Surprise.

Avis sur Batman v Superman : L'Aube de la Justice

Avatar KDLMehdi
Critique publiée par le

Surprise !
Et une bonne !

Bon, me voilà pour une critique d'un film qui me tient étrangement à cœur. Batman vs. Superman : L'Aube de la Justice.
Réalisé par Zack Snyder. Entre autre, il a réalisé un de mes films, tout genre confondus, préférés : Watchmen. C'est un film de super heros assez "adulte", sombre, avec une ambiance pesante. Après, quand on voit le créateur du comics (Alan Moore), on comprends pourquoi cette ambiance.
Dans Watchmen (non promis, c'est pas une critique de ce film), ce qui m'avait vraiment plu était, justement, cette ambiance plus "adulte" que les films de super-héros sortis dans la même période, ou m'ayant accompagnés durant mon enfance (Les Spiderman de Sam Raimi par exemple). J'exclu Sin City, je l'ai vu très tard, après Watchmen !

Batman v. Superman, ou Superman 2 ?

Bon, pour revenir au film présent, il est la suite de Man of Steel, le petit frère plus prometteur. Celui qui aura une meilleure vie et engendrera des enfants ayant eux-mêmes une meilleure vie, on y reviendra plus tard.
Man of Steel m'avait déçu. C'est un film très médiocre. Je l'ai regardé, j'ai pas retenu grand chose à part que Zod est un vilain, que New York est une ville située en plein milieu de l'autoroute des vaisseaux extra-terrestres destructeurs, et que Superman ne contrôle pas sa force. On avait donc fini le film avec une ville totalement détruite. Ah, j'ai parlé de New York. Peut-être aurais-je dû parler de Metropolis. D'ailleurs, selon mes souvenirs, Metropolis et Gotham sont toutes les deux inspirées de New York. Metropolis incarne la bonne New York, Gotham en représente les bas-fonds.

Bon, je vais donc parler du film en lui-même, il y aura très probablement quelques spoilers, que j'essaierais de cacher.

On commence donc avec le générique. Il est centré sur Batman. Etant donné que désormais, c'est Ben Affleck qui joue le chevalier noir, on a droit a une sorte de reboot intense de sa jeunesse et de la naissance du bat man. Le générique est ultra classe. Vraiment, j'ai adoré cette façon de condensé la création du justicier de Gotham. En quelques minutes, on voit la mort de ses parents, sa fuite face à la réalité, la "folie" que cette fuite amène, la chute (au sens propre comme figuré) qui suivra sa "folie", la prise de conscience de sa propre fuite et de ses peurs, et, finalement, la renaissance de Bruce épaulé par la maîtrise de ses peurs et de ses démons. NEZ EN MOINS (mdr), on reviendras sur ce point plus tard dans la critique, dans un spoilers.

Vient ensuite une ellipse de 18 mois. On est en plein centre de Metropolis, pendant la scène d'action de fin de Man of Steel. Problème ? On est pas dans Man of Steel, on est dans Batman vs. Superman. C'est pas Superman vs. Batman. Du coup, on est bien du côté de Batman, ou plutôt de Bruce Wayne, pendant cette scène.
On voit la bagarre du point de vue d'un simple humain. Deux dieux qui se battent sans prêter attention à ce qui les entoure, et tuant, par dommages collatéraux, des milliers d'humains. Bruce Wayne, en bon PDG de multinationale qu'il est, s'inquiète de la vie de ses employés, qui bossent dans un gratte-ciel en plein centre-ville. Le gratte-ciel tombe, tous ses employés meurent, ou du moins une grosse partie. Il se rends compte que l'humanité n'a pas besoin de ce genre de Dieu.

Je m'arrête quelques instants. Que fait Bruce Wayne à Metropolis ? Il
est pas censé être à Gotham ? Pas vraiment, les deux villes sont, ici,
séparées par une rivière. Metropolis est une sorte de centre
économique. Il parait donc normal que Bruce Wayne l'homme d'affaire
multimilliardaire aille s'y installer. On ne verra pas grand chose de
Gotham dans ce film. Mais, c'est tant mieux, ça nous en laissera plus
à découvrir pour le reboot de Batman aux alentours de 2019, il me
semble.

