Masque noir et paillettes roses

Avis sur Birds of Prey (et la Fantabuleuse Histoire de...

Avatar SpiderVelvet
Critique publiée par le

Introduction

DC a appris des erreurs de Suicide Squad, que personnellement j’avais bien aimé, et nous livre avec Birds of Prey, un film vraiment bon. Je suis le premier surpris, je pensais réellement que le film allait être une daube infâme saupoudré de politiquement correct et de féminisme exacerbé au détriment de l’histoire racontée, voir même des personnages. Et c’est pas le cas, enfin si juste un tout petit peu, mais c’est clairement pas aussi affiché ni voulu que ça. Attachez vos ceintures, et voici maintenant le moment de cette review du nouveau film du DCEU qui, enfin, est réussi dans ce qu’il propose. Je précise que j’ai vu le film en VOSTFR et je recommande de le voir dans la version originale.

Le Deadpool au féminin

Malheureusement, ça aurait pu être un défaut du film, le DCEU s’étant énormément fourvoyé a vouloir singer les films Marvel depuis... Suicide Squad non ? Le film s’inspire beaucoup de deadpool, pire il est exactement construit de la même façon. On va même jusqu’à plagier l’amour de deadpool pour les chimichangas dans une scène, quand même c’est un peu du foutage de gueule.

Cependant, ce format deadpoolesque fait sens pour son équivalent féminine du coté de DC. La scène d’ouverture du film, en cartoon, fonctionne plutôt bien, et j’ai adoré personnellement les nombreuses références qu’il y a aux comics, aux dessins animées ect... Vous avez vu les bandes annonces, vous avez compris, le point de départ de cette histoire c’est la rupture de Harley avec le Joker. Quel dommage de ne pas voir apparaitre Jared Leto dans le film. Parce que des références au Joker, y en a , et punaise, fallait faire revenir Leto pour un petit caméo. Le joker n’est pas mort, le joker est juste « ailleurs » on ne sait pas pourquoi ( à priori batman a disparu de Gotham, ce qui pourrait expliquer ceci) et c’est dommage. C’est dommage parce que birds of prey a mieux traité la relation toxique entre Harley et le Joker. Mieux encore, le film te justifie des trucs qui fonctionnent complètement. En gros au début du film, Harley fait croire à la pègre de Gotham que elle est encore en couple, et du coup, personne ne veut la toucher. Mais dès que les gens sont au courant, elle devient une cible, pour la police, pour les malfrats, pour les gens qu’elle a blessé.

Roman Sionis, Aka Black Mask, un de mes ennemis préférés de Batman que je voulais absolument un jour voir, et qui était déjà apparu dans Batman Arkham Origins ( un jeu vidéo assez réussi sur Batman sorti en 2013 sur PS3, Xbox 360, Wii U et PC) mais de façon décevante, est donc un millionaire bien moins connu que Bruce Wayne, et qui a mal tourné. On le voit ici, patron d’un club qui va essayer de devenir le nouveau boss du crime depuis que le joker n’est « plus » à Gotham, à priori. On va pas se mentir, j’avais peur de ce que le coté « progressiste » allait faire à ce personnage, qui a priori devait être homosexuel et plus extraverti que dans les comics. Ewan Mcgregor, ex maitre Kenobi, est juste génial dans le rôle. Alors oui, il est assez déjanté, assez narcissique, a une relation trouble avec Victor Zsasz, il se fringue bien, il se met du mascara autour des yeux, a une obsession pour les masques et dans le contrôle des autres, et spécialement des femmes. Hallucinant de voir que Black mask est carrément mieux écrit, mieux construit, mieux joué que le joker de Leto alors que même si personnellement c’est un des ennemis que j’adore dans Batman, il est presque pas connu.

L’antagoniste a un univers autour de lui assez flashy mais qui dépote. Le mec est assez maniéré, parfois assez fragile étrangement pour repasser d’un coup dans un mode agressif. J’ai bien aimé que le personnage finalement se batte assez peu; il donne des ordres surtout et il est intimidant. Je vais pas aller plus loin sur Roman Sionis, il est passé à la moulinette de la réinterpretation de personnage mais... C’est un bon méchant; et j’ai vraiment aimé et été surpris du traitement du personnage, très ambigu finalement car il a une sorte de fascination pour les femmes ( particulièrement Black Canary) alors qu’on sous entend qu’il a une relation avec Zsasz. C’est un personnage assez borderline Black Mask.

Victor Zsasz qui est aussi assez bien. Le personnage est respecté. Alors certes, depuis quelques années le personnage est souvent dépeint comme un homme de main ( dans l’affreuse série Gotham de Bruno Heller) alors qu’il est censé etre un tueur en série, mais ici on a un bon mix des deux, le personnage est un homme de main mafieux et un tueur en série se scarifiant à chaque fois qu’il tue une personne et spécialement dans ce film, lorsqu’il s’attaque à des femmes. On a juste rajouté dans le film une sorte de relation entre lui et Black Mask.

Le film évite le stéréotype du méchant de film féministe en proposant des méchants certes plutôt misogynes mais pas machistes parce que ils ont pas le profil. Black Mask est efféminé par moment, on insinue son homosexualité mais en même temps le personnage semble aussi attiré par Black Canary. Le personnage est fragile et dur à la fois. Pareil pour Zsasz, en plus de sa compulsion pour le meurtre, lui en veut véritablement finalement aux femmes plus à cause de la jalousie qu’il éprouve envers l’attirance de Black Mask pour Black Canary.

Bref des méchants assez bien écrits pour un film de ce genre.

Féminisme, es-tu là ?

Le scénario du film va tourner autour de la réunion de Harley et des futurs Birds of Prey, autour d’une gamine, Cassandra, qui a volé un diamant à Black Mask. Et à partir de là se construit tout un chassé croisé qui vraiment fonctionne bien. Les scènes de baston sont réussies ( ça manque encore d’hémoglobine, on sent le rated R gentillet mais y a du progrès par rapport à Suicid Squad) et le film arrive à délivrer un message « Girl Power » sans trop tomber dans un film pro-féministe qui taperait à tout va sur les hommes. Bon c’est un peu le cas car Harley va littéralement dégommer presque que des mecs pendant toute la séance, et à un moment on nous montre des femmes porte-flingues qui travaillent pour Black Mask. Pourquoi ce n’est pas exploité après ?

Parlons des Birds of prey. Renée Montoya, la flic lesbienne bad ass qui est écrasé par son supérieur hiérarchique marche bien. Elle marche bien surtout parce que entre elle et Harley, y a pas mal de tensions vu que l’un est flic, l’autre une criminelle. Black Canary ? Elle fonctionne bien, son pouvoir de méta-humaine est pas trop exploité pour ne pas trop faciliter les combats dans le film, elle vient de la rue, elle a de l’affection pour Cassandra et veut la sauver de son patron Black Mask qui étrangement semble très attiré par elle, et qui veut la garder « prisonnière ». Et enfin, ma préféré, Huntress « the crossbow killer ». Mary Elisabeth Winstead fait un assez bon job en tueuse vengeresse, ça faisait depuis la saison 1 et 2 de Arrow que je n’avais pas vu huntress en version live et ça fonctionne bien. Elle est bad ass, comique malgré elle, et c’est cool.

Au final, le film arrive a être féministe, ce qui est bien, sans tomber non plus dans un excès anti-hommes. Harley Quinn a vraiment été retravaillé, elle n’est plus la « bitch » du joker comme elle était présentée dans suicide squad, elle reste délurée, elle reste folle mais beaucoup plus présenté parfois comme Harleen Quinzel la psychiatre et ça j’ai adoré. Elle fait beaucoup de psychologie dans le film, et mieux on présente enfin un peu « les origines » de Harley, son enfance et j’ignorais ça. Et en même temps le personnage, qui a été un faire valoir du joker au meme titre que Robin pour Batman, on sent qu’elle est tourmentée par le fait de se lancer en solo, voir parfois elle repense au joker et à leur relation toxique. J’ai adoré aussi de montrer que Harley reste imprévisible et une anti-héroïne. C’est bien.

Conclusion

C’est une bonne surprise ce birds of prey. J’ai aimé ce que j’ai vu, ce n’est pas un chef d’œuvre mais encore une fois, c’est en puisant dans la mythologie de Batman qu’on fait les meilleurs films du DCEU. Margot Robbie s’est vraiment améliorée dans son rôle, en s’impliquant dans le film en tant que co-productrice et ça sent, y a une envie de bien faire et c’est bien fait, c’est fun, c’est cool et l’antagoniste a vraiment de la gueule pour un film de ce calibre là, c’est inespéré. Comment un film avec moins de budget que Aquaman et Shazam fait mieux ?

Visuellement je trouve que le film claque, on reste dans cette ambiance suicide squad pop et coloré mais on maitrise mieux le truc, et mieux, on retourne enfin à Gotham City. J’ai adoré revoir cette ville, et y a des lieux emblématiques dans le film que les lecteurs de comics/ ou les amateurs du dessin animé vont reconnaitre. Bien sur y a des facilités de scénario, pour moi la fin, la toute fin m’a un peu déçu, je trouve que c’est correct mais vraiment sans plus. Bien sur, ça aurait pu être à mon sens un peu plus « violent » je trouve que le rated R est assez gentillet même si franchement ça cogne sec, et quelques scènes sont assez gores. Et bien sûr, c’est quand même beaucoup trop un film sur Harley Quinn, les birds of prey c’est juste une introduction, ça serait cool de les revoir peut etre un jour dans un autre film.

Quoiqu’il en soit, je me suis vraiment amusé en regardant le film et ça fait longtemps que je n’avais pas eu cette sensation de fun en regardant un film du DCEU ( Joker de Todd Philipps est un standalone hors de cet univers). J’ai adoré les petits clins d’œil que l’on peut trouver à l’univers de Batman. J’ai dans l’ensemble adoré les protagonistes. Black Mask, m’a bluffé en terme de vilain, certes un peu réadapté, mais complètement fidèle au personnage ultra narcissique des comics. Le seul truc, au final, c’est que je trouve que son masque noir tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Il est là pour être là. J’aurai aimé aussi un poil plus de développement de personnage ( il est présent mais faut connaitre les comics pour capter les références). Zsasz est un ennemi secondaire, assez réussi, il est aussi creepy que dans la BD. Les scènes de baston étaient divertissantes, y a un petit message « girl power » qui passe bien sans trop tomber dans « les hommes sont tous des porcs», bref c’est un film qui assurément va rentrer dans mon top des meilleurs du DCEU avec Man of Steel, Batman VS Superman version longue, Suicide Squad qui restera un plaisir coupable ( Birds of Prey lui roule facilement dessus) et éventuellement Wonder Woman et Justice League qui sont moyens pour moi.

C’est un bon film, et de surcroît, l’un des meilleurs du DCEU depuis bien bien longtemps.

Récapitulatifs

Pts positifs

-Les protagonistes sont réussies ( Cassandra un peu moins)
-Black Mask, le méchant qu’on aime détester, bon boulot de Ewan Mcgregor
- Zsasz, qui passe bien en antagoniste secondaire.
-C’est fun, c’est divertissant, c’est coloré.
-Les références aux comics, aux dessins animés, à Batman
-Une bande son correcte
-Des séquences visuelles réussies

Pts Négatifs

-Jared Leto en Joker , il est où ? Laissons lui une seconde chance.
-Des facilités de scénario
-Quelques blagues un peu lourdes
-Les Birds of prey au second plan
-La fin, un peu décevante quand même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 319 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

SpiderVelvet a ajouté ce film à 1 liste Birds of Prey (et la Fantabuleuse Histoire de Harley Quinn)

Autres actions de SpiderVelvet Birds of Prey (et la Fantabuleuse Histoire de Harley Quinn)