Un film inégal tentant de servir une musique mythique

Avis sur Bohemian Rhapsody

Avatar Alice Perron
Critique publiée par le

Bohemian Rhapsody ravit les fans de Queen, on prend plaisir à regarder se dérouler les aventures du groupes et leur succession de tubes, leurs phases de création et leurs concerts.
Il n’y a rien à redire sur le jeu de Rami Malek, flamboyant en Freddy Mercury, et ses comparses sont tout aussi bons, même si leur présence et leur profondeur à l’écran est moindre.

Les séquences de création musicale et de performance ont particulièrement bien filmées, on n’a qu’une envie à la fin du film : aller voir des concerts ! Le film arrive en particulier à sublimer les moments de création, ces phases de studios où le groupe mythique ose tout, ne refuse rien et se réconcilie autour de leur seule passion commune : faire de la bonne musique.

J’ai apprécié particulièrement de ne pas avoir trop glorifié Freddy Mercury, les autres membres du groupes ont été créateurs à part entière des albums et du mythe qu’est devenu Queen, et cela se ressent bien à l’écran. A l’instar de la musique qui sert de titre au film, on ressent bien le côté baroque du groupe, son envie de se démarquer et de ne pas se conformer à ce qu’on attend d’un groupe de rock.

Mais au delà de ça, j’ai trouvé que l’écriture du biopic était assez inégale, certains passages ayant au final peu d’intérêt (la période de Munich, où on n’entend même pas un seul des morceaux crées solo par Mercury). Le film pioche allègrement et sans notion de pertinence ou de chronologie dans le répertoire du groupe — que vient faire Under Pressure au moment où il est utilisé, et pourquoi ne pas plutôt avoir décrit ce moment de grâce qui aura réunit Queen et Bowie ? ou encore Who wants to live Forever fredonné par Rami Malek avant le Live Aid, soit plus d’un an avant son écriture par Brian May — rendant une partie de leur musique accessoire, ce qui est franchement dommage.
Le(s) réalisateur(s)—clairement pas seuls maîtres à bord — étirent et distordent le temps, on est un peu perdu dans la chronologie des faits et on a du mal se représenter le temps qui passe, au delà du changement de costumes. Le final en est un parfait exemple. Qui débarque chez un homme pour l’inviter à prendre le thé chez ses parents et le déclarer son compagnon de vie ? Qui peut assurer que parmi toutes les têtes d'affiches du Live Aid, c'est Queen qui permit aux dons de décoller ? La réalité n'était pas aussi absurde.

J’ai regretté également que le film se termine sur le concert du Live Aid, comme si plus rien d’intéressant ne s’était produit par la suite, occultant plusieurs albums, et notamment The Show Must Go on, l’une de leurs dernières chansons au contenu très symbolique, qui n'est utilisé dans le générique que de manière anecdotique pour vous dire "ah au fait, Mercury et mort, mais le spectacle doit continuer"

Si Bohemian Rhapsody reste très plaisant à regarder pour sa bande-son et ses acteurs, et pour avoir mis en scène avec brio la solitude, thème central de la vie de Mercury, il n’est pas un grand film et ne marquera pas durablement les esprits. La musique de Queen oui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 139 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alice Perron Bohemian Rhapsody