Le film à lectures infinies

Avis sur Blade Runner

Avatar Fastcash
Critique publiée par le

Blade Runner de Ridley Scott a déjà plus de 30 ans. Et mon Dieu, on croirait qu'il vient à peine de sortir. Avant tout, je souhaite commencer par dire que ce film est juste excellentissime. De manière générale, son cheminement scénaristique ne nous ennuie pas une seule seconde, les thèmes abordés sont profonds et très philosophiques qui traitent de questions actuelles (les manipulations génétiques par exemple) et aussi les plus grandes interrogations des philosophes (le Cogito cartésien en premier lieu), ensuite l'image est à couper le souffle à l'égale de beaucoup de grosses productions récentes et les musiques très bien ancrées dans le film et apportent un vrai plus d'immersion et d'identité au film.
On s'attardera plus longuement ensuite sur les précédents points, passons au scénario sans le gâcher bien sûr.

Blade Runner s'inspire du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick. L'histoire se déroule dans le Los Angeles de 2019 où le protagoniste Rick Deckard, ex-flic vient prêter main-forte à la police pour traquer un groupe de Replicants (sorte de simili d'humain). Voilà pour l'histoire et je vous laisse le soin de le regarder vous-même si ce n'est déjà fait.

Je reviens plus longuement sur les thématiques principales abordées par Blade Runner qui sont selon moi incroyablement nombreuses (comment un film fait-il pour apporter autant de sujets de réflexion ?!) et feront grandir votre âme et votre esprit de façon certaine grâce à leurs profondeurs et à leurs métaphores sublimes.

Certaines d'entre-elles sont assez explicites.

Je commence par le questionnement qui est fait sur notre humanité et notre position par rapport à Dieu.

Le scientifique Tyrell qui a crée les Replicants, montre bien que l'homme est suffisamment avancés technologiquement pour créer la vie (nombreux animaux artificiels) et même plus, un être-vivant à son image (ses fils sont les Replicants) comme l'a fait Dieu avant lui dans la Bible.
La puissante scène d'introduction montre bien que l'homme a un regard quasi divin (l’œil de Deckard qui observe un paysage industriel gigantesque dans lequel les lumières semblables à des étoiles se reflètent).
Cela pose la question suivante : l'homme est-il le nouveau dieu ou joue t-il avec des pouvoirs interdit ?

On a l'exemple de la mort de Tyrell entre autre.

Les Replicants sont les nouveaux hommes créés et utilisés par les humains dans des domaines variés comme l'exploration spatiale, l'armée etc. Il est expliqué que plus ils sont évolués, plus leur espérance de vie est réduite. (métaphore de la flamme d'une bougie qui lorsqu'elle brûle de manière plus vivace, sa durée de combustion en est aussi plus réduite).

Le Cogito cartésien ( je pense, donc j'existe) est très présent au travers des personnages que sont les Replicants qui ne sont pas humain mais ont tendance à le devenir.
Finalement, l'homme peut-il être remplacé par des Replicants ? (cf remplacement des corps dans Ghost in the Shell)

L’œil est aussi une thématique récurrente tout au long du film.
La pyramide de la Tyrell Corporation symbolise le pouvoir divin de l'Homme car le créateur des Replicants est à son sommet. L'Œil de la Providence qui symbolise Dieu est en effet un triangle/pyramide. On remarquera que le revers du Grand sceau des États-Unis : L'Œil de la Providence est le sommet d'une pyramide; on a bien l'image de Tyrell au sommet de sa tour devenue le nouveau Dieu sur Terre). En parenthèse : cela met encore en exergue l'inspiration de la Religion dans le film.
Le test de Voight-Kampff utilisé par les Blade Runners détecte les Replicants principalement grâce à la réaction de leurs yeux (car ce ne sont pas des créatures de Dieu ?).

Finalement, Tyrell meurt les yeux crevés (le faux Dieu est défait).

.

L'eugénisme est abordée dans le film et en particulier la manipulation génétique, une science désormais maîtrisée par l'homme avec les animaux artificiels et bien entendu les Replicants. Les Replicants posent des questionnements d'ordre éthique et religieux à savoir si dans une certaine mesure les intérêts qu'ils apportent sont suffisants pour autoriser l'homme à intervenir dans l'ordre naturel des choses.

La place et la condition de la femme dans la société du futur sont montrées de manière pessimiste empreint de machisme. Les personnages féminins ont tendance à présenter la femme comme un objet. Pris est une Replicant destiné au plaisir des hommes, Zhora est une sorte gogo danseuse et Rachel la secrétaire de Tyrell.

On a droit par ailleurs à une scène d'amour sous tension et assez machiste.

Pour tempérer ce propos, d'autre part, Deckard devra sa vie à Rachel qui empêche un Replicant de le tuer.

Rachel montre en fait une image bien moins pessimiste de la femme : c'est un guide car elle va donner à Deckard une vision plus humaine des Replicants et faire changer l'image des Replicants aux yeux de leurs créateurs humains.

J'aborde de manière disjointe la licorne qui peut être un élément de la thématique du rêve ou de la vision des Replicants par Deckard. La licorne est un animal qui ressemble au cheval mais n'en est pas un. Elle a un plus, une corne. Cela n'est pas sans rappeler le fait que les Replicants ressemblent à des humains mais n'en sont pas et ont des prédispositions supplémentaires. Ils sont aussi éphémères que les licornes dans les rêves de Deckard.

La Licorne est aussi belle et majestueuse et rappelle le fait que Deckard aime Rachel.

Je vais maintenant vous parler de l'Univers dépeint dans Blade Runner. Les événements ont donc lieu comme je l'ai dit précédemment à Los Angeles de 2019 devenue une vaste mégalopole industrielle dans un Univers très futuriste (les pronostics de notre futur à l'époque de la sortie du film (1982) seront je pense assez faux!) .

Les décors sont riches et de qualité. La ville est très sombre et les scènes sont quasiment toutes de nuit et sous la pluie (référence aux films noirs). Il y a un important travail sur la lumière (cela donne une bonne ambiance futuriste avec les néons mais toujours obscure néanmoins). On a aussi droit aux voitures volantes, grand symbole de la SF.
Il y a un important mélange des ethnies et des cultures (occidentale, asiatique, arabe etc) qui montre que la mondialisation ethnique a eu lieu. Ce point est selon assez visionnaire par rapport à laquelle le film a été tourné.
De nombreuses publicité (placements de produits) sont visibles dans le film, elle participe à créer une atmosphère reflétant bien la mondialisation à outrance de ce futur. On pourra citer des lieux comme le marché ou le club qui nous plonge à fond dans le monde de Blade Runner.

Pour ce qui est de la musique, la bande-son est d'une qualité rarement égalée, Elle apporte une véritable identité au film. Le mélange de mélodies renforce le côté sombre et mélancolique avec des musiques jazzy et blues. Il y a de la musique classique et des sons futuristes au synthétiseur qui reflètent l'ambiance futuriste.
La mixité culturelle est montrée aussi de manière musicale (car le monde occidental est rattrapé par le monde oriental et asiatique). Ainsi un saxophoniste jazz, un ensemble traditionnel japonais et un harpiste piano vont donner une véritable plus-value au film dans sa cohérence et sa structure.

Image et son ont tendance à se compléter, s'enrichir, se magnifier mutuellement. Le résultat est un Univers prenant et à l'identité forte et unique.

Au niveau de la réalisation, l'image et les plans sont très bien tournés (la caméra filmant en plongée quand Deckard est suspendu au rebord de l'immeuble et le paysage industriel d'introduction qui semble infini sont des exemples qui me semble assez bien démontré cette affirmation).

Le jeu d'acteur est, lui, excellent. Les personnages, assez peu bavard, renforce le sentiment d'immersion et apporte une tension palpable digne d'un thriller.
L'improvisation finale de Rutger Hauer est devenue un incontournable du cinéma tandis que son jeu global est époustouflant. Les autres acteurs avec Harrison Ford en acteur vedette ne sont pas mal du tout. Les Replicants sont bien rendu au niveau émotionnel. Les répliques cultes sont nombreuses.

Pour tout cela Blade Runner est mon film préféré, mon film fétiche, ma référence en cinéma. Probablement parmi les meilleurs films de SF avec 2001 : L'Odyssée de l'espace notamment.
J'espère avoir réussi à donner l'envie de visionner ce chef d’œuvre à ceux qui ne l'aurait pas encore vu. Avec sa richesse de lecture et ses métaphores présentes dans quasiment toutes les scènes (la scène d'introduction en compte une multitude !), l’œuvre peut être vu et revu de manière à ce qu'on puisse toujours y découvrir quelque chose de nouveau.

Pour ces raisons, une critique de ce film demeurera toujours grandement imparfaite et incomplète. La mienne n'échappe pas à la règle et ne survole qu'une mince partie de tout ce qui est traité dans le film.

Je reste sceptique quant au fait qu'un film parviendra à détrôner Blade Runner dans mon cœur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 926 fois
7 apprécient · 1 n'apprécie pas

Fastcash a ajouté ce film à 7 listes Blade Runner

Autres actions de Fastcash Blade Runner