Des pas d'entre-deux

Avis sur Black Swan

Avatar Xanadu
Critique publiée par le

Je l'attendais avec un mélange de peur et d'excitation. De peur parce que D.

Aronofsky m'avait à la fois séduite et déprimée avec son Requiem for a Dream (et dans une moindre mesure avec son The Fountain) et qu'aller voir un film qu'on pense à la fois brillant et malsain est toujours perturbant.
Et en fait, pas tant que ça. Pendant, oui, bien sûr, mais il ne m'a pas laissé ce goût âpre en bouche comme RFAD. J'en ressors donc soulagée, quelque part. En revanche, certains passages ont failli me tirer des larmes "de malaise", chose rare pour moi. Attention aux âmes sensibles, quelques scènes sont un peu gores.

Globalement, mon avis sur le film est positif mais mitigé. Très beau, de par son univers à la fois fermé (le ballet, la maison) mais à la fois aérien et rempli de grâce, il est un peu plombé par ce qui fait aussi sa force à mon goût : trop de thématiques à la fois. Je reste sur ma faim concernant plusieurs d'entre elles, car il y a bien trop d'interprétations possibles et de sens à donner à ce qui semble être une giga-dissertation qui partirait dans tous les sens. On peut voir un peu tout et son contraire dans Black Swan, et ce bouillon passionnant ne manque pas d'air pour paraitre aussi un peu... brouillon.
Autre point négatif : l'abus d'effets visuels clichés et rabattus. Là où RFAD savait réinventer la peur par les frigos et le stress avec moins que ça encore, Black Swan abuse de métaphores connues. Je n'en dis pas trop afin de ne pas spoiler, mais on reconnaîtra aisément un bon paquet de figures archi-classiques autour du miroir, du rêve, des pannes d'électricité multipliées, du "démon"... Dommage, car l'exploitation de tout ça reste souvent "premier degré", "sursignifiant". La "première peinture de la mère" était d'ailleurs d'un effet plus que grotesque. (Oui je parle à demi-mots, histoire de ne pas spoiler.)
A ces critiques, j'ajouterai également un grain d'image inutilement marqué à mon goût et une sur-utilisation du thème musical principal.

Enfin, on pourrait arguer qu'il est facile de faire "beau" dans l'univers du ballet... Mais plus que la beauté des lieux, des danses et des costumes, c'est son côté clôt, dur, omniprésent qui est à mon sens très bien rendu. On se sent dans ce film comme dans une boîte à musique : obligés de suivre jusqu'au bout.
Je parlais plus haut des thématiques parfois brouillonnes, mais leur force est tout de même bien présente. En tout cas, beaucoup me parlent et font écho à des préoccupations que l'on peut rencontrer lors de moments de doutes.
Le jeu des acteurs est bien, sans plus, à mon goût. Les danseuses et Cassel sont sensuels. Natalie Portman agace parfois par ses moues et - oserais-je le dire ? - je ne me suis pas totalement attachée à elle. Son personnage monomaniaque qui ne vit dès le départ que pour obtenir un certain rôle, passe encore, mais sa mollesse dans certains passages, son côté "aaah mon dieu aaah !"... ne m'enclenche pas en mode "je suis avec toi, cocotte !" (Oui je commence à dialoguer dans ma propre critique, ça devient inquiétant.)

Et puis il y a l'ambiance. La touche du réalisateur. Ces personnages qui font écho à des mères inquiétantes perdues dans des océans de bizarreries. Cette "inquiétante étrangeté" qui nous emplit d'un bout à l'autre. Ce potentiel de sympathie pour ce qui entoure le héros, tout en s'en méfiant. Cette façon de nous plonger à corps perdu dans l'hésitation, et d'en ressortir comme d'un pot de peinture black & white.
Bref, il y a ce petit plus, cet emballage qui fait qu'on est ici face à une patte qu'on apprécie ou non, mais d'un regard, d'une vision en tout cas.

Au final, Black Swan représente pour moi ce type de film qui met en scène la dualité de manière à ce qu'elle finit par vampiriser le film lui-même. En effet, on peut le voir comme un chef d'oeuvre de réflexion dans un magnifique univers ou comme un essai inabouti rempli de clichés, mais probablement pas comme un cygne gris qui ne serait qu'un film banal parmi tant d'autres. Et pourtant, après avoir hésité avec un 8, je lui ai collé 7/10. Un bon film, donc, pour moi... Mais pas non plus une note très tranchée.
Dualité jusqu'au bout, mais je conseille tout de même d'aller le voir avec ferveur, car lorsque je me fais la réflexion "il y aurait encore beaucoup à dire", c'est que j'estime qu'il s'agit ici d'un film complexe ou propre à déclencher toutes sortes de passions, positives ou négatives, selon les gens.

(Et sur grand écran si possible, histoire de profiter de l'impression "ballet grandeur nature" )

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 758 fois
5 apprécient

Autres actions de Xanadu Black Swan