Avis sur

Black Swan par Julie Splack

Avatar Julie Splack
Critique publiée par le

Black Swan est une véritable claque, l'ovnis de l'année 2010. Darren Aronofsky nous ouvre les portes des coulisses d'une compagnie de danse classique, et nous entraîne dans une expérience intense et unique. Un sujet qui a pu en rebuter plus d'eux au premier coup d'œil, car tout le monde n'apprécie pas la danse classique. Le réalisateur nous plonge dans l'envers du décors de cet art ancestral, avec ses rivalités, le travail acharné, les désillusions, la pression et l'ardente compétition. C'est le lot quotidien de Nina, une jeune danseuse qui, comme les autres, rêve d'être un jour en haut de l'affiche. Pour accéder à son objectif, Nina n'hésite pas à toujours repousser un peu plus ses limites, qu'elles soient physiques ou psychologiques. Un dépassement de soi qui atteindra son apogée lorsqu'elle obtient le rôle de la reine des Cygnes dans une adaptation du célèbre ballet Le Lac des Cygnes. Entre la pression qu'un tel rôle implique, la quête de la perfection, l'intense travail à effectué, le cocon dans lequel sa mère l'enferme depuis toujours, l'attirance qu'elle éprouve pour son professeur, très exigeant et aux méthodes peu orthodoxes (Excellent Vincent Cassel) et la rivalité que représente l'impétueuse Lily (Superbe et sauvage Mila Kunis), Nina va finir par se perdre elle-même. Natalie Portman est tout bonnement bluffante dans ce rôle, et n'a vraiment pas volé son oscar. Elle parvient parfaitement à rendre son personnage fragile et frêle, donnant la sensation qu'elle pourrait se casser à tout moment. A l'image de l'affiche du film, Nina est comme une poupée de cire, une enfant avec une expérience de la vie trop faible pour faire face à la pression subit, sa mère l'ayant bien trop couvée, plaçant tout ses espoirs perdus en sa fille. Portman livre également une bien jolie performance de danseuse, bien qu'elle soit doublée sur certaines scènes, il est évident que le tournage lui a demandé beaucoup de travail. D'ailleurs les scènes de danse sont très agréables à observer, même pour un regard novice. Des séquences pleines de grâce qui contrastent avec des scènes violentes et dérangeantes. Si certains y voient un moyen opportuniste pour choquer et marquer, j'y vois au contraire un réel intérêt pour souligner l'état psychologique de Nina. On est totalement emporter entre art et horreur, folie et raison, réel et irréel. Du long-métrage émane une atmosphère oppressante et inconfortable présente tout au long. La mise en scène est intelligente, tantôt délicate, tantôt énergique, et la bande musicale du Lac des Cygnes magnifique. En clair, j'ai été transportée, pour ne reprendre mon souffle qu'une fois le générique de fin tombé. Après Requiem for a Dream, Darren Aronofsky nous secoue encore une fois violemment avec ce film troublant, majestueux, macabre et inquiétant. Qu'on aime ou pas, on n'en ressort pas indifférent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 455 fois
2 apprécient

Autres actions de Julie Splack Black Swan