner l'Homme Chauve-Souris et pourtant, les producteurs ont tenu bon et aujourd'hui, beaucoup de gens s'accordent sur le fait qu'il est parfait dans le rôle, voire "amazing"... Comme quoi, le public n'a pas toujours raison... Moi compris.

Mais bon, je m'embrouille un peu. Il est temps de parler du film. Déjà, pour mettre tout le monde d'accord, je ne vais parler que de la version longue.

Et bien, j'aime beaucoup ce film. Pour commencer, j'ai pas mal apprécié que Zack Snyder revienne à son imagerie "Watchmen" avec les noirs bouchés, des cadres soignés et des contrastes tellement forts qu'ils donnent un aspect "plastique" à la peau des acteurs. C'est une imagerie qui me plait beaucoup et qui se prête très bien aux adaptations de comics.

Le scénario par contre, même s'il est cohérent et pas trop con (je rappelle : version longue), il reste hallucinament dense et compliqué. Parce que oui, DC ayant des couilles et de bonnes idées, c'est une chose, mais surtout, ils ont quasiment 10ans de retard sur Marvel...
Et donc, ils ont dit à Zack que Batman VS Superman devait introduire Batman, Lex Luthor, toute la Justice League, Suicide Squad, le tout en tenant dans un film cohérent de moins de 4 heures... Ce n'est PAS possible, mais, finalement, Zack s'en tire bien. Le seul gros reproche que je pourrai lui faire au final, c'est que cette obligation d'établir autant de connexions avec les prochains films impacte beaucoup sur l'action (je trouve qu'il en manque)... Et du coup, pour se rattraper, à la fin, le scénariste a eu la fausse bonne idée de faire venir Doomsday pour...

... Tuer Superman et ainsi avoir l'introduction de Suicide Squad.


Donc, le scénario tient pas trop mal la route mais parfois, il pète littéralement un câble, ce qui peut largement nous faire sortir du film pendant quelques minutes (et quand ce craquage de slip concerne tout le quatrième acte, il faut s'armer pour rester concentré).
Sans compter que, du coup, plus économiser du temps, Zack Snyder a rempli son film de symbolique. Le passage à la montagne avec le retour de Jonathan Kent sert, par exemple, à résumer en quelques lignes tout le parcours psychologique de Clark. Pareil pour le personnage de Luthor. En réalité, quasiment tout le bullshit qui a été critiqué lors de la sortie du film, c'est justement de la symbolique pour éviter que le film dépasse les 7 heures.

Parlons des personnages à présent. Alors, on a un Superman pas trop mal écrit et porteur de quelques bonnes idée, notamment celle qui fait qu'il est en couple avec Lois. Un Batman absolument excellent : Sombre, vieux, fatigué et en cours de radicalisation parce qu'il a l'impression que son combat ne sert à rien, accompagné d'un Alfred beaucoup plus fort mais, dans le fond, tout aussi résigné que Bruce Wayne et...

Lex Luthor Jr... Alors, je comprends ce que Zack Snyder a voulu faire... Mais là, je remet un peu en cause son jugement.
En effet, il voulait un Luthor plus jeune, plus dynamique et plus insidieux. Un personnage qui se révèle au fur et à mesure et qui devient méchant tout simplement parce qu'il incarne la peur irraisonnée de l'étranger... Et vu qu'il est milliardaire, je me demande presque s'il n'y a pas un propos contre Trump. Le problème, c'est que le film est tellement pressé, dense et coupé que le personnage est directement montré comme un cinglé qui n'arrive pas à se contrôler et qui manipule dangereusement les politiciens. Mais heureusement (sarcasme), Jesse Eisenberg est là pour insuffler à Lex Luthor toute la subtilité dont le personnage avait besoin.
Ce que j'ai du mal à comprendre dans cette histoire, c'est (encore...) Zack Snyder. Dans son univers, si tu fais chier Superman, il détruit une mégalopole entière avant de te briser la nuque. Si tu fais chier Batman, il va s’entraîner pendant des heures à soulever des trucs complètement abusés, il va créer une armure super classe juste pour te péter les dents et après, il va dégommer tout ton gang avec son arsenal militaire (d'ailleurs, dans ce film, il tue). Et même Alfred se fait servir son café par son maître, couper du bois sans se faire mal au dos avant d'enfiler un tablier de soudure pour te préparer l'armure super classe.
Donc, si l'intention est de transformer tout le monde en "bonhomme", pourquoi le méchant principal de Superman s'est transformé en rouquin hipster à la voix méga aiguë qui a "juste" peur de l'homme d'acier ?!

Bref, comme d'hab, je suis très fort pour énumérer les points faibles d'un film et complètement naze pour expliquer pourquoi je l'aime...

Mais voilà, le film est rempli de petites faiblesse qui, finalement, sur plus de trois heures de film passent assez inaperçu si on ne s'y attarde pas et le spectacle est bon !

Osez me dire que le combat entre les super héros est mauvais par exemple. Ce n'est pas possible. Ce fameux combat, en plus d'être satisfaisant du point de vue de l'action, est visuellement magnifique. J'en profite aussi pour défendre le "You gonna kill Martha", si vous avez vu film, vous savez de quoi je parle.
Dans cette scène, ce que Snyder a voulu montrer, ce n'est pas que Batman s'identifie à Superman, au contraire. Ce que cette scène montre, c'est que, jusque là, Batman n'avait même pas envisagé que Superman pouvait avoir une mère. En réalité Batman voit son ennemi comme un terroriste, un alien ou un ennemi sur le champs de bataille, il ne voit (et ne cherche) pas l'humain qui est en lui, son objectif est de le tuer, rien d'autre. Donc oui, cette scène est plus subtile qu'elle n'y parait et aussi beaucoup plus intelligente... Même si je ne comprends pas comment un homme de 35ans, en bon terme avec sa famille, peut appeler sa mère par son prénom... Mais bon, ça permet au scénariste de se la péter parce qu'il remarqué que les mères des deux personnages ont le même prénom... Bravo David S. Goyer, tu as vraiment fait du chemin depuis Blade Trinity...

Mais pour en revenir à ce qui m'a plu, comme d'habitude, c'est l'ambiance. Et là, le travail est parfait. Gothman est magnifique, Metropolis, pareil, chaque plan est beau, la musique est sublime, les acteurs (sauf Jesse) jouent tous très bien et j'arrive vraiment à "ressentir" le film. C'est à dire que j'arrive complètement à passer au delà de son écriture et de son Luthor tellement je me sens "dedans".

D'ailleurs, un dernier mot avant de finir : Non Mr. Nostalgia Critic, le plan de Luthor n'est pas complètement con. Etant donné qu'il incarne la peur de l'étranger, il est prêt à tout pour détruire Superman, y compris à créer une difformité (Doomsday) pour l'anéantir, voire même à appeler d'autres étrangers pour le tuer. Sauf que, plus il se concentre sur cette tâche, plus il sombre dans la folie.

Donc voilà, comme beaucoup de gens, j'ai été assez surpris lors de mon premier visionnage mais, finalement, au bout du troisième (un an sans internet que je vous disais), j'ai fini par accepter ses défauts et aussi par me les expliquer. Du coup, j'aime beaucoup ce film malgré tout et je trouve qu'il s'en sort très bien malgré son cahier des charges totalement abusé. Je vous recommande donc la version ultimate du film à condition d'arriver à passer au delà d'un peu de bullshit pour profiter d'un excellent spectacle.
J'irai même plus loin en soulignant que ce Batman V Superman fait un peu doublon avec le Civil War de Marvel... Eh ben sachez que je n'aime pas énormément Civil War parce qu'il n'a pas d'ambiance (ENCORE !) et que je trouve que ce film là arrive quand même à être plus intéressant, plus intelligent et plus beau que les autres productions Marvel. Donc oui, je vais me risquer à le dire : je préfère le DCCU au MCU et j'ai pas fini d'en faire l'éloge puisque j'ai aussi bien aimé Suicide Squad !

GrenKopun
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 5 ans

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Kelemvor
4

Que quelqu'un égorge David S. Goyer svp, pour le bien-être des futures adaptations DC Comics !

Qu'on se le dise, Man of Steel était une vraie purge. L'enfant gibbeux et perclus du blockbuster hollywoodien des années 2000 qui sacrifie l'inventivité, la narrativité et la verve épique sur l'autel...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

35

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Sergent_Pepper
3

Les arcanes du blockbuster, chapitre 24

Jour sombre sur la beach. Crépuscule noir, vent frais dans les palmiers. Dans la corbeille, des pommes rouges, des livres anciens, des profiteroles, de la ventoline et La psychanalyse pour les...

Lire la critique

il y a 6 ans

106 j'aime

11

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
CrèmeFuckingBrûlée
9

Snyder v Whedon

Je ne voulais pas écrire de critique. Mais après en avoir lu quelques unes et percevoir çà et là des paroles aussi absurdes que pédantes, je me suis dit dans tout mon orgueil que je désirais partir...

Lire la critique

il y a 6 ans

101 j'aime

44

Old Boy
GrenKopun
10
Old Boy

Rire.

Le cinéma sud-coréen a quelque chose d'assez fascinant. Il faut bien avouer que dès les premières minutes d'un de leurs films, je me sens déjà dépaysé. Dans cette région du monde, les codes de...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

3

Only God Forgives
GrenKopun
8

Rouge.

Qu'est ce que l'Art ? Pour certains philosophes, l'Art, c'est lorsqu'il y a un groupe de réflexion qui se forme autour d'une œuvre. En ce sens, on peut largement dire que Only God Forgives en est,...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

2

The Cell
GrenKopun
7
The Cell

Une excellente surprise pour les amateurs de série B qui ont du cœur.

Bon, déjà, l'affiche m'a menti, ça commence mal. On nous montre une J-Lo en petite tenue moulante et une esthétique visiblement assez orientale mais en fait non (Remboursé !!!). Jennifer Lopez, quant...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

1