👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le regard triste de Jean Seberg, en Cécile, dansant sans intérêt aux bras d’un prétendant au son de la voix grave de Juliette Gréco a l’effet d’une flèche percutant le sol. Cette puissante séquence d’introduction sert d’ancrage à tout le reste du film. Toute la partie de l’histoire se passant à la mer est d’une banalité heureuse sur fond de malaise mettant le spectateur en attente d’une finale fracassante. Les comportements volages des personnages de Raymond, Elsa, Cécile et Philippe, nous laissent entendre que la vie peut-être une partie de plaisir. L’arrivée d’Anne Larson interrompt tout cela. Cette femme réputée et droite vient les mettre en garde contre leur perdition. Ce n’est pas un hasard si elle évoque Spinoza. Raymond cède rapidement. Il abandonne sans compassion son objet de plaisir et consent au mariage comme pour se protéger contre lui-même. Cécile est beaucoup plus rébarbative aux directives d’Anne qui veut lui faire comprendre l’importance de se concentrer sur ses études si elle veut réussir sa vie. Au fond d’elle-même, Cécile sait qu’Anne a raison et le fait de l’avoir poussée à la mort en usant d’un stratagème afflige sa conscience de remords indélogeables. Les acteurs incarnent parfaitement les notions qu’ils représentent. L’idée de tourner le présent en noir et blanc et le flasback en couleur donne de la structure au scénario. Cela confirme le talent de Preminger à créer des univers homogènes à travers lesquels les contradictions des personnages nous amènent à réfléchir sur des aspects de la condition humaine.

Elg
7
Écrit par

il y a 4 ans

3 j'aime

Bonjour tristesse
Spendius
8

Critique de Bonjour tristesse par Spendius

Avant tout, notons qu'il est étrange qu'un roman qui a rencontré un tel succès et un tel retentissement, n'ait jamais connu qu'une seule et unique adaptation. Mais quelle adaptation. Certes, le film...

Lire la critique

il y a 10 ans

12 j'aime

Bonjour tristesse
JZD
7

Critique de Bonjour tristesse par J. Z. D.

David Niven est quand même très chic en maillot de bain en vieux play boy qui a encore un peu la classe. Et Jean Seberg est quand même toute belle en gamine de dix sept ans toute follette. Mais bon,...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

5

Bonjour tristesse
Queenie
5

Complexe d'Electre.

Adapté du livre de Françoise Sagan. Histoire d'une jeune fille et de son père en vacances sur la côte d'azur. Et puis... une troisième personne arrive et fait éclater tout l'équilibre de complicité...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

La Grande Évasion
Elg
7

La fausse évasion

Après Le vieil homme et la mer et Les sept mercenaires, voilà un autre film de John Sturges qui me laisse sur ma faim. À chaque fois le sujet ou la brochette d’acteurs à l’affiche avaient semé chez...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

1

Orfeu Negro
Elg
7
Orfeu Negro

Amour et mort carnavalesques

Certains films méritent d’être remis dans leur contexte pour que l’on puisse en mesurer l’impact. C’est le cas d’Orfeu negro récipiendaire de la palme d’Or à Cannes en 1959 devant Les quatre cents...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Bonjour tristesse
Elg
7

Entre plaisir et droiture

Le regard triste de Jean Seberg, en Cécile, dansant sans intérêt aux bras d’un prétendant au son de la voix grave de Juliette Gréco a l’effet d’une flèche percutant le sol. Cette puissante séquence...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime