👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Blue Ruin fait partie de ce que le cinéma indépendant américain peur créer de mieux, lorsqu'on le laisse libre de mener un projet à bien, libéré à 100 % des carcans des maisons de production. C'est le cas de ce Blue Ruin, à des milliers de lieues des Little Miss Sunshine, Juno, et autres produits formatés, calibrés pour briller à Sundance puis attirer un maximum de spectateurs en salle. Ici, le film a été tourné avec des bouts de ficelles, financé en partie par le crowdfunding (il a récolté plus de 35 000 dollars sur la plate-forme Kickstarter) et son réalisateur a aussi les casquettes de scénariste et directeur de la photographie. C'est d'ailleurs par ce rôle que Jeremy Saulnier s'est fait connaître, travaillant sur plusieurs petits projets, dont l'excellent I Used to be darker tout récemment.

Cette absence de moyens se ressent dans le film. Les acteurs principaux sont tous des connaissances de longue date du metteur en scène, les décors, peu nombreux, ont été trouvés grâce au système D, voire sont les lieux d'habitation de membres de l'équipe, ce qui se ressent d'ailleurs à l'image. On est loin des maisons savamment meublées pour faire artiste mais pas trop, et où chaque objet à son importance. Ici, tout est froidement réaliste, et on sent une économie dans la moindre scène, le moindre plan. C'est cela, d'ailleurs, qui fait en partie le charme de Blue Ruin. Cet aspect film d'étudiants monté avec peu d'argent, mais qui sait se donner les moyens de ses ambitions.

Car au-delà de l'histoire, qui est presque tristement banale, c'est ce réalisme glacé qui transpire de la pellicule qui prend à la gorge. Un sentiment de vrai inspiré de décors naturels, donc, mais aussi de l'écriture du personnage principal, et de sa prestation à fleur de peau. Dwight n'est pas un tueur, il le sait, et le spectateur le sait, le voit, à travers ses hésitations, ses prises de décisions aléatoires et sa manière un peu brute de tuer. On est loin du film de vigilante comme on en voit fleurir un peu partout. Ici, le héros n'est pas un milliardaire, ne devient pas une star du jour au lendemain par la magie des réseaux sociaux. Simplement, il a une tâche à accomplir, qui ne lui plaît pas plus que ça, mais qu'il compte bien mener à son terme.

Cette quête de vengeance nous est racontée froidement, presque chirurgicalement, à travers une mise en scène posée, lente, presque apathique parfois, à l'image de son héros. Les dialogues se font rares, la caméra reste fixée sur Dwight, qui fait avancer le film au rythme de ses sentiments. Les déchaînements de violence, très crus, laissent place à des moments de pure contemplation. De ce drame, il affleure parfois des moments de pure comédie noire. Au final, cet ovni cinématographique est plutôt inclassable. Thriller, drame, comédie, les genres se mélangent, un peu comme dans le cinéma des frères Coen, en moins codifié. Un film à nul autre pareil, à ne pas manquer.
Hyunkel
8
Écrit par

il y a 8 ans

2 j'aime

Blue Ruin
Morrinson
8
Blue Ruin

Blue Ruin, la vengeance en héritage

Une sacrée surprise, ce "Blue Ruin", confirmant qu'aller voir un film sur grand écran en ne se laissant guider que par le hasard, vierge de tout commentaire, a encore tout son sens. Quelques mots en...

Lire la critique

il y a 8 ans

55 j'aime

5

Blue Ruin
Velvetman
8
Blue Ruin

Voyage au bout de l'enfer

Portrait incisif sur la perdition d’une vie et d’une Nation, Blue Ruin cloisonne son drame familial par les codes du cinéma de genre et affiche avec rudesse, la description d’une tristesse...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

8

Blue Ruin
Lilange
8
Blue Ruin

No Apology

J’aime bien les Revenge movies, depuis toute jeune. Je crois bien que ça a commencé avec The Crow :). L’injustice m’a toujours fait rager. Cela ne veut pas dire que je cautionne la violence, mais ça...

Lire la critique

il y a 6 ans

30 j'aime

6

Ma première fois
Hyunkel
3

L'amour au temps du Biactol

Bon en même temps, c'est vrai qu'avec un titre pareil, il ne fallait pas s'attendre à un film contemplatif sur la méditation transcendantale. Et que le résumé laissait augurer du pire. Mais bon, de...

Lire la critique

il y a 10 ans

56 j'aime

6

Il était temps
Hyunkel
4

Back to the boring

Empereur de la comédie romantique à l'anglaise, Richard Curtis fait prospérer les vendeurs de mouchoirs depuis déjà vingt ans. Qu'il soit derrière la plume, comme pour 4 mariages et un enterrement et...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

17

The Dark Knight Rises
Hyunkel
7

Gotham champ de bataille

Il y a sept ans, avant la sortie de Begins, Nolan partait avec le confort offert par un anonymat relatif, et surtout le désastre innommable, ineffable et total qu'était Batman et Robin. Aujourd'hui,...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

7