👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Assez d'accord avec l'ensemble des commentaires que j'ai pu parcourir ici et là... Purement et simplement expérimental cet objet filmique nous entraîne dans les tréfonds d'une poésie païenne pour le moins désarçonnante : au gré d'un Noir et Blanc saturé n'étant pas sans rappeler l'esthétique indus d'un Tetsuo ou d'un Chernozem ce bien-nommé Begotten enchaîne les visions rituelles, viscérales, telluriques...

Peu évident de discourir au sujet du film de Edmund Merhige, tant sa dimension expérimentale en régit pratiquement l'intérêt et/ou non l'adhésion ; une connaissance préalable des cultes profanes et religieux intrinsèques au contenu narratif du métrage s'avère certainement nécessaire pour se livrer à une critique analytique conséquente et constructive de Begotten...

Quelques mots sur mon ressenti : l'impression d'un choc en forme de fatras pas toujours digeste mais fascinant, jouant sur les altérations visuelles ( stroboscopie, voilages, scintillements, stries...) et les paysages sonores atmosphériques ( Eraserhead surtout, Tetsuo encore résonnent entre nos deux tympans...) ; une texture formelle très prononcée doublée d'un récit peu lisible, jouant sur un floutage factuel des figures ignoblement représentées par Edmund Merhige. Un jusqu’au-boutisme stylistique indiscutable, qui laissera plus d'un spectateur sur le bas-côté mais qui ravira les adeptes d'expériences extrêmes et atypiques...

Pas toujours étranger à l'ennui ni à la redondance Begotten est donc un morceau de cinéma underground très racé, morbide et artistiquement cohérent. Une curiosité à découvrir.

stebbins
7
Écrit par

il y a 2 ans

2 j'aime

5 commentaires

Begotten
Alligator
2
Begotten

Critique de Begotten par Alligator

Intrigant pendant une bonne dizaine de minutes. Pourquoi? Ben parce qu'on se trouve confronté à une image traffiquée, granuleuse, aux contrastes poussés au maximum, à tel point qu'on parvient...

Lire la critique

il y a 9 ans

21 j'aime

4

Begotten
GuillermoDelPuerco
5
Begotten

Critique de Begotten par GuillermoDelPuerco

Je connaissais la scène d'ouverture, qui me dérangeait pas mal, donc j'm'attendais à un truc carrément perturbant d'autant que je pensais que c'était un film tourné il y a très longtemps par un mec...

Lire la critique

il y a 10 ans

19 j'aime

4

Begotten
JimBo_Lebowski
6
Begotten

Quasi irregardable mais très audacieux

"Begotten" est un film vraiment à part, entre un nihilisme exacerbé et un symbolisme apparent, il rend très clairement hommage au cinéma des années 20 alors qu'il est réalisé 70 ans après,...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime

Hold-Up
stebbins
1
Hold-Up

Sicko-logique(s) : pansez unique !

Immense sentiment de paradoxe face à cet étrange objet médiatique prenant la forme d'un documentaire pullulant d'intervenants aux intentions et aux discours plus ou moins douteux et/ou fumeux... Sur...

Lire la critique

il y a plus d’un an

38 j'aime

11

La Prisonnière du désert
stebbins
4

Retour au foyer

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur. Vanté par la critique et les...

Lire la critique

il y a 6 ans

35 j'aime

8

Ma Loute
stebbins
3
Ma Loute

Parvenus chez les ch'tis

Une véritable pantalonnade, fortement poussiéreuse et sans finesse aucune. Si Bruno Dumont se concentre habituellement sur le milieu ch’timi - et ce dès La vie de Jésus, son très beau, limpide et...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6