👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est bien , c'est plein de hongkongais qui courent dans la neige et qui scient des troncs d'arbres à main nue. Mais c'est aussi plein de larmes d'Eric Roberts (cf la scène déchirante où son fils fait du vélo pour la première fois sans roulettes).
Et puis t'as Chris Penn dedans, qui porte un chapeau de cow boy, du coup il sort des trucs racistes à son partenaire d'origine asiatique:

CP: Qu'est ce que t'as, tu ris jaune?
(silence gêné)
L'asiatique, du tac au tac: ouais,... et depuis que je suis né...
(Salle du réfectoire hilare, incrédulité du spectateur qui a pas compris quand fallait rire)

L'asiatique en question est très sympa, il donne des cours de karaté aux gamins, en rappelant bien "ça sert pas à faire du mal à autrui" (?)
Et là ... tu vois une scène flash back en noir et blanc, surement la scène la plus tragique depuis Elephant Man, où le mec en question se revoit petiot, assistant à un match de son grand frère, qui se prend une rouste contre un méchant borgne. Punaise la glace à la vanille qui tombe au ralenti et qui veut tout dire... enfin je crois.

Au début du film, on te dit qu'Eric Roberts a une vieille blessure à l'épaule, et si tu crois que c'est gratuit, et bah, tu te goures l'ami.

Et là, j'ai quand même été surprise, je dois dire:

Bah oui, la fille co-entraineuse qui sert à rien

ne tombera pas amoureuse d'Eric Roberts


Et puis surtout

les USA, lors du tournoi final, perdront comme des nazes, oui mais non me dit-on à l'oreillette, les Hongkongais ont triché et l'arbitre n'a rien vu! Et puis ils ont choisit de perdre exprès pour montrer qu'on peut gagner autrement heu...


S'ensuit un final épique à la Rocky 4, oui, n'ayons pas peur des mots, où

ces enfoirés de vainqueurs de niaks communistes décident de rendre leurs médailles à l'équipe américaine, en signe d'infériorité devant tant de reconnaissance pour le génie euh...


Du grand art.

madmochi
10
Écrit par

il y a 4 ans

2 j'aime

Best of the Best
Ninesisters
9

Critique de Best of the Best par Ninesisters

Le film américain d'arts martiaux constitue-t-il un genre à part entière ? Et si oui, quelles sont ses caractéristiques ? Ayant atteint son apogée dans les années 80/90, il semble reposer sur...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

Best of the Best
HITMAN
6

Something so strong.

Dans un combat sans merci, il devra être le meilleur parmi les meilleurs ! Best of the Best est réalisé par le cinéaste Robert Radler (Showdown, T.N.T.), l'histoire suit la formation de cinq...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

1

Best of the Best
oso
5

Réconciliation américano-coréenne à coups de latte

Allez, la journée à été rude, j’ai bien envie de renouer avec un vieux souvenir, un de ces films de baston qui te fait fendre l’air de tes poings, l’impression d’être un dur, du haut de tes 10 ans,...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Fauteuils d'orchestre
madmochi
1

Le cinéma, c'est la vie.

Cécile de France est souriante. Cécile de France a de la gouaille. Cécile de France ne comprend pas les codes, fait des gaffes. Cécile de France est une sombre gourde. (mais avec un coeur...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

Insaisissables
madmochi
1

Suspension d'incrédulité de ta mère.

En partant du principe que l'hypnose est possible (c'est à dire qu'un type qui te touche deux secondes va te plonger immédiatement dans un état d'obéissance total suivi d'une amnésie), alors ce film...

Lire la critique

il y a 4 ans

Cinéman
madmochi
1
Cinéman

Le public n'a rien compris.

Pourtant il avait mis le paquet pour parler au peuple le Moix, en faisant débuter sa bouse avec du Capdevielle, et ça c'est pas rien! Morceaux choisis: "Nous avons un petit garçon, Cinéboy, nous...

Lire la critique

il y a 4 ans