Le film continue. On se rends très vite compte que quelqu'un essaie de faire passer Superman pour le diable, et non pour dieu. À ce moment très précis du film, on a deux archétypes :

  • Batman, le chevalier noir. Il vient de Gotham, la ville pourrie de
    l'intérieur, gangrené par la criminalité. Il combat pour la justice
    et le bien commun, mais en restant dans l'ombre. Il est une sorte de
    bienfaiteur masqué, qui n'a que faire s'il passe pour un démon. Il
    représente l'ombre, mais une bonne ombre, une ombre bienveillante.

  • Superman, l'alien humanoïde qui ne se cache pas au monde (enfin,

    parfois il met ses lunettes). Il vient d'une ville où il fait

    toujours soleil ; Metropolis, la merveilleuse. Il combat aussi pour

    la justice et le bien commun, mais ne s'en cache absolument pas. Il

    aime qu'on le remarque. C'est un bienfaiteur, qui, aux yeux du

    public, commence à passer pour un destructeur. Il représente la
    lumière, mais une lumière qui vacille.

Le bien contre le mal, la lumière contre les ténèbres, un dieu contre un démon, le mal contre le bien...

J'ai trouvé cette comparaison, des deux personnages, très intéressante et vraiment très bien amenée au spectateur. Sur ce point, j'ai vraiment rien à reprocher à Snyder (à ce moment du film).

Le film continue encore, et on voit venir le génie du mal : Alexander Joseph Luthor !
J'aimerais vraiment m'arrêter quelques instants sur ce personnage. À mes yeux, c'est la meilleure interprétation de Lex.
Il est un des êtres les plus intelligents de la Terre, dans l'univers DC (et pas le plus intelligent comme j'ai pu lire, Captain Marvel est pas mal dans son genre). Aucun être humain ne peut être aussi intelligent et rester froid comme il a souvent été. Non, Jesse Eisenberg le joue un peu comme il a joué Mark Zuckerberg : Il est jeune, actif, joueur, provocateur, et souriant ! Fini les super-vilains qui tirent la tronchent à longueur de journée.

On découvre au fur et à mesure le plan de Luthor : Faire passer Superman pour un vilain (dans le sens héro/vilain), pour avoir le droit de concevoir une arme de destruction massive couplée à de la kryptonite. Ainsi, il pourrait tenir Superman, ou Dieu, dans sa main. Au fil de l'histoire, le plan évolue : Superman doit se battre contre Batman, Superman doit rapporter la tête de Batman, etc.

Mais, durant le film, on nous présente Superman comme les gens le voient : Un Dieu. Tout est calculé pour le faire passer pour un dieu : sa façon de se tenir en l'air, les gens qui tendent les mains vers lui, en s'abaissant quand il est là, le fait que le soleil se trouve toujours exactement dans son dos, etc.

On avance dans l'histoire, et on se retrouve au fameux combat dont le film tient le nom : Batman vs. Superman. Et c'est toujours le cas, c'est toujours Batman contre Superman :

C'est lui qui met le premier coup !

Bon, voilà, ils se battent, pan pan, poum poum, et cie. Si vous ne l'avez pas vu au cinéma, vous l'avez vu dans la bande annonce ! Et sinon... Vous l'avez vu dans n'importe quel film d'action.

Batman tient le coup et fait face à Superman. Il le met à terre, et s'apprête à lui planter une lance de kryptonite dans le coeur, en lui expliquant qu'il n'est pas humain, que ce monde n'a pas besoin d'un Dieu de ce genre. Et là... ET LÀ... Superman demande, en gémissant, à moitié mort, à Batman, de sauver Martha ; sa mère. Quelle coïncidence, Martha Kent... Martha Wayne... If you know what I mean.

Bref. On revient donc sur un point que j'ai abordé au début de ma critique. Bruce était censé avoir fait le deuil, avoir trouvé, combattu, maîtriser, dompter ses démons. Mais non. Un seul mot le fait fondre en larme et s'effondrer comme un enfant. C'est un des points faibles du film. La personnalité de Batman déconstruite en 2 secondes et demi. Quel dommage !

Bon, du coup, on repart sur les spoilers...

Batman accepte d'aider Superman, d'aller sauver sa mère et de vaincre le mal ensemble. Il arrive à sauver Martha, pendant que Superman fonce voir le commanditaire de tout ça : Lex. Il se trouve dans les restes du vaisseaux de Zod, il en a pris le contrôle et a créé une abomination mi-humaine mi-kryptonienne : Doomsday.

En réalité, il a plongé le corps de Zod et y a mélangé son propre sang. Bon... c'est un Doomsday quelque peu éloigné de l'originel. Soit, je ne suis pas contre le changement, bien au contraire. Par contre, c'est un peu facile. On part de Zod qui est un kryptonien "normal", on y rajoute le sang d'un terrien... et ça créé un monstre plus puissant que Superman ? Qui résiste à une explosion atomique ? Mouais, bref.
Pas de signe de Superman, qui s'est donc pris un missile nucléaire dans la gueule avec Doomsday, dans l'espace. Batman décide d'amener le forcené à Gotham, pour pas détruire Metropolis une seconde fois, surtout qu'elle est déjà bien entammée. Superman revient dans le combat (une petite dose de Vitamine D est c'est reparti).
Les deux héros ont du mal, Doomsday est un vrai coriace... Superman est parti chercher la lance incrusté de kryptonite de Batman dans les décombres de Gotham. Batman est seul face à Doomsday, ça s'annonce mal. Il s'apprête à se faire détruire par un tir de rayon laser quand... tout à coup... grosse montée de hype WONDER WOMAN ! Hihihihi !
grosse montée de hype Le combat continu, et quel combat ! J'en dirais pas plus, mais il est vraiment vraiment bien réalisé.
Bon, Superman revient, il plante Doomsday, qui le tue avant de mourir. Superman, mort ? C'est ce qu'on verra dans la Ligue des Justiciers, en 2017 !

Batman vs. Superman, Man of Steel 2, ou le préquel de la Ligue des Justiciers ?

Snyder pose donc les base du futur univers cinématographique qui concurrencera celui de Marvel.
Il a commencé avec Man of Steel. Il se poursuit avec Batman vs. Superman. Le prochain film sera Wonder Woman. Ces trois personnages sont présents dans ce film, et c'est bien pensé : Ce sont les membres fondateurs de la Ligue des Justiciers. Aidés de Flash (qui verra sont film arriver à peu près en même temps), Aquaman (idem, un film pour lui aussi), et Cyborg, ils seront l'équivalent des Avengers, à la mode DC. Un peu déçu de la non-présence de J'onn J'onnz, alias Martian Manhunter.
On oubliera pas Suicide Squad non plus.

Le film pose donc les bases de ce prochain univers. Maintenant, quelques questions se posent. Aura-t-on droit à des films à la sauce Man of Steel ? Ce serait décevant. Cependant, s'ils nous pondent des films comme celui dont vous lisez la critique actuellement, alors il n'y aura aucun doute : Ils auront remporté la bataille des univers de comics retranscrit au cinéma.

Revenons-en au film.

Visuellement, rien à reprocher. Ah si ! J'ai, malencontreusement, été le voir en 3D. Et je ne comprends toujours pas. Je dois très probablement être vieux jeu.
La mise en scène est très travaillée, la colorimétrie aussi. Mais ça, pour un blockbuster, c'est obligatoire.

L'OST m'a scotché. Et m'a fait retomber en enfance.

https://youtu.be/mCHGhNteXmU (Thème de Wonderwoman)
Ca m'a vraiment fait penser à l'opening de la Ligue des Justiciers

https://youtu.be/MA7zvBQ4sf0

Si c'est pas un message subliminal ça, c'est quoi ?

Le film est long, 2h33. Mais il gagnerait à être plus long, notamment pour travailler plus finement le combat entre les deux héros ; C'est quand même ce qui a donné le nom au film. Et la relation entre Batman et Superman n'est pas assez détaillée non plus. Après, on a un Superman qu'on a vu seul contre tout les maux du monde dans Man of Steel, et un Batman sorti de nulle part. Donc, 2h30 est peut-être vraiment trop court.

À mon gout, ce film est une vrai surprise, et une bonne. Un film plus adulte que les Marvels, plus sombre, moins drôle. Mais aussi plus prenant, et plus joli visuellement. Quelques défauts, surtout au niveau de l'écriture scénaristique. Mais ces défauts sont pulvérisés par les qualités, que je trouve, au film. Avec Deadpool, ce film entre dans mon Top 10 des films de Super-Héros. Et là, il se passera deux choses : Soit il y restera longtemps, et c'est tant mieux. Soit, il sera effacé par les prochains DC, et là, ce sera encore mieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 288 fois
1 apprécie

Autres actions de KDLMehdi Batman v Superman : L'Aube de la Justice