Avis sur

Boogie Nights par Cinemaniaque

Avatar Cinemaniaque
Critique publiée par le

Sans faire de jeux de mots (oserais-je ? Allez j'ose ^^) il fallait en avoir (ça y est c'est fait ! lol) pour illustrer la vie artistique de Dirk Diggler, star du porno des années 70. Mais PTA n'est pas du genre à qui on impose mais qui s'impose, et voilà comment mettre en œuvre l'un de ses projets les plus chers.

Car oui, les plus cher, P.T. Anderson ayant déjà réalisé dans sa jeunesse un court-métrage sur Diggler ; si ce n'est qu'à l'époque, le film ne valait pas un clou et fut massacré par tout ceux qui le virent. Qu'à cela ne tienne, P.T. Anderson ne s'est pas laissé démonter et le voilà de retour avec son pote Dirk.

La véritable classe du film, c'est de faire un film sur le cul sans en montrer un seul ! Oui bon, il y a un peu de nudité, mais que diable, de nos jours il y en a dans tous les films. Puis c'est de porno qu'on parle là, et on voit rien ! De la décence qui contribue à la qualité du film.

D'un point de vue mise en scène, Paul Thomas Anderson annonce clairement la couleur : il est fan de Scorsese et il ne peut le cacher ! De toute façon, ça saute aux yeux : narration scorsesienne (gloire - chute aux enfers - rédemption), fluidité et nombreux mouvements de caméra, PTA pousse même l'hommage à son paroxysme à travers un final mémorable, référence directe au final de Raging Bull. Quant à la composition des plans et l'usage des couleurs, PTA en a déjà compris les secrets.

Il ajoute même à son film cette aura, cette ambiance fin seventies – début des eighties grâce notamment à une b.o. soignée et très présente.

Mai comme si ça ne suffisait pas, Paul Thomas Anderson bluffe tout le monde à travers son scénario : certes la narration est emprunte à Scorsese mais également à Altman dans la manière de mixer une multitude de personnages ; de plus, le véritable trait de génie du film est la lecture multiple qu'il offre : en situant son héros à la fin des années 70 et au début des années 80, Paul Thomas Anderson fait le parallèle entre les mœurs de la société, l'évolution du cinéma porno mais également du cinéma en général : la fin d'une époque, le début d'une autre ; la fin d'une génération, la relève de la suivante... De plus, le parallèle entre la carrière de Diggler et l'état du cinéma porno est aussi frappante, sa chute dans la drogue se faisant parallèlement au passage direct vers la vidéo pour le porno, le retour gagnant de l'un redonnant un nouveau souffle à l'autre...

Film à (re)voir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 281 fois
1 apprécie

Cinemaniaque a ajouté ce film à 1 liste Boogie Nights

Autres actions de Cinemaniaque Boogie Nights