En 2019 on sera tous chinois

Avis sur Blade Runner

Avatar Moizi
Critique publiée par le

Mouais. Je ne revois que très exceptionnellement les films que j'ai déjà eu l'occasion de voir, mais là parce que je n'avais qu'un bref souvenir de la fin du film (et là je me rends compte que j'avais vu la version cinéma et que donc voir Blade Runner en version Final Cut c'était comme voir un nouveau film pour moi étant donné que la fin n'est pas la même), que la suite vient de sortir et que je compte la voir prochainement, que ma copine ne l'avait pas vu... ça faisait quelques raisons de le revoir histoire de me souvenir de quoi ça cause.

Alors je sais que je m'étais un peu emmerdé la première fois que je l'ai vu et je dois dire que j'ai trouvé ça très long là aussi. D'ailleurs anecdote inintéressante mais avant de le revoir j'étais persuadé que le film durait 3h, pour dire à quel point ça ne m'avait pas fait vibrer.

Et là c'est un peu pareil. J'ai pas adoré, j'ai pas détesté non plus, je balance entre les deux. En fait je crois que c'est bien trop subtil pour moi, parce qu'en fait si je vois toutes les thématiques qui sont brassées, pour moi elles ne sont pas traitées, elles sont citées, survolées et je dois dire que j'ai préféré Alien Covenant sur le sujet. Que l'on m'arrête si je me trompe, mais je vois un film sur ce qui fait de nous des êtres humains, sur ce qui fait de nous des êtres dotés de conscience, sur la limite entre l'homme et la machine, ça pose vite fait la question des sentiments chez la machine, des relations humains/machines, de l'exploitation des machines, est-elle morale sachant qu'elles sont vivantes ? etc.

Le film prend le parti pris de nous montrer que ces machines sont aussi vivantes que vous et moi, qu'elles ont envie de vivre, qu'elles ont les mêmes problèmes que nous (la fin de la vie qui arrive bien trop tôt) et donc il n'y a aucun doute en réalité durant tout le film sur le fait que ces machines soient des êtres vivants, pas un seul instant. Donc en fait jamais en tant que spectateur je ne les considère comme machines, je les considère comme des êtres humains comme tous les autres et donc j'ai l'impression que le film ne m'entraîne plus sur le terrain de l'intelligence artificielle, mais l'histoire éternelle des persécutions envers des minorités qui se rebellent et ça m'intéresse déjà beaucoup moins dans ce cas là car on ne sait rien de ces gens. Pour moi les personnages n'existent pas. Je trouve qu'Harrison Ford est un très mauvais choix de casting, pas que je ne l'aime pas, mais pour moi c'est le rebelle sympathique d'Indiana Jones ou de Star Wars, là, le voir tenter de faire Humphrey Bogart sans en avoir la gueule, j'ai juste l'impression de voir un mec sympa avec un sourire en coin qui joue aux durs, mais ça ne fonctionne pas. Surtout qu'aucun personnage n'a réellement une personnalité qui est développée, ils ont éventuellement des interactions, des liens entre eux, ils s'aiment, c'est dit, montré, mais ça ne se sent jamais réellement, c'est très mécanique, artificielle (alors ça fait peut-être partie du bousin, mais mine de rien voir des personnages sans âme ça ne m'intéresse pas trop).

Alors en parlant d'âme, le coup de la colombe qui monte au ciel, c'était bien lourd et je pense que ça justifie toutes les critiques que je viens de faire sur le manque de personnalité, vu que les répliquants sont censés avoir une "âme". D'ailleurs je trouve ce plan trop symbolique et surtout en décalage avec le propos du film. Si le propos du film c'est que si on assemble être un être humain à partir de pièces détachées on peut créer un être vivant qui a autant le droit de vivre que toi ou moi, le film rejette l'idée du dualisme, le fait que l'âme soit déconnectée du corps et donc la pensée de Descartes (donc pourquoi citer Descartes ?). Je ne sais pas si Scott était athée à l'époque, mais pour un athée je trouve ça bizarre.

Ensuite tout ce qui est en relation au créateur, etc, encore une fois, c'est con à dire, mais je trouve qu'il va bien plus loin et l'explore bien plus dans Alien Convenant et donc voir Blade Runner me semble être un brouillon. Un beau brouillon, mais un brouillon malgré tout.

Après j'aime beaucoup le côté cyberpunk, même si je trouve que l'aspect film noir et raté parce que Ford n'a pas la tête de l'emploi et je préfère mille fois revoir le Privé d'Altman et même si je dois le dire on ne voit pas beaucoup les décors, on ne sait pas trop où ça se passe, quelle est cette ville, comment elle est réellement organisée, comment ces bâtiments sont connectés entre eux, etc, ça manque de politique au sens premier du terme : de vie dans la cité. Et puis certains plans d'ensemble, surtout au début on mal vieilli, ça fait un peu kitch.

Ceci dit je ne renie pas du tout l'héritage du film, surtout visuel, mais voilà, l'histoire ne me passionne pas, elle est somme toute assez banale dans sa partie enquête, les thématiques sont survolées, même en terme de mise en scène de course poursuite on fait mieux, la symbolique est parfois lourde et je dois dire que le coup de répliquant pas répliquant si je n'avais pas déjà parlé du film lorsque je l'avais vu la première fois il y a 13 ans, ben j'aurais pas capté du tout... trop subtil pour moi, ça en devient invisible.

Je me trouve donc dans le cas où je risque de préférer la suite...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 592 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Moizi Blade Runner