Une perle

Avis sur Bohemian Rhapsody

Avatar Christophe Michaud
Critique publiée par le

Bonsoir à tous, j’espère que vous allez bien.

Avant tout, si vous en avez la possibilité passé Don’t stop me know pour lire ce qui suit!
Hier soir nous sommes allés en couple voir “Bohemian Rhapsodie “ réalisé par Brian Singer, qui a orchestré entre autres le magistral Usual Suspects, Walkyrie avec Tom Cruse et autre épisodes des X-Men, plus techniques que lyriques. Sans appréhension, sans suspicion, mais en aimant cette musique de Queen qui a bercé une grande partie de notre jeunesse et pour les plus “anciens”, la moitié de leur vie! Nous avons littéralement explosé de bonheur, vraiment... il y a très longtemps que le cinéma ne nous a pris au dépourvu de cette façon, un très belle et juste interprétation de Rami Malek (quasi inconnu), si bien posée qu’à la première image, Freddie Mercury nous est apparu en chaire et en os plus vivant que jamais. Le film déroule une histoire simple, truffée d’anecdotes plus jouissives les une que les autres et construites chronologiquement à l’histoire du groupe et à ses fameux titres, en passant par We Will Rock You, Another One Bites The Dust, et le fameux Bohemian Rapsodie, dont l’enregistrement épique se déroule sur plusieurs minutes de pur plaisir d’écoute mais aussi de vue. Les 4 acteurs, Ben Hardy qui interprète Roger Tyler, batteur, Joseph Mazzello interprète John Deacon, le bassiste et enfin pour la première fois, Gwilym Lee qui vit littéralement la vie de Brian May, guitariste exceptionnel, nous fonds oubliés la réalité du temps qui façonne les visages et impose une fin indubitable que notre « héro » trouvera trop tôt, trop vite, et sans ménagement. Car tous le monde connaît cette fin, et appréhende sa venue tant le film est appréciable et apprécié. Sans jamais tomber dans le larmoyant, sans jamais vouloir montré, choqué ou déchiré cette icône, la trame nous amène au dernier grand concert de Queen, Live Aid en 1985, vraisemblablement reconstitué en image de synthèse pour le stade et la foule, mais si bien réalisé que le doute plane... non enfin, c’est après la projection que cette discussion intervient... on entre sur scène et on en prend plein la g... plein les oreilles, l’image est belle, la foule en délire, le son des guitares qui... oui toute l’envie d’un chanteur, musicien, acteur se lit dans leurs yeux et dans leur jeux... la force est avec nous, nos jambes remuent, notre cœur bat plus rapidement, la température monte, nos lèvres fredonnent puis donne de la voix, et ... comme par miracle, les larmes perlent sur nos joues, un sourire profond vous traverse, un plaisir retrouvé... vous vous êtes réconcilié avec le cinéma et l’ensemble de la profession du spectacle en leur disant ; Merci, merci pour ce moment intense, pour se sifflement dans vos petites oreilles, pour vos yeux rougis et enfin, ce frisson que peut vous offrir une séance de cinéma... en tous les cas, celle-ci est conseillée, peut-être même 2 fois, choisissez une salle confortable et un son impeccable, se serait vraiment dommage de raté cela.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 384 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Christophe Michaud Bohemian Rhapsody