Affiche Bouge pas, meurs, ressuscite

Critiques de Bouge pas, meurs, ressuscite

Film de (1990)

Les Peuples du Petit Père

1947. Soutchan, petite ville minière de la Sibérie Orientale (qui a changé de nom depuis), est transformée en camp de prisonniers. Au milieu d'un indescriptible chaos, deux enfants, Valerka et Galka, essaient de survivre. Ils vendent du thé aux personnes qui s'entassent dans les rues. Ils tentent même d'avoir une vie normale d'enfants qui vont entrer dans l'adolescence. Mais quand il n'y a plus... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

22 4
Avatar SanFelice
10
SanFelice ·

Critique de Bouge pas, meurs, ressuscite par Sasory

Bouge pas, meurs, ressuscite, c'est typiquement le genre de film qui te reste en tête, et qui te lâche plus.. Tu as l'impression de n'avoir pas spécialement adoré le film, puis, tu y penses, inconsciemment, tu ne fais plus que ça, et tu prends conscience de la puissance de ce film (docu-fiction?) . Je vais expliquer rapidement cette () ici, l'histoire que le film (docu-fiction? (bon ok j'arrête..... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

14 6
Avatar Sasory
9
Sasory ·

Des souvenirs d'enfance très orientés, peu lisibles et transparents à la fois.

"Bouge pas, meurs, ressucite" est un jeu. Tout le film est un jeu de mémoire. De mémoire fausse, de mémoire qui ellipse, tronque, qui exagère. Cela fait parti du jeu de la mémoire et du témoignage. Un film contemplatif et une réponse acerbe aux 400 coups de Truffaut. Mais ce qui est certain, ce n'est pas un film innocent et c'est pourquoi Kanevski, avec sa foi catholique, trouva tout le soutien... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

4
Avatar OVBC
4
OVBC ·

Va, vis, reviens

Après avoir vu ce film, j'ai envie de faire dans le populisme (puisque ce mot est à la mode) et de m'ériger contre toute une critique cinématographique (pour ne pas dire intelligentsia) que j'ai parfois bien du mal à comprendre. Je suis sûrement plus "grand public" en matière de cinéma que je ne le suis en matière de musique, par exemple, mais quand un film ne répond pas à des critères... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

2
Avatar Adrast
6
Adrast ·

Critique de Bouge pas, meurs, ressuscite par Milos

Un titre attirant, un cinéma (russe) que je connais très peu, une synopsis qui donne envie... rien de mieux pour me pousser à voir "Bouge pas, meurs, ressuscite". Entre documentaire et film autobiographique, le film nous mène dans une partie de la Russie peu attirante : l'Extrême-Orient russe. Valerka, garçon de douze ans, et Galia, plus grande, vivent dans un de ces villages miséreux où on ne... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

3
Avatar Milos
7
Milos ·

L'Agonie

Dans l’ultime agonie de l’URSS, paraît en 1990 Bouge pas, meurs, ressuscite, premier film de Vitali Kanevski (alors âgé de 55 ans) récompensé par une Caméra d’or au festival du film international de Cannes, dans la catégorie Un Certain regard. Alors pur inconnu du monde du cinéma, Kanevski produit un grand choc et une admiration en présentant son film. D’une grande force, ce film se veut le... Lire l'avis à propos de Bouge pas, meurs, ressuscite

Avatar chateaumormont
8
chateaumormont ·

Va, vis, deviens

Un petit village perdu au fin-fond de l'URSS de 1947. La deuxième guerre mondiale est finie mais un camp de travail pour prisonniers Japonais est toujours là, non loin des habitations insalubres dans lesquelles tente de survivre Valerka, un jeune adolescent. Les temps sont durs mais lui court, grappille où il peut, chante à tue-tête. Sa mère peine à le supporter et on finit par ne plus... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

1
Avatar فؤاد
9
فؤاد ·

Critique de Bouge pas, meurs, ressuscite par Ygor Parizel

Un chef-d'oeuvre ce film. Tout d'abord, visuellement l'esthétique déployée est grandiose avec le Noir et blanc qui augmente la force des images humides, boueuses et sales. Le choix des cadrages est à chaque fois puissant. L'histoire racontée est celle d'un garçon dans une cité minière et pénitentiaire au fond de la Sibérie, qui tombe peu à peu dans la déliquence, il est accompagné par une amie.... Lire l'avis à propos de Bouge pas, meurs, ressuscite

1
Avatar Ygor Parizel
10
Ygor Parizel ·

Critique de Bouge pas, meurs, ressuscite par Tzara

Premier film de Kanevski ou l'action est situé dans un camp de travail sous Staline. Film sur l'enfance, ses jeux, ses aventures, et les prémisses de l'amour. Mais attention c'est l'enfance dans l'enfer, dans une societé effroyable ou le peuple creve de faim, c'est une Russie qui persécute et ou la pauvreté n'est jamais loin de la folie. C'est donc un film très dur, mais ou il y a un superbe... Lire la critique de Bouge pas, meurs, ressuscite

1
Avatar Tzara
9
Tzara ·