Marvel studios: Lower your expectations!

Avis sur Black Panther

Avatar Nicolas Otter
Critique publiée par le

Je vais le reconnaître tout de suite, je ne m’attendais pas à grand-chose en allant voir le dernier né des écuries Marvel. Tout au plus, je m’attendais à regarder un nanar passable dont le budget compenserait partiellement les faiblesses narratives et scénaristiques. De ce côté-là, j’ai vraiment pas été déçu, des scènes souvent ridicules (malgré le budget), des incohérences scénaristique grande comme une maison, et la description d’un univers, celui du Wakanda, profondément incohérent voir schizophrène, quant aux personnages, ils sont… comment dire… disons juste qu’Ils sont là. Ces seuls éléments en font juste un film passable, médiocre, bref un film dans la lignée de la plupart de ses grands frères Marvel. Malheureusement, j’ai dû revoir à la baisse mes attentes, car comme pour cap’tain America, ce film a, hélas, un propos.

Mais avant de se plonger dans l’essence même du métier de proctologue (parfumée l’essence), pourquoi, même sans ce propos, Black Panther est un film de merde.

Parlons, d’abord du Wakanda, petit pays isolationniste, dont la population vit sous la coupe d’un rois qui a, du peu qu’on en sait, le pouvoir absolu qui lui est donnée par la déesse Bast, pas de sénat, pas de consultation populaire et pas, non plus la moindre représentation de la classe populaire dans ce film, sauf bien sûr dans lors de l’intronisation du roi, ou tout le monde est heureux d’accueillir son grand leader, le maréchal président, le Nil de la pensée, sa majesté royal T’challa (#Coréedunord). Nous voilà revenu donc au temps de la monarchie absolue de droit divin, un système donc, qui a largement fait ses preuves, nous dirons les royalistes de l’action française. Cependant malgré tout, Marvel aime l’originalité alors, pour que ce soit bien complet autant rajouter la peur du monde extérieur, la bonne vieille xénophobie donc, quant à la capacité des citoyens de base à voyager dans le monde, si l’existence de ce pays est un secret, je vous laisse deviner. Bref, le Wakanda est un pays qui respire le bonheur. Ceci dit, je me rends compte que décrit comme ça, ce pays apparait comme primitif, qui plus est, un autre aspect renforçant cet aspect primitif, c’est que le roi doit se battre contre d’autres personnes de sangs royal pour être intronisé (les bouseux peuvent pas test, faudrait pas non plus déconner). Perso, je ne trouve pas que ce système soit Africain, il est juste plus cliché que le Safari avec tonton raciste, plus primitifs que la vision de Marine Le pen sur les étrangers et à peine plus démocratique que le système Nord Coréens. Mais ce pays n’est pas primitifs selon les auteurs car ce pays est technologiquement très avancé, car oui le degré d’avancement d’une nation se mesure exclusivement à sa technologie, c’est bien connu. Il est même plus avancé que n’importe quelle autres pays, y compris les USA qui ont vu l’émergence de technologies comme des portes avions volants, des prisons sous-marines gigantesque, et l’armure Iron Man. Bon ils ont des flingues lasers (déjà vu dans la série Avengers), des automobiles drones (comme l’armure d’Iron man, ou comme le RQ1-prédator), des armures hyper balèzes (Encore Iron man ou War machine) et surtout, ils ont des rhinocéros blindé de guerre +5 contre la lutte anti cliché, + 8 contre le bon gout. Le problème de ce genre de SF, c’est que, ok ils peuvent dire que c’est plus technologique, mais à un moment on y croit plus. On s’est pris du Ant-man, du avengers et du cap’tain America, bref à chaque film ils nous montrent quelque chose de plus « technologique », ici perso j'y crois plus mais je reviendrai sur la représentation de la science dans le MCU. Passons aux décors de ce charmant royaume. Le Wakanda c’est un pays d’Afrique et visiblement pour les auteurs de ce film, l’Afrique est un pays, pas un continent avec plein de spécificités locales et culturelles aussi fascinantes que nos propres sociétés occidentales. Non l’Afrique pour les gens derrière ce film est un pays uniforme, il n’y aura donc pas d’introduction d’éléments culturel foncièrement différent de nos sociétés. Ok il y a bien des femmes avec des peintures de guerre, d’autres avec des cheveux de boues, un gars avec un plateaux sur la bouche, d’autres en costume de mama. Mais le problème est que ces éléments, viennent de plusieurs endroits et pays vachement différents et surtout ce sont des éléments touchants à la forme et pas au fond. Qui plus est, ce film amalgame trop souvent l’Afrique et les afro américains. Les acteurs qui se forcent à rouler les R en parlant anglais et qui parlent wakandais 2 ou 3 fois dans le film, pourquoi pas, mais l’ensemble m’a vraiment donné l’impression de voir une caricature de la dictature bananière standard d’Afrique, la technologie en plus, plutôt qu’une vraies ouverture à d’autres cultures. Un point positif à souligner néanmoins, la ville principale du Wakanda est relativement belle et certains éléments architecturaux sans être ouf d’originalité arrivent à plus ou moins faire le taf.

