Un diamant de comédie, intelligente et fine, hors des sentiers battus avec une Cate Blanchett impéri

Avis sur Bernadette a disparu

Avatar Rémy Fiers
Critique publiée par le

Par où commencer ? Les qualificatifs semblent manquer pour définir ce joyau brut qu’est cette comédie qu’on pourrait catégoriser à la fois d’intello et psychologique mais qui sait être en même temps accessible et universelle. Richard Linklater, dont le talent semble se bonifier avec les années et au fil des œuvres, signe un film inqualifiable, à la fois simple et complexe, mais définitivement inoubliable qui regorge d’idées de mise en scènes et narratives. Et il se dote d’un atout de poids en la personne de Cate Blanchett qui ajoute un rôle majeur de plus à une filmographie déjà bien fournie dans le genre. Ce long-métrage est un véritable coup de cœur et il semble destiné à une belle carrière dans la course aux récompenses l’année prochaine. Et, si le public développe un temps soit peu de curiosité hors du formatage industriel d’Hollywood, il pourrait également toucher le cœur du public et briller au box-office.

« Bernadette a disparu » est un mille feuilles de cinéma très riche, que ce soit en thématique abordées ou en surprises quant à son déroulement totalement imprévisible. Un mille feuilles dont on découvre chaque nouvelle couche avec un appétit dévorant et les yeux écarquillés de bonheur, le sourire vissé aux lèvres. Du cinéma pur et d’une finesse inouïe qui parle de la vie, de l’humain et de tout ce que l’existence recèle de joies, de tristesse et de contradictions. Linklater a adapté le roman de Maria Sample avec une ferveur d’orfèvre et a taillé un diamant de personnage. On se souviendra longtemps de Bernadette, de cette femme un peu misanthrope, un peu asociale et très singulière mais d’une richesse humaine qui nous met face à nos propres destins. Le film commence comme une banale comédie bobo (et il est vrai que le contexte bourgeois peut sembler au début un frein à l’identification) mais devient au fil des minutes une passionnante parabole sur ce qu’on peut faire de nos vies, sur le but de l’existence. La créativité comme moteur de vie est au centre de cette œuvre qui se révèle doucement mais surement au fil d’une narration habile et maligne. Dans l’ingéniosité d’une séquence où un montage alterné nous présente Bernadette de son point de vue à elle et de celui de son mari ou par le biais d’une vidéo You Tube, sorte de biographie du personnage. Ou encore lors de ses discussions très drôles avec son assistante virtuelle.

Et dans ce rôle difficile, l’actrice caméléon se glisse de nouveau avec un génie d’équilibriste pour nous livrer une performance digne de toutes les louanges. Dans chacun de ses gestes, chacune de ses expressions faciales et grâce à d’excellents dialogues écrits pour l’occasion, elle nous bluffe. Le sous-estimé Billy Crudup n’est pas en reste pour lui donner la réplique, en retrait mais bien à sa place. Et second couteau non négligeable ici, Kristen Wiig fait des merveilles avec un personnage à priori caricatural que le script et son incarnation rendent profondément vrai. Car tout sonne juste et c’est d’une intelligence incroyable sous des dehors qui pourraient passer pour prétentieux et auteuristes. La psychologie sonne vrai et n’est jamais pesante quand l’humour se fait discret mais fait mouche à chaque fois grâce à pléthore de situations excentriques (dont certaines amenées à devenir culte). Et le final en Antarctique donne un côté exotique mais jamais vain, qui montre l’importance de fuir pour se retrouver. Car là est tout le sens d’un film aux multiples niveaux de lectures et qui pourra toucher beaucoup de monde par bien des aspects. L’apothéose et la cerise sur le gâteau pour un final émouvant comme jamais qui finit de nous convaincre qu’on vient de visionner l’un des plus beaux et surtout l’un des plus intelligents films de l’année, peut-être le meilleur même. Bernadette on n’est pas là de t’oublier !

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1208 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Rémy Fiers Bernadette a disparu