Affiche Blue Velvet

Critiques de Blue Velvet

Film de (1986)

David Lynch au sommet de son art.

Après l'expérience désastreuse de "Dune", David Lynch revient à ses véritables obsessions avec ce qui s'avère un de ses meilleurs films, à une époque où le cinéaste parvenait à tenir son intrigue jusqu'au bout sans jamais perdre le spectateur, ni renoncer à ses délires labyrinthiques qui lui sont chers. Sur une trame typique du film noir (avec jeune privé curieux et plein d'illusions, femme... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

64 10
Avatar Gand-Alf
9
Gand-Alf ·

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient. L'envoûtante Dorothy Vallens (Isabella Rossellini) continue toujours de me hanter, parce qu'il faut l'avouer, son jeu est impressionnant. Partagée entre terreur et consentement, elle doit se livrer à un... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

50 12
Avatar Luanana
9
Luanana ·

Intrigant et doux, comme du velour

Blue velvet signifie "Velours bleu". Ici, c'est une matière autant qu'une idée de cinéma. On pourrait représenter le film comme quelque chose de doux (le velours), et intriguant (comme ce rideau bleu qui masquerait des secrets, présent dans le générique). C'est un peu l'objectif ultime du cinéma en tant qu'art, c'est-à-dire dépasser le statut d'objet ou de produit culturel, sortir de... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

33 11
Avatar Oka Liptus
9
Oka Liptus ·

Deep River

Bien qu' aimant beaucoup le bonhomme, j' avoue avoir quelques réserves sur les films que Lynch a fait ces dernières années, mais par contre "Blue Velvet" (1986) est un objet hors du commun . "Laura" ou "Vertigo" renouvelaient le film noir par l' histoire d'un éblouissement amoureux et d'un hypnotisme, " La nuit du chasseur" revisitait l'usurpation religieuse et la psychopathie dans un... Lire la critique de Blue Velvet

74 14
Avatar Quantiflex
10
Quantiflex ·

Ce qui aurait dû rester caché

Il suffit d'une oreille coupée retrouvée sur un terrain vague pour lancer l'enquête. Pas celle de la police, non. Plutôt celle de deux jeunes avides de mystère, d'énigmes, de sensations. Jusqu'ici engoncés dans leur vie de banlieue proprette de clichés vivaces, entre aspect ultra rétro et un certain humour décalé, indéfinissable, qui arrive comme par surprise au coin d'un plan. Le réalisateur... Lire la critique de Blue Velvet

25 6
Avatar Behind_the_Mask
8
Behind_the_Mask ·

Do you like the way I feel ?

Comme j'en faisais part à l'un de mes éclaireurs (au pseudo tout indiqué) après le visionnage, je ne savais pas du tout à quel objet filmique je venais d'avoir affaire. Je sentais bien qu'il me plaisait, mais d'un autre côté, j'avais le sentiment d'être passée à côté de certaines clés insinuées par Lynch qui m'empêchaient de le cerner totalement, et de l'apprécier à sa juste valeur. Comme si le... Lire la critique de Blue Velvet

33 8
Avatar Mlle_Nana
9
Mlle_Nana ·

"Now it's dark"

Si l'on veut définir ce qu'est l'intensité, on peut mesurer un certain nombre de film à l'aune de celui-ci. Lynch filme l'obscurité comme personne. "Now it's dark", répète à l'envi Frank, le personnage de Dennis Hopper. L'alternance entre la lumière de la suburb américaine qui ouvre le film et les huis clos étouffante rythme la descente du personnage principal dans les abîmes de la perversion.... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

82 2
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Panique à Lumberton

Blue Velvet est un des films de Lynch qui m'a le plus ravi : je n'en attendais pas grand chose et, une fois le générique achevé et le rideau baissé, je me suis rendu compte de l'enthousiasme permanent dans lequel le réalisateur m'avait insidieusement plongé. Dur de revenir à sa triste existence après une telle œuvre. Dès le début, Lynch nous embarque dans son imaginaire propre.... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

25 3
Avatar ChereeCheree
9
ChereeCheree ·

La naissance d'un univers

Après l'échec commercial de "Dune" David Lynch retourne dans un style plus intimiste avec "Blue Velvet", marquant un tournant dans sa filmographie en terme de réalisation. L'histoire, Jeffrey (Kyle MacLachlan) trouve une oreille humaine dans un terrain vague, il décide de mener son enquête avec Sandy (Laura Dern) et de fil en aiguille ils vont remonter la piste jusqu'à une mystérieuse chanteuse... Lire l'avis à propos de Blue Velvet

11
Avatar JimBo Lebowski
7
JimBo Lebowski ·

Fantasmes, impro et ventoline

Après l'expérimental Eraserhead, Blue Velvet est le premier film où David Lynch s'essaie au récit déconstruit et fantasmé, genre qu'il poussera à son paroxysme dans ses productions ultérieures. C'est aussi le premier film où apparaissent, en flashes presque subliminaux, les images obsessionnelles, les leitmotivs, qui constitueront autant de variantes de sa signature dans les créations futures -... Lire la critique de Blue Velvet

20 1
Avatar pphf
7
pphf ·