Un drame sur la dépendance bien trop lisse et anecdotique malgré les efforts de Julia Roberts.

Avis sur Ben is Back

Avatar Rémy Fiers
Critique publiée par le

Ce film avait tout pour être un drame tendu et perclus d’émotions fortes. La première scène du film parvient d’ailleurs autant à nous inquiéter qu’à installer une tension palpable. On y voit une mère, incarnée par une Julia Roberts que l’on n’avait pas senti aussi investie et percutante depuis un bail, rentrer chez elle en voiture avec sa fille un jour de réveillon de Noël. Pendant ce temps, un jeune garçon tente de pénétrer dans une maison. Quelques minutes après, une banale maison de banlieue américaine, la voiture se gare devant la maison, le garçon leur fait face. La mère est sous le choc, la fille apeurée, le garçon stoïque. Le retour de ce garçon, le Ben du titre, va provoquer dans chez les membres de cette famille des réactions contraires et faire commencer le film sur les chapeaux de roue, instaurant mystère, crainte et inquiétudes. Et le premier quart d’heure est un modèle de mise en place, du montage aux dialogues.

Mais plus le film avance, plus les événements mis en place finissent par se déliter pour retomber dans un drame plus consensuel qui tente tant bien que mal de repartir sur le chemin du thriller dans son dernier tiers. L’aspect tragique se fait bien trop lisse et sage pour nous captiver au-delà de l’intérêt poli; d’ailleurs on nous dirait qu’on est devant un téléfilm d’après-midi sur M6 que l’on ne s’en formaliserait pas outre mesure. Peu de réelles émotions et tout cela manque terriblement d’aspérités et de démesure, c’est trop sage pour pleinement emballer. Quant au versant thriller que l’on essaye de rattraper pour faire suite à l’excellente ouverture du film, il n’est vraiment pas passionnant et dénote finalement du reste. Qui plus est, il y a beaucoup trop d’invraisemblances pour que ce soit crédible.

Ben, incarné par Lucas Hedges, n’est par ailleurs pas des plus convaincants. L’acteur nous rejoue la même sérénade à quelques variantes près de ses rôles dans « Manchester by the Sea » et « Boy Erased ». Le genre de rôle mutique et tourmenté que sa moue boudeuse est censée incarner. Mais là, il ne provoque pas assez de malaise pour être totalement en phase avec le personnage. Du coup, sans s’ennuyer – le long-métrage étant assez court - mais sans pour autant être captivé non plus, on suit ce petit film de ménagères en mal de sensations fortes sans grande conviction. C’est vraiment trop anecdotique et gentil pour être pertinent et ça a le défaut de se dérouler dans un milieu bourgeois bien trop propre et balisé pour qu’on s’investisse plus. Cela joue sur la pertinence du film en créant une distance avec le spectateur lambda. Même la vision de l’addiction aux drogues est bourrée de clichés. Julia Roberts fait ce qu’elle peut mais même avec tous ses efforts c’est plutôt moyen et sans grand intérêt.

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 965 fois
4 apprécient

Autres actions de Rémy Fiers Ben is Back