Le lac des cygnes

Avis sur Black Swan

Avatar TesnulPointCom
Critique publiée par le (modifiée le )

J’aime le Lac des Cygnes ! Je dirai même plus, j’aime le Lac des Cygnes ! La danse, la musique (merci Tchaïkovski d’avoir existé), non, vraiment, j’aime le Lac des Cygnes. J’aime tellement ce ballet qu’en Janvier, lorsque j’ai entendu qu’un film sortait dans les salles obscurs sur le Lac des Cygnes, je m’suis dit « Dit-donc ma cocotte, regarde la bande-annonce et si elle te plaît, vas-y go ! Fonce au ciné dès sa sortit ! ».
Donc j’ai regardé la bande-annonce et pendant les vacances de Février, un vendredi, je suis allée à Pathé pour la séance de 11h00 et payé 4 et quelques euros (à l’époque).
A 13h00 j’en ressors : OH ! PUTIN ! C’est super pas que sur la danse ce truc, mais c’est génial ! Mais peut-être qu’heureusement ce n’est pas que sur la danse, car j’aime bien le ballet (je me demande si vous aviez compris que j’aimais bien le ballet le Lac des Cygnes ?), mais un film n’est pas une scène de théâtre : comme on dit, on ne mélange pas les torchons avec les serviettes !

Bref ! Passons au film à proprement parlé. C’est l’histoire d’une étoile montante de la danse, Nina, qui se voit attribuer le rôle de la Reine des cygnes. Cette fille fragile qui aime être « parfaite » va développer le long du film une deuxième personnalité, « sauvage » et un quelque peu dangereuse, lui permettant d’atteindre l’ultime perfection : être tantôt le cygne blanc, tantôt le cygne noir. Pour accompagner la très bonne performance de Nathalie Portman, nous avons Vincent Cassel, Thomas Leroy, un parfait salaud dans le film, Barbara Hershey, la mère de Nina qui se projette dans sa fille n’ayant pas réussi sa carrière de danseuse et Mila Kunis, Lily, la rivale de Nina pour le rôle de la Reine des Cygnes, ou plus exactement pour jouer le rôle du cygne noir. Une belle petite brochette d’acteur !

Passons maintenant à la musique. Je vous préviens, ce sera court. J’adore Tchaïkovski. J’aime beaucoup Clint Mansell. La musique qu’il a fait (ou retravaillé) pour Black Swan est bien mais sans plus. Vous voyez ? Ça c’est du concret ! Court, net et précis, allant droit vers l’essentiel ! Pardon, je m’égare… Donc, reprenons : j’ai parlé des acteurs, de la musique, parlons de la réalisation. Au début de la séance, après le quart d’heure de pub, lorsque les premières scènes ont commencé à tourner, je m’suis dit : « c’est quoi ces tremblements à la con ? ». Je l’avoue, ça, ça ne m’a pas trop plu au début, mais petit-à-petit on s’y habitue et même que cela donne une atmosphère au film, tout comme les petits bruitages, la caméra très rapproché des acteurs à certains moments et certains plan aussi comme celui du chausson de danse lorsque Nina s’entraine chez elle.

Le fond de trame du film, vous l’aurez compris, est la « psychologie » avec des guillemets s’il-vous-plait. Elle est obsédée par LA « Perfection » qu’elle veut atteindre. Cette idée qu’elle doit être irréprochable tant bien dans le rôle du cygne blanc que dans le rôle du cygne noir. Nina doit alors céder la place à la fragile et introverti Nina, étouffée par une mère omniprésente en devenant une femme « farouche » et extraverti. Pour cela, elle va petit à petit développer une schizophrénie (cela va même au-delà de la schizophrénie puisqu’elle s’imagine des scènes/« choses » n’ayant pas lieu comme l’apparition de plume noir, la scène de sexe avec Lily, le fait qu’elle soit dans sa loge lorsque Nina arrive au théâtre…) permettant à sa deuxième personnalité, le cygne noir, de vaincre son ennemi, le cygne blanc. Autrement dit, elle.

Je conclu donc en disant ceci :
J’aime Black Swan ! Je dirai même plus, j’aime Black Swan !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 551 fois
Aucun vote pour le moment

TesnulPointCom a ajouté ce film à 1 liste Black Swan

  • Films
    Illustration Top 10 Films

    Top 10 Films

    Avec : Princesse Mononoké, Black Swan, Le Roi et l'Oiseau, Le Voyage de Chihiro,

Autres actions de TesnulPointCom Black Swan