👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on tente de redonner une teinte de modernité à un ancien conte pour enfant, qui plus est un, à conte pour enfant possèdant déjà une adaptation ancrée dans la pop culture, la tâche est d'une difficulté sans nom.

En effet, concilier une production de blockbuster et une envie de modernité demande une véritable maîtrise dans l'art de conter une histoire et dans la façon de piocher des qualités dans le matériau de base comme de lui insuffler du neuf. Le problème, c'est qu'il n'y aucune traces de maîtrise, ici.

Tout au plus, certaines scènes d'une beauté visuelle et d'une composition picturale étonnamment réussies, mais elles sont perdues dans un méandre d'ennui et d'images de synthèse. Vouloir offrir une ambiance plus sombre à l'histoire de Blanche Neige est une chose, encore faut il que cette idée reste constante tout le long du métrage. On alterne entre une photographie au constrate marqué et presque charbonneux, et une autre au Lensflare infâme empreint d'une bouillie numérique colorée, offrant donc un mélange hétérogène incompatible dans les visions que chacune cherche à offrir au spectateur.

S'ajoute à ça une sensation de faux omniprésente, que ce soit dans les décors comme dans les personnages, qui donnent l'impression de n'avoir aucune cohérence dans leur action comme dans leur manière d'interagir avec ce studio en fond vert dans lequel ils évoluent. Tout sonne faux comme dans une publicité ou dans une mauvaise adaptation bas de gamme et sans le sou, et l'histoire remaniée de Blanche Neige ennui très vite, faisant passer les 2h comme un long supplice infernal à peine divertissant.

Aucun souffle épique ne vient réellement contrebalancer avec cette plastique de publicité, que ce soit dans les combats sur-cutés comme dans l'épopée à travers sombres forêts et villages matriarcales de Neige et du Chasseur, ce qui ne fait que finalement nous demander quel est le véritable intérêt de l'existence de ce film.

Aetherys
3
Écrit par

il y a 7 mois

1 j'aime

3 commentaires

Blanche-Neige et le Chasseur
Waen
3

Critique de Blanche-Neige et le Chasseur par Waen

"Mirror mirror on the wall, who's the fairest of them all?" - Kristen Stewart, SERIOUSLY ? C'est l'histoire de Bella qui est sauvée par des pies. Ensuite elle trouve un cheval, puis elle le laisse...

Lire la critique

il y a 10 ans

81 j'aime

12

Blanche-Neige et le Chasseur
Aspirine
7

Princesse Blanche-Neige et la communauté de l'anneau

Le film, bien qu'il soit long, ne ma jamais ennuyé. Je souligne plusieurs points que j'ai apprécié, comme le passage dans la forêt qui est très angoissant, celui dans l'autre forêt qui est bien...

Lire la critique

il y a 10 ans

59 j'aime

2

Blanche-Neige et le Chasseur
guyness
4

Les Blanche Neige éternelles

Voici un florilège d'anomalies que soulève ce nouveau Blanche-Neige, en formes de flocons: - Comment vendre un film pour son aspect noir alors qu'il est à peu près aussi sombre que le futur parvis...

Lire la critique

il y a 9 ans

57 j'aime

24

Zemmour contre l'histoire
Aetherys
8

L'Histoire est une arme

L'instrumentalisation de l'Histoire à des fins politiques, ça ne date pas d'hier. Les historiens polémistes de tout bord, les récupérations de citations de personnalités publiques de source...

Lire la critique

il y a 3 mois

13 j'aime

10

Dune
Aetherys
9
Dune

Mon Arrakis, Ma Dune...

Le projet d'adapter le planet-opéra Dune n'est clairement pas une sinécure, et elle s'est vite relevée être, au fil des tentatives, une œuvre certes dense et au potentiel énorme, mais à l'aspect...

Lire la critique

il y a 8 mois

10 j'aime

7

The Batman
Aetherys
4
The Batman

Batman "too dark for you"?

Je me rappelle encore quand ont commencé à pleuvoir les annonces sur ce nouveau film Batman, énième redite des aventure de la chauve-souris pas très sympa du quartier, semblant s'incorporer dans le...

Lire la critique

il y a 1 mois

9 j'aime

10