Terre brûlée

Avis sur Blade Runner 2049

Avatar locsi
Critique publiée par le

Débuts laborieux, fin maladroite (et ne parlons pas d'un Jared Leto inconsistant qui à lui seul entache terriblement l'appréciation de l'ensemble)

On a tendance à se dire pendant la première demi-heure (estimation non précise) que Villeneuve oublie que ce qui fait l'empathie, c'est avant tout le regard, et que dans la narration d'un film basé sur l'humanité, lui seul devrait être le moteur de toute esthétique. Cependant, à mesure que le film avance, sort de son exposition et entame pour de bon le sujet, l’aseptisation esthétique mue, investit peu à peu une réelle singularité - parfois timide ou maladroite mais néanmoins présente; le récit se fait alors plus fluide, ses effets moins poussifs.

Blade Runner 2049 n'est alors plus un constat glacé (et récréatif) d'une humanité déclinante, mais la quête mélancolique de l'humanité perdue.

Le retour aux lieux iconiques du premier film, désormais terre dévastée et (en grande partie) inhabitable témoigne en ce sens que le retour aux formes du passé est impossible, que celui-ci ne peut être représenté que par le regard de ce qui a changé, ce qui est immuable. L’œuvre prend alors des allures de rite funéraire, dont elle tire une poétique qui lui est propre: Blade Runner 2049 est un deuil de Blade Runner. Rick Deckard lui même, ainsi que son acteur , vieillissant, reclus, relégué en personnage presque secondaire et dépassé par les événements est aussi chargé d'une force symbolique: la fin d'une époque (et d'une certaine manière d'un cinéma), mais qui aidera les générations prochaines à se (re)construire.

De même le choix du protagoniste (je commence à bien aimer Ryan Gosling avec sa sobriété et une certaine densité qui dénote par rapport aux "virtuoses irrévérencieux" qui pullulent à Hollywood - Franco, Hiddleston ou encore le narcissisme insupportable et vain d'un Downey Jr. pour en citer quelques-uns), sonne comme un miroir du film, ou peu être bien l'aveu de sa condition: bâtard, hybride, imparfait, mais d'une certaine manière, sincère.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 145 fois
2 apprécient

Autres actions de locsi Blade Runner 2049