Avis sur

Blackpink : Light Up the Sky par Sscrew49

Avatar Sscrew49
Critique publiée par le

Je ne connais pas Blackpink mais c'était l'occasion de faire connaissance avec l'un des groupes de K-pop les plus populaires en Corée, dépasser mes préjugés sur cet environnement et peut-être me lier d'une certaine affinité. Quitte à ce que ce documentaire forcément élogieux nous mente un peu.

Ça commence très mal puisqu'on a tout de suite affaire dans les studios à l'omnipotence, dérangeante selon moi, du producteur et songwriter du groupe pour présenter les membres. Le mec nous parle quand même avec casquette, capuche et masque... Il nous manque que la modification de sa voix déjà pas bien chaleureuse. C'est glauque pour les présenter, qui plus est quand on connait l'environnement délétère de travail dans ce milieu musical coréen. Je comprends donc vite que l'apport artistique des filles est maigre. Ce sentiment se renforce quand l'une d'elles nous dit que le choix des vêtements est l'une des tâches les plus créatives qu'elles aient à faire. Bah c'était peut-être mieux qu'on ne me le dise pas enfaite.

La suite retrace les parcours de chacune des membres avec des images d'archives quelconques : elles ont été jeunes, elles aimaient chanter ou danser, elles ont passé des auditions et paf ça a formé Blackpink. On peut au moins reconnaitre l'allusion à une certaine alchimie naturelle entre elles, ce qui n'est pas toujours le cas dans un groupe. Évidemment, on évite de dire du mal de la K-pop. Les filles nous avoueront simplement avoir beaucoup travaillé, à raison de 14h par jour pour 1 jour de repos toutes les deux semaines. De l'esclavagisme moderne classique chez les grosses agences K-pop qu'il n'est même pas nécessaire de cacher.

Globalement, aucun propos ou moment de vie du groupe n'est intéressant. Ce qui n'est pas surprenant puisqu'elles ne s'impliquent pas dans la création, là où traditionnellement dans des documentaires musicaux on va jeter une grande attention sur le processus créatif. Et le vécu personnel, qu'elles n'ont jamais pu se créer, va généralement y participer. Elles ne sont également que dans leur vingtaine, c'est p-ê trop précoce pour en obtenir un bon documentaire surtout quand l'on reste sous la tutelle d'une agence K-pop. Là, il leur faut juste 90 minutes de contenus lisses pour vendre leur documentaire. Et comme c'était difficile à atteindre, on peut se retrouver devant une scène de cuisine où ça se prend pour le Larousse en nous définissant le terme "Unnie". Oui, et ? Contexte ? Putain il s'est pas passé une seule discussion intéressante sur votre vie ou jeune carrière tandis que des caméras vous filmaient pendant des semaines ?

La toute dernière partie est un peu plus agréable, dès lors que l'on passe à Coachella et à leur tournée mondiale. Leur succès mondial étant ce qui définit je crois différemment ce groupe des autres, je peux un peu mieux évaluer la proportion de leur succès à l'internationale. Elles sortent peut-être un peu plus de leur "cocon" habituel aussi, et c'est ce qui les rendent un peu attachante. Même si ça nous prend un peu pour des cons en nous faisant croire qu'elles pensaient jouer devant moins de 100 personnes à Coachella. Mais bon l'idée est là, ça a sans doute été un déclencheur pour prendre conscience de leur succès dans le Monde. Sur le dernier concert à l'étranger de leur tournée, on a enfin un moment naturel en live sur la prise de paroles de l'une des chanteuses. C'est mignon. C'est dommage, c'est déjà trop tard : le documentaire se termine et c'était nul.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 326 fois
4 apprécient

Autres actions de Sscrew49 Blackpink : Light Up the Sky