Bon qu’en est-il des personnages ? Comme dit plus haut, ce n’est pas vraiment folichon. C’est soit des clichés, soit des fonctions, soit une formule 2 en 1 lave plus brun que brun ? Mis à part Andy Serkis qui s’amuse à cabotiner comme un porc et qui a l’air de s’éclater dans le rôle du méchant hilare Lambda (dans un rôle débile de fonction donc) et l’antagoniste principale qui sort lui un peu des carcans et des clichés, le restant est proprement affligeant, mais tellement affligeant que ça en devient souvent vraiment drôle, et c’est le cas de la plupart des éléments du film, tant le scénarios, que les personnages, que le Wakanda en tant que tel. Mais revenons à nos fonctions. On a donc le roi qui est bon, on sait pas trop pourquoi, mais il est globalement gentil, Ha mais si ils sauvent de pauvres gamines au début… pour que la femme qu’il aime (de manière très platonique d’ailleurs) participe à son intronisation, donc le gars RAF des gamines, se bouger le cul pour des futurs esclaves sexuels, mais pourquoi faire ^^. Ensuite c’est vrai qu’il participe à une enquête sur un meurtre au musée, encore une fois pour garder bien précieusement sa petite technologie. Faudrait pas que ça tombe dans les mains de ce qu’ils considèrent comme des singes primitifs. Les singes, c’est nous pour résumé (#Racisme ou #Xenophobie, au choix). Ce qui pour le coup, est pas totalement faux vu la manière dont on se comporte avec les pays les plus pauvres, mais bon, je rappelle que son pays est une dictature qui ferait passer la Russie de l’ami Vlad pour le pays des gentils Bisounours. Bref si T’challa est un homme bon, Donald Trump et Théo Francken sont tous les deux des gens parfaitement charmants à l’idéologie profondément humaniste. Ensuite vient sa petit sœur qui est une scientifique, pas une physicienne, ni une chimiste, ni même une ingénieure en électromécanique, non elle est juste scientifique spécialisée en science, bref une sorte de Q version clichée d’Afrique. Parce que oui la science à Marvel, c’est juste de la magie déguisé, mais ils font même plus d’efforts pour qu’on y croie un minimum. Nan,faut juste mettre la lumière orange, bleue ou violette comme le bas de caisse de la tuture de Kevin ou de Jennifer, pour le Marvel Cinématic Universe : Science = Tuning. Ceci dit, si le personnage ne sert strictement à rien d’autre qu’à remplir cette fonction, l’actrice arrive à lui insuffler un petit côté espiègle assez rafraichissant. Whitthaker quant à lui nous fait un requiem raté de Rafiki du roi Lion, mode sage de la brousse (c’est cliché hein? Nous sommes bien d’accord). Ensuite, Martin Freeman, ce putain de Martin Freeman, est juste présent, il est juste là, il joue comme il jouerait n’importe quoi, sans en avoir rien à battre. Le gars, il veut juste son putain de chèque, il s’en bat l’anus et ça putain, ça m’a quand même bien fait chier. Les bonnes femmes chauves sont juste des gardes fanatiques avec autant d’épaisseur que du Papier cul produit blanc (avouez quand même que je fais attention à rester cohérent avec mon champ lexical) et pour le reste c’est du même tonneau, ou plutôt de la même fosse. En fait le seul qui sauve vraiment l'honneur, c’est Killmonger, qui est certes une brute sanguinaire, mais qui est néanmoins animé d’idéaux autre, que sa propre gueule, d’idéaux un peu plus élevé que régner d’une main de maitre sur le Wakanda (car oui quand T’Challa propose à son conseil d’ouvrir les frontières, une de ses conseillères lui dit « we need a king », signifiant « arrête un peu tes conneries, les idéaux et l’ouverture au monde, ça sert à rien »). Allé devinez quoi. Ben ce type-là, qui veut renverser une dictature (en respectant à la lettre les lois de cette même dictature, le mec est même pas révolutionnaire), ben c’est lui le méchant et T’Challa c’est le gentil. Donc le seul gars un peu intéressant, qui a un peu des choses à nous dire, ben on s’acharne à le décrédibiliser pour en faire un méchant pas beaux, alors qu’il aurait pu être vraiment intéressant. Pour résumer, le film n’arrive pas à susciter la moindre sympathie chez moi pour ses personnages principaux, et en fait, ils pourraient mourir que ça me ferait ni chaud ni froid. L’histoire (bien liquide) de ces personnages coule sur la carapace de ma totale indifférence au mieux, de mon effarement et mon exaspération au pire.

Maintenant, je vais aborder le scénario ou en tout cas la cohérence de certaines scènes (citées plus à titre d’exemple). Pour résumer, le scénar en fait toujours tout le temps trop et ça décrédibilise le film dans son entièreté. Les scènes sont over the top sans pour autant être décomplexé et jubilatoire. Ces scènes ont été vues et revues et les seules choses qui n’aient pas encore été vues, s’apparentent clairement à la catégorie clichée africains vu d’occident. Néanmoins, Certaines scènes sont assez drôles, bien que ce soit totalement involontaire. Par exemple : la scène du combat final avec les Rhino blindé. Cette scène possède un potentiel nanardesque absolument sublime. Les mecs ils ont des canons laser explosifs, des soucoupes volantes à la Plan 9 (allez un peu mieux foutues quand même) et ils emploient des rhinos, probablement parce que ça fait africain. J’ai explosé de rire dans la salle et cette fois ci, encore plus que les autres fois, ça et le fait qu’ils sont maximum 40 à se battre entre eux comme des gosses, comme des petits enfants qui pensent être des guerriers. Perso, cette scène m’a vraiment bien fait marrer ou plutôt ricaner. Allez autre scène : La scène du meurtre de masse au musée. Déjà, tu la vois venir de loin, en plus le méchant qui se sent obligé de raconter son plan, et puis surtout un silencieux, ben, en fait, ça fait vraiment beaucoup de bruit, donc de base, ta scène elle marche pas. En plus, le musée (surtout celui-là), ben c’est un lieu de passage, donc ton plan consistant à tuer (en prenant bien ton temps) tous les gens dans la pièces, il tient à pas grand-chose. Qui plus est, si tu veux attirer les foules, tu fais venir une ambulance, véhicule qui est l’éloge même de la discrétion. Mais les méchants, de ça, ils s’en foutent et vont même jusqu’à sous entendent qu’ils sont pros. Encore une fois, c’est marrant de voir des pigeons se pavaner. Les gars derrière ce film, ils enchaînent incohérences sur incohérence et veulent qu’on en ait quelque chose à battre de leurs films. C’est pas possible, vous pouvez pas nous demandez ça. Je vais pas expliciter plus, la critique est déjà assez longue, mais beaucoup trop de scène se veulent cool et sont juste ridicule et risible au possible. La scène en corée, la scène de début ou on voit Black Panther se battre contre des vilains trafiquants de femmes (cette scène est proprement illisible), la scène ou T’Challa revient dans son pays et ou on voit la caricature de cérémonie soit disant africaine. Bref, entre incohérence, cliché sur l’Afrique, manque de lisibilité et structure narrative éculé à la moëlle, la liste est presque aussi longue que le film.

Bon passons maintenant a un aspect positif du film, j’ai nommé la photo. Honnêtement les images de ce film sont vraiment belles, on regrettera juste à de trop nombreux moments des scènes de combats illisibles. Cependant, il y a des idées visuelle intéressantes notamment dans le monde des rêves avec cette couleur bleue et mauve intriguante. Pour le coup cette scène la est vraiment réussi (en tout cas au moins sur la forme). Même chose dans la montagne ou les installations du peuple singes sont proprement superbe, en particulier la salle du trône qui est bluffante et pour le coup vraiment original. Idem pour le décor avec le métro futuriste de la scène finale. C’est génial ! Vraiment génial ! Tout ça pourquoi ? Tu peux masquer les faiblesses de ton film comme tu veux derrière des idées visuelle intéressantes, derrières une caméra talentueuse, ou derrière un budget effets spéciaux dopées aux hormones, mais le cinéma, ce n’est pas juste savoir filmer et avoir des thunes, si tu film bien un étron en or plaquée, ton film restera un beau film de merde.

Bon, comme pour Capt’ain America, ce film est mauvais, mais il devient vraiment nul quand on découvre et qu’on comprend le propos de celui-ci. T’Challah, après la mort de son père, est intronisé, après un combat rituel (qui favorise le meilleur combattant, pas le meilleur dirigeant, soyons clair) et se met en traque d’un blanc trafiquant de technologie wakandaise, s’en suit diverses péripéties (pas bien folichonne comme décrit plus haut). Le trafiquant va ensuite être tué par son associé qui est un Afro-américains d’origine wakandaise, ayant eu comme Afro Américains, à subir les discriminations des USA. Le gars a découvert son origine royale et a comme idée de se servir de ce tremplin pour changer le monde, certes de manière peut être brutale, mais clairement il avait au moins cette aspiration à changer un monde lui-même brutale et violent, mais dont la violence et la brutalité sont accepté par tous comme étant plus ou moins légitime. Le père du gars à l’époque gamin, a été tué par son propre frère T’Chakka, le père de T’Challa (au niveau originalité on repassera) et ce dernier l’a laissé aux USA. Ce n’est pas le meurtre fratricide arbitraire qui va choquer notre bon roi T’Challa (oui le roi wakandais à ce genre de droit sur ses sujets). Non, c’est le fait que son père ait laissé cet enfant, de sang Wakandais, de sang royal, baigné dans la Fange (les USA) qui choque notre bon roi. Le cousin va tuer le trafiquant blanc et se pointer au Wakanda en mode, je suis le cousin royal, je te défie en duel. Il le défie et il gagne, Blackmonger devient donc légitimement, selon la loi débile Wakandaise, le roi du Wakanda, ceci jusqu'a ce que quelqu'un d'autre le défie à nouveau via un combat rituel qui devra se passer à un endroit bien précis, selon des règles extrêmement claire. Il s’avère que T’Challa, grâce à un Deux ex capilotracté, n’est pas mort. Il va donc demander de l’aide au roi singe contre, je cite « un étranger qui s’est emparé de son trône ». Donc l’argumentaire de notre bon roi c’est pas que c’est un salaud qui va à l’encontre de la justice ou du bien commun. Non ça notre bon roi il s’en tape … royalement. Qu’il ait pris le pouvoir de manière légitime, il s’en tape aussi d’ailleurs bien. Le gentil c’est lui il en est convaincu. Le mec était roi d’un pays étant plus inspiré par les régimes féodaux ou d’infâmes dictatures que par la république de Suède, mais il est convaincu que c’est un good guy et son argumentaire, c’est que Blackmonger ne vient pas de chez eux, donc c’est un connard. Le gars va à l’encontre des traditions donc c’est un salauds. A la fin tout le monde se révolte et T’Challa gagne. Ok, tu penses que le gars va remettre en cause l’idéologie et les lois de son pays? Que nenni ! Le gars va faire ce que tout bon notable fait si bien, c’est-à-dire, de la charité. Ils ne proposent pas de vrais solutions aux problèmes, non il dépense l’argent qu’il a ponctionné à son peuple, pour se donner bonne conscience. "EDIT: En regardant le fossoyeur j'ai appris que dans une scène post générique T'Challa ouvrent son pays en révélant la vraie nature du Wakanda au nation unies. Alors mettre quelque chose de potentiellement si important en scène post crédit (scène qui ne sera donc pas vu par toute une partie des spectateurs, moi inclus) n'efface en rien le propos et les actions de T'Challa durant le film, ou ce dernier agit bien plus par peur du monde extérieur et par conservatisme que par un quelconque désir de justice. En plus sérieux utilisé des scènes post crédit, donc techniquement des apartés ne faisant pas vraiment partie de votre film pour atténuer la virulence initiale de votre propos, c'est njuste minimiser cette partie du propos. Propos qui ne change d'ailleurs pas énormément sur le fond. En effet, au lieu de ne pas changer du tout le Wakanda, il change un tout petit peu, alors que des changements colossaux aurait été nécessaire. Je rappelle qu'aider les opprimés et changer les lois primitives de son royaume, les démocratiser, il s'en tape toujours. Le mec va juste faire du commerce avec d'autre pays (#lamaininvisible #lelibreéchangecestcool #lenéolibéralismepourlesnuls). L'évolution de notre bon roi et de la société Wakandaise est donc minime en regards de ce qu'il c'est passé."

En vrai, cette manière de voir le monde a déjà été proposée de manière moins évidente par Cap’tain America Civil War. T’Challa c’est le gardien de l’ordre établi, celui qui est légitimé par une société donné, ce qu’il fait n’a pas à être juste, ou même légal, ce qu’il fait est de toute manière légitime. Ce film présente T’Challa comme parangon de vertus, alors que c’est juste une pure figure d’une forme extrême de conservatisme social. Cet homme est roi par la faveur de la déesse pourquoi est-ce que cela devrait changer, regardez les gens du peuple (qui serviront simplement de décors et d’éléments folklorique), ils ont vraiment l’air heureux lors de la scène d’intro, on se demande bien pourquoi. Quand tu as un gars qui se révolte contre cet ordre social injuste, qu’est ce qu’on lui dit « ho lala pauvre fou, tu veux changer les règles, c’est très très mal ». Même le gars en question, pourquoi parle t’il en disant « nous les noirs on est opprimé, c’est inacceptable », alors qu’il aurait pu plus simplement dire « certains humains sont opprimés selon des critères arbitraire, c’est inacceptable ». La, ton message est fort, autrement, c’est juste mouais-bof. Mais le pire c’est que malgré les faiblesses de son discours, il parvient à avoir un discours plus intelligent que celui de notre bon roi, qui a comme seul ambition de maintenir le statu quo. Voir même pire en disant nous les noirs, ça fait de T’Challa le protecteur des blancs, protecteur des injustices. Ce n’est pas tant en s’opposant au plan de son cousin qui lui donne ce statut. Non bien sûr que non s’opposé à la vente d’arme semble assez judicieux et pourrait être bienveillant somme toute. Le problème vient du pourquoi il fait ça. Il fait ça parce qu’il a peur du monde extérieur. Il ne veut pas partager sa technologie car les gens du monde extérieur sont considérés comme des barbares, de potentiels colonisateur (je cite le film). Le mec à peur de se faire grand remplacé. T’Challa agit donc tout au long du film par peur du changement plutôt que par quelconque idéologie (au sens positif du terme). En iconisant T’Challa et en en faisant un héros, ce film est une manière de dire rester à votre place, le système aussi inique soit il ne doit surtout pas être changé. Un film doit toujours être regardé dans son contexte. Or nous sommes dans un contexte où les pays s’isolent, ou la peur de l’étranger n’a jamais été aussi forte, ou il n’y a jamais eu autant de questions sur la justice de notre système et sur la légitimité traditionnelle. Black Panther balaie toute ces aspirations légitimes d’un revers de main et oppose ce qu’il appellerait de la modération (plutôt du conservatisme social) à de l’extrémisme, sans qu’il n’y ait de voie alternatives qui soit proposé. Enfin Black Panther c’est un peu aussi l’apologie de l’individu providentiel qui sait ce qui est juste et qui n’a nullement besoin de se justifier auprès d’autres personnes et surtout pas auprès des petites gens ni même de respecter la moindre loi (coucou Cap'tain America). Bref un film qui, alors que la démocratie vacille en Europe et aux USA, à un propos clairement antidémocratique. Parce qu’au final, la démocratie, pourquoi faire quand on peut se reposer entièrement sur un homme à la fois, « bon » , « légitime » et puissant.

Quand je regarde les commentaires, je suis vraiment effaré, car tout le monde se concentre sur le cast majoritairement noir, ce qui est, attention vraiment une bonne chose, et ne voit pas le propos profondément nauséabond du film. Tout le monde regarde le petit pas de progrès qu’a fait le film, au lieu de regardé la trainée répugnante qu’il laisse derrière lui. Car ce film s’adresse principalement à une population défavorisé, qui pourrait trouver les aspirations de libertés de Killmonger parfaitement légitimes. A ceux-là, le film leur demande de se taire, de taire leurs aspirations légitimes, d’être modéré (au sens du film c’est-à-dire de se laisser faire) et donc de faire confiance à l’autorité légitime (qui fera au mieux des changements minimes), celle qui les maintient dans la misère. 1 <3 est une note vraiment particulière. C’est un mauvais film dont le propos est proprement révulsant (le 1) mais qui est tellement mauvais qu’il a souvent des moments vraiment drôles de par le ridicule qui s’en dégagent (le <3). Au final, je me suis vraiment bien marré en regardant ce film, j’étais vraiment plié la plupart du temps. Ceci dit, malgré tout, je savais que ce film allait plaire, et quand je suis sorti, j’avais un arrière-gout amer dans la bouche. Car le fait que cette idéologie se diffuse lentement sans bruit et que personne ne disent rien, ben moi, ça me fait chier. Cette idéologie de la soumission à des valeurs traditionnelles nous semble tellement naturel qu’on ne voit même plus quand une œuvre la défend, on va même défendre ce film sous prétexte que c’est un film anti raciste, et qu’il est sois disant progressiste. A partir du moment ou une société confond progrès avec technologie, à partir du moment où les gens de cette société voit une œuvre au mieux xénophobe comme progressiste, à partir du moment où ils confondent dictateurs et héros et ou le conservatisme sociale se confond avec la modération. A partir de ce moment-là, je pense pouvoir dire que nous vivons dans une société sur le déclin. Alors oui, j'ai du revoir mes attentes à la baisse, car quand la majorité applaudit ce film, ça veut dire que notre société va droit dans le mur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2540 fois
35 apprécient · 6 n'apprécient pas

Nicolas Otter a ajouté ce film à 2 listes Black Panther

  • Films
    Cover Mes fantastiques petit nanars

    Mes fantastiques petit nanars

    Tous les mauvais films sympathique de fantasy que j'ai eu l'occasion de voir, et qui viennent s'empiler irrémédiablement dans un...

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films Marvel

    Les meilleurs films Marvel

    Avec : Doctor Strange, X-Men : Le Commencement, X-Men 2, Les Gardiens de la galaxie,

Autres actions de Nicolas Otter Black Panther