Nero nemesis.

Avis sur Batman v Superman : L'Aube de la Justice

Avatar Kiwiwayne Kiwinson
Critique publiée par le

Tout comme dans « Man of Steel » qu’il avait sorti en 2013, Zack Snyder alterne, dans « Batman vs Superman », les réussites et les échecs. Vendu comme l’énième événement geek ultime, ce combat entre les deux super-héros les plus influents des couloirs de DC Comics s’avère surtout comme une œuvre opportuniste et patente maquillée à la Kryptonite.

Zack Snyder, réalisateur vertueux dans le domaine des films à effets spéciaux, ouvre le bal avec une séquence directement reprise à « Man of Steel », mais filmée du point de vue de Bruce Wayne, cavalant dans les rues de Métropolis, dévastées par le combat kryptonien opposant Superman au Général Zod. « Batman vs Superman », revenant d’une promotion plutôt chaotique, pouvait se prétendre comme un film de super-héros peut ordinaire, mélangeant l’univers glauque de Batman aux inspirations bibliques de Clark Kent. Avec un réalisateur comme Snyder à la réalisation, tout était là pour réussir, surtout en sachant que ce même bougre est le réalisateur de « Watchmen », certainement le meilleur film de super-héros existant. On peu donc le dire, « Batman vs Superman » pouvait être attendu avec une impatience que l’on réserve habituellement pour le prochain film de David Fincher ou de Christopher Nolan (d’ailleurs ici producteur exécutif).

L’exécution de la réalisation ne souffre pas des nombreuses failles auxquelles Snyder nous a déjà habitué. Pour une fois, il y a plus de plans correctement cadrés que ralentis esthétisant et laids. Mais il ne faut pas se leurrer, Snyder fait parti de ces grands talents amoureux de l’argent. À ce titre, il réitère les mêmes erreurs que dans « Man of Steel », c’est à dire une mise en place lente au service de nombreux climax hystériques. Mais oui : « Batman vs Superman » est un film totalement épique, loin du niveau de « Watchmen », mais tout de même d’une manière assez virtuose pour satisfaire un spectateur en manque d’acrobaties. Dans l’ombre, le film déploie également des pistes intéressantes, notamment par la voix de l’Ex Luthor, abordant avec intelligence de nombreuses questions philosophiques, comme notamment la place de l’homme face aux mythes ou questionnant la démocratie dans l’Amérique post-11/9.

Quand il y parvient, le réalisateur de « L’Armée des Morts » réanime la dimension abstraite couvrant son univers, construisant encore son cinéma sur des personnages archétypaux : gardiens de la paix, sculptés comme les super-héros absolus opposés par leurs idéologies et leurs points de vue sur l’humanité. Mais si Zack Snyder fait bien son boulot derrière la caméra, le film pâtit néanmoins de plusieurs vices qu’il aurait aisément pu éviter. Les enjeux dramatiques s’enchainent, mais leur importance est fréquemment gâchées par une imagerie gloutonne très américaine. Malgré des traits d’humour facilement appréciables, le métrage à du mal à trouver son rythme. Tout comme « Man of Steel », « Batman vs Superman » se retrouve sans le vouloir à officier comme un film-épisode, soumis à une succession de passages tantôt pertinents, tantôt exhalant une oasis d’effets spéciaux récitatifs et grossiers.

Pour les acteurs en revanche, il faut reconnaitre une surprise : plus que la simple figure de Batman, Ben Affleck est véritablement l’un des grands point fort du casting. Il insuffle sur la conception du personnage un souffle inédit, plus sombre, plus cynique, plus charismatique, semblant principalement s’inspirer des travaux de Frank Miller sur le personnage. Henry Cavill est en revanche plus platonique, et Wonder Woman se contente d’une maigre part du gâteau, à associer avec quelques caméos dont on ne pouvait qu’espérer plus. Jesse Eisenberg quant à lui cabotine dans la peau d'un méchant que l'on peine à prendre au sérieux.

Bien plus réjouissant qu’un « Man of Steel », « Batman vs Superman » convoque une surdose visuelle qui ne parvient cependant pas à annihiler un sentiment de déjà-vu, présent dans les films de super-héros depuis leur plus jeune âge. Plus nombreux sont les dollars, moins nombreuses sont les idées, un raccourcie qui sied parfaitement la carrière de Zack Snyder, en train de sombrer dans un délire affreusement kitsch. Dispersant sans gène nos espoirs face aux mirages, « Batman vs Superman » nous rappelle que tous les films de super-héros se ressemblent, envers et contre tous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5600 fois
95 apprécient · 10 n'apprécient pas

Autres actions de Kiwiwayne Kiwinson Batman v Superman : L'Aube de la Justice