👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On peut dire que Big Bad Wolves a su se vendre. Omniprésent sur Senscritique en ce dimanche 29 juin, quand j'écris ces lignes, on retiendra surtout l'alléchante phrase présente sur son affiche "Le meilleur film de l'année. Sensationnel" signée par un certain Quentin Tarantino.

Le film commence avec des plans très léchés, des enfants jouent dans une forêt, voir si le loup n'y est pas. S'ensuit un drame.
Un ancien policier qui ne fait pas dans la dentelle est chargé en secret de mettre sur la table le possible auteur du dit drame. Tout porte à croire que le pédophile et tueur n'est autre que ce professeur.
Le père de la fille décédée rentre dans le compte en tant que vengeur mais surtout bourreau. Il est fermement décidé à enterrer sa fille avec la tête de celle-ci, pour le moment manquante.

Les rôles s'inversent, on ne sait jamais trop à quoi s'attendre dans cette fable pleine de rebondissements mais sous ce masque de nouveauté et d'inventivité se trouvent, au final, des ficelles grosses comme du cordage. Il en va de même pour les passages de "l'arabe" à cheval où on perçoit bien que les auteurs cherchent à nous conter une histoire anti-raciste mais amènent à la place un personnage complètement inutile au scénario et qui ne nous ferra pas non plus réfléchir. On le remplacerait par un Virevoltant (Tumbleweed), vous savez ces petits buissons qui roulent dans les western, on y verrait guère de différence.

"Ah ! J'ai fait de l'humour juif, je crois que c'est quand ce n'est pas drôle et que ça ne parle pas de saucisses." disait OSS 117.
Ici l'humour noir, enfin juif, est sympa mais mal utilisé et peu rythmé. Les histoires de maman juive qui téléphone tout le temps, ça passe une fois, quand le père débarque on est dans l'ennui total au lieu du suspens escompté.

Le film souffre d'un manque de rythme et on pourrait facilement lui amputer 30min pour qu'il soit plus agréable.
Bref, passez votre chemin.
cinewater
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films découverts en mai/juin 2014

il y a 8 ans

17 j'aime

Big Bad Wolves
trevorReznik
4

Critique de Big Bad Wolves par trevorReznik

Il faut toujours se méfier des buzz autour d'un film. Surtout lorsqu'ils précèdent leur sortie en salles. C'est "le meilleur film de l'année 2013" pour plein de monde, dont Quentin Tarantino. Rien...

Lire la critique

il y a 8 ans

17 j'aime

Big Bad Wolves
cinevu
7

Petit Chaperon rouge cours...

Drôle et macabre, un film dérangeant qui nous parle de torture, de crimes atroces, de pédophilie, de la culture juive, des arabes et le tout avec un regard cynique et impitoyable. C’est un bijou de...

Lire la critique

il y a 8 ans

17 j'aime

8

Big Bad Wolves
cinewater
5

Critique de Big Bad Wolves par Ciné Water

On peut dire que Big Bad Wolves a su se vendre. Omniprésent sur Senscritique en ce dimanche 29 juin, quand j'écris ces lignes, on retiendra surtout l'alléchante phrase présente sur son affiche "Le...

Lire la critique

il y a 8 ans

17 j'aime

Les Chiens de paille
cinewater
9

Critique de Les Chiens de paille par Ciné Water

Adorateurs des films d'actions avec un héros surhumain à la Bruce Willis et consorts, adorateurs des films où on ne vous laisse aucune liberté de penser. "Si on te gifle la joue droite, file lui une...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

11

La Nuit du chasseur
cinewater
9

Nuit où je parle de ma vie et de montage

La Nuit du chasseur est un film que j'ai découvert par hasard quand je trainais dans la bibliothèque-médiathèque de ma petite ville natale, en Belgique, j'avais 17 ans. Ce film j'en suis directement...

Lire la critique

il y a 10 ans

35 j'aime

13

La Règle du jeu
cinewater
4

Les bourgeois, c'est comme les cochons, plus ça devient vieux plus ça devient...

Cher Jean Renoir, Nous avons passé d'agréables moments ensemble et je m'en souviens comme si c'était hier. C'est donc avec beaucoup de peine, et comprenez bien que je le regrette, que je viens à...

Lire la critique

il y a 10 ans

31 j'aime